Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Plus de bois et énergie garantie pour Résolu

Dans une entente cadre signée avec le gouvernement, Résolu reprend les droits de la centrale Jim-Gray et reçoit des volumes de bois supplémentaire. De plus, la communauté de Mashteuiatsh se voit octroyer 150 000 mètres cubes.


3 mars 2014
Par Produits forestiers Résolu

MONTRÉAL, le 28 févr. 2014 – Produits forestiers Résolu a conclu une entente-cadre avec le gouvernement du Québec qui touche le renouvellement de la location des forces hydrauliques pour certaines centrales situées dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Québec) ainsi que la consolidation pour certaines installations situées au Québec.

Parmi les faits saillants, l’entente-cadre met un terme au différend entre les parties relativement au contrat Jim-Gray. Rappelons que le 31 décembre 2011, le gouvernement du Québec avait annoncé sa décision de reprendre la centrale. Résolu avait alors pris acte de cette décision sans jamais renoncer à ses droits. « Je suis heureux aujourd’hui de pouvoir conclure cette épisode et Résolu continuera son implication dans bon nombre de communautés du Québec », a souligné Richard Garneau, président et chef de la direction.

Par ailleurs, l’entente-cadre prévoit l’augmentation des volumes prévues aux garanties d’approvisionnement de bois des scieries de La Doré et de Saint-Félicien, au Québec, dans le cadre de la consolidation des activités de sciage de Résolu dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi que l’octroi d’un volume de 150 000 mètres cubes de bois pour la communauté autochtone de Mashteuiatsh par le gouvernement du Québec. Cela permettra l’opportunité à la communauté de réaliser des projets de développement économique.

Advertisment

Selon Yves Laflamme, premier vice-président, Produits du bois, approvisionnement et technologies de l’information, ces volumes permettront aux scieries d’avoir un supplément de bois pour maintenir leurs activités et à la communauté de Mashteuiatsh d’assurer son développement économique. « La consolidation de nos activités dans la région fonctionne si nous avons suffisamment de bois dans nos scieries afin de permettre la viabilité de nos opérations. Avec cette consolidation, on peut se permettre de maintenir un taux d’activité qui améliore les perspectives de profitabilité de ces installations, qui maintient des emplois de qualité dans la région et qui à terme, nous permet de justifier des investissements », a mentionné M. Laflamme.