Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Perte de 50M$ pour Résolu


1 mai 2014
Par Produits forestiers Résolu

MONTRÉAL, le 1er mai 2014 – Produits forestiers Résolu a annoncé aujourd’hui qu’elle a subi une perte nette, compte non tenu des éléments hors gestion courante, de 26 M$, soit de 0,27 $ par action, pour le trimestre clos le 31 mars 2014. La Société avait dégagé un bénéfice net, compte non tenu des éléments hors gestion courante, de 28 M$, soit de 0,30 $ par action, pour le premier trimestre de 2013. La perte nette selon les PCGR a été de 50 M$ pour le premier trimestre de 2014, soit de 0,53 $ par action, en regard de la perte nette correspondante de 5 M$, soit de 0,05 $ par action, pour le premier trimestre de 2013. Les ventes du premier trimestre de 2014 ont été de 1,0 G$, chiffre inférieur de 58 M$ à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent.

« Normalement, nos charges d’exploitation sont plus élevées durant l’hiver, mais les conditions climatiques extrêmes du premier trimestre de 2014 ont pesé très lourd sur nos résultats, a mentionné Richard Garneau, président et chef de la direction. La rigueur inhabituelle de l’hiver a eu des incidences défavorables importantes sur les coûts de l’énergie, a causé des arrêts de production et la défaillance de matériels, et a compliqué la distribution de nos produits. Certaines de ces incidences se feront encore sentir durant le deuxième trimestre de 2014, mais nous tournons résolument la page sur ce trimestre décevant pour mettre l’accent sur la maximisation de notre avantage concurrentiel malgré les difficultés de notre marché, et sur l’amélioration de notre capacité à générer des bénéfices. »

Le rapprochement des mesures financières hors PCGR est présenté ci-dessous, notamment en ce qui a trait aux ajustements des éléments hors gestion courante et au BAIIA ajusté.

Advertisment

Évolution des résultats d’exploitation consolidés trimestriels par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent
La Société a subi une perte d’exploitation de 33 M$ pour le premier trimestre de 2014, en regard d’une perte d’exploitation de 49 M$ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Les conditions hivernales très froides de 2014 ont eu des répercussions défavorables très importantes sur les résultats d’exploitation (55 M$) que n’a pas pu compenser entièrement l’écart de conversion favorable (32 M$) découlant de la dépréciation du dollar canadien. Les incidences défavorables des conditions hivernales sont les suivantes :

hausse du coût de la vapeur causé par les prix élevés du carburant dans toutes les exploitations ainsi que par la consommation accrue de carburant, particulièrement dans les usines du sud-est des États-Unis qui ne sont pas bien adaptées pour affronter des températures sous le point de congélation pendant de longues périodes;

hausse des coûts de l’électricité dans les usines de l’Ontario en raison de la volatilité et de l’augmentation marquées des tarifs qui, dans cette province, se fondent sur les prix courants;

pertes de production d’environ 30 000 tonnes métriques attribuables au rationnement de l’approvisionnement en gaz naturel, aux coûts élevés de l’électricité, aux contraintes aux processus de fabrication et aux problèmes de distribution des produits imposés par les capacités de transport limitées;

hausse des coûts de transport, de la fibre aux États-Unis, de la main d’œuvre, des produits chimiques et de la maintenance.
Durant le premier trimestre de 2014, la Société a aussi connu un plus grand nombre de problèmes de fabrication qu’à l’habitude. Parmi ceux-ci, notons la défaillance de systèmes mécaniques à l’usine de Catawba, de la tour de blanchiment et d’une soupape de turbine de l’usine de Saint-Félicien ainsi que d’une soufflante du système de vide d’une machine à papier de l’usine de Augusta. Pour le premier trimestre de 2014, les pertes de production découlant de ces problèmes de fabrication se sont élevées à 25 000 tonnes métriques et ont coûté 7 M$.

Dans l’ensemble, les prix de vente des produits pour le premier trimestre de 2014 ont été inférieurs de 15 M$ à ceux du trimestre correspondant de 2013. Cette baisse s’explique par la diminution du prix de vente moyen du papier journal, des papiers pour usages spéciaux et des produits du bois que n’a pas compensé entièrement l’augmentation de 8 % du prix de vente moyen de la pâte commerciale. Malgré que la tendance sur le long terme de la consommation du papier journal soit à la baisse, les volumes expédiés de papier journal de la Société ont crû de 3 %, en dépit des incidences défavorables attribuables aux conditions hivernales et des problèmes de fabrication. De plus, les volumes expédiés de produits du bois ont augmenté de 4 %. En revanche, les volumes expédiés de papiers pour usages spéciaux ont chuté de 7 % à cause des conditions difficiles et des problèmes de fabrication, tandis que ceux de la pâte commerciale ont décru de 10 %, baisse attribuable à ces mêmes facteurs additionnés de l’accroissement des stocks découlant de problèmes avec l’échéancier d’expédition imposé par les capacités de transport limitées. L’augmentation des coûts de fabrication découle principalement des conditions climatiques et des problèmes de fabrication, mais elle s’explique aussi par la hausse des droits de coupe et d’autres charges liée à la refonte en profondeur du régime forestier dans la province de Québec. Ces augmentations n’ont été qu’en partie compensées par l’absence des frais de redémarrage ainsi que par la baisse des charges de retraite et d’autres avantages de retraite, par l’accroissement de l’électricité produite par les centrales de cogénération de Thunder Bay et de Gatineau et par la diminution des frais de main-d’œuvre découlant de mesures de rationalisation. Par ailleurs, le montant des frais de vente, frais généraux et frais d’administration a diminué de 8 M$. Le montant des frais de fermeture, pertes de valeur et autres charges connexes a diminué de 30 M$ pour le premier trimestre de 2014 en raison de l’échéancier de mise en œuvre des mesures d’optimisation des actifs de production et de réorganisation des usines de la Société.

Évolution des résultats d’exploitation sectoriels trimestriels par rapport au trimestre précédent

Papier journal
La perte d’exploitation du premier trimestre de 2014 du secteur Papier journal s’est élevée à 15 M$, en regard d’un bénéfice d’exploitation de 19 M$ pour le quatrième trimestre de 2013. Le prix de vente moyen du papier journal a baissé de 2 % en raison de la dépréciation du dollar canadien ainsi que de la combinaison des produits et de la faiblesse des prix dans certains marchés d’exportation. Les volumes expédiés ont diminué de 6 %, par rapport au trimestre précédent, principalement à cause des problèmes de fabrication découlant des conditions climatiques rigoureuses, de la défaillance de systèmes mécaniques à l’usine de Augusta et de l’échéancier d’expédition. En dépit de l’incidence favorable de la dépréciation du dollar canadien, le coût de fabrication unitaire (le « coût livré ») du premier trimestre de 2014 a augmenté de 8 %, par rapport à celui du trimestre précédent, pour s’établir à 623 $ par tonne métrique, principalement à cause de la rigueur de la saison hivernale qui a notamment poussé à la hausse le coût de l’électricité des usines situées en Ontario. L’augmentation de 26 000 tonnes métriques des stocks de produits finis s’explique surtout par l’échéancier d’expédition.

Papiers pour usages spéciaux
Pour le premier trimestre de 2014, la perte d’exploitation du secteur Papiers pour usages spéciaux s’est élevée à 24 M$, en regard d’un bénéfice d’exploitation de 11 M$ pour le trimestre précédent. Le prix de vente moyen a diminué de 3 % sous l’influence de la baisse des prix des papiers couchés à base de pâte mécanique et, dans une moindre mesure, des papiers satinés. Les volumes expédiés ont chuté de 11 %, conséquence de la baisse saisonnière de la demande pour les papiers de catalogue et de consommation courante, de l’utilisation d’autres sortes de papier, des pertes de production liées aux conditions climatiques et de la défaillance de systèmes mécaniques à l’usine de Catawba. En dépit de l’incidence favorable de la dépréciation du dollar canadien et de l’accroissement de l’électricité produite par les centrales de cogénération de la Société, le coût livré du premier trimestre de 2014 a augmenté de 8 %, par rapport à celui du trimestre précédent, pour s’établir à 774 $ par tonne courte. Cette augmentation s’explique principalement par la rigueur de l’hiver, qui a entraîné une augmentation importante du coût de la vapeur, notamment dans les usines du sud-est des États-Unis, et par les coûts additionnels découlant de la défaillance de systèmes mécaniques à l’usine de Catawba.

Pâte commerciale
Le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d’exploitation de 8 M$ pour le premier trimestre de 2014, en regard d’un bénéfice d’exploitation de 16 M$ pour le trimestre précédent. Le prix de vente moyen s’est amélioré pour toutes les sortes de pâte commerciale, s’accroissant de 3 % dans l’ensemble. En revanche, les volumes expédiés ont diminué de 20 %. Les stocks de produits finis ont augmenté de 23 %, principalement à cause des problèmes de distribution des produits liés à l’hiver très froid, de l’échéancier de transport maritime, et de l’accumulation de stocks en vue de la fermeture temporaire d’une usine. En outre, la Société a utilisé à l’interne davantage de pâte kraft de feuillus, a connu des problèmes de fabrication à son usine de Saint-Félicien et a subi des pertes de production liées aux conditions climatiques. Ces éléments ont influencé à la hausse le coût livré qui a grimpé de 5 % pour atteindre 674 $ par tonne métrique, en dépit de la baisse des frais d’entretien routinier.

Produits du bois
Par rapport au quatrième trimestre de 2013, le bénéfice d’exploitation du secteur Produits du bois a augmenté de 3 M$ pour atteindre 12 M$ pour le premier trimestre de 2014. Le prix de vente moyen a crû de 2 %, mais les volumes expédiés ont diminué de 7 %, ce qui a provoqué l’augmentation marquée des stocks, principalement attribuable à la baisse de la demande en raison de la rigueur inhabituelle de l’hiver et des problèmes de distribution des produits causés par les capacités de transport limitées. Le coût livré a diminué de 2 % en raison de la dépréciation du dollar canadien et de la reprise comptable des droits sur les produits exportés, et ce, en dépit de l’augmentation du coût des billes de bois.

Perspectives
« Les coûts du gaz naturel et de l’électricité en Ontario sont retombés à leur niveau normal au cours d’avril, mais les problèmes de transport se poursuivront probablement durant le deuxième trimestre, ce qui influencera défavorablement les volumes expédiés ainsi que les frais de distribution et de stockage, a ajouté Richard Garneau. Néanmoins, nous prévoyons être en mesure de réduire nos stocks et d’accroître nos volumes expédiés dans tous nos secteurs. Les annonces récentes portant sur la conversion prochaine de machines à papier journal présagent une augmentation des taux d’utilisation de la capacité de production vers la fin de l’exercice. Dans notre secteur Papiers à usages spéciaux, les ventes de papiers couchés devraient demeurer anémiques à la suite de la réduction de la demande. La tendance à la baisse des prix de vente du bois d’œuvre s’est inversée tout dernièrement en raison de la reprise hésitante du nombre de logements mis en chantier aux États-Unis. »


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*