Publisac: à Montréal, on joue avec notre avenir

Le Quotidien
Novembre 27, 2019
Écrit par Le Quotidien
OPINION / Le dossier du Publisac met en opposition les intérêts de la grande ville ainsi que ceux des régions et nous constatons que l’absence d’écoute portant sur les réalités régionales est frappante et désolante.

Nous ne sommes pas moins environnementalistes en région qu’à Montréal. Nous vivons sur la même planète et les enjeux environnementaux nous touchent tout autant, sinon plus puisque notre activité économique est davantage dépendante du climat et de la bonne santé des ressources naturelles, telle la forêt, cette ressource renouvelable. L’aménagement forestier durable et la transformation des produits du bois, y compris le papier, qui en résultent peuvent contribuer à atténuer les effets des changements climatiques. En effet, à mesure que les arbres poussent, ils absorbent et stockent le dioxyde de carbone. Ils représentent des processus efficaces et mondialement reconnus pour lutter contre les changements climatiques. Mais quand les arbres parviennent à maturité, leur croissance ralentit, la matière combustible s’accumule dans les forêts et au sol, ils deviennent vulnérables aux incendies de forêt ou aux infestations d’insectes.

Lors des consultations publiques sur l’avenir du Publisac qui se sont déroulées jusqu’au 12 novembre, à Montréal, la Commission a eu peu d’écoute concernant les répercussions de leur décision sur l’économie des régions, de même que celle du Québec dans son ensemble. Rappelons que la notion de développement durable englobe les enjeux environnementaux, bien sûrs, mais aussi économiques et sociaux. On a plutôt entendu à cette commission le procès du Publisac par Projet Montréal, et peu, sinon aucune préoccupation pour l’écosystème du Publisac, sauf quelques présentations, dont celles de Produits forestiers Résolu et de la Fédération de l’industrie manufacturière (CSN) concernant les impacts économiques potentiels sur nos régions. L’entreprise Transcontinental, qui est propriétaire du Publisac, a clairement démontré que si Montréal changeait le système de livraison actuel du Publisac, ceci marquerait la fin de Publisac. Son contenu est pourtant essentiel pour la bonne gestion des budgets des ménages, et par conséquent des commerçants, des hebdos régionaux. Il est aussi générateur d’emplois partout au Québec. On s’est plutôt scandalisé des « tonnes de papier » qui servent à imprimer les circulaires.

Rappelez-vous que le papier utilisé pour l’impression des circulaires et des hebdos régionaux est fabriqué à partir d’une ressource renouvelable, recyclable et écologique, soit le bois. De nos jours, sauf exception, aucun arbre n’est récolté pour la stricte fabrication du papier au Québec. La fibre utilisée pour fabriquer le papier provient essentiellement de résidus issus du processus de transformation du bois de construction, un sous-produit communément appelé « copeaux de bois ». Dans le passé, ces résidus devaient être enfouis ou brûlés. Aujourd’hui, ils sont tous valorisés et permettent aux scieries de fonctionner. La fabrication du papier est donc une composante essentielle de la filière de la transformation du bois au Québec. Cette filière soutient d’ailleurs l’économie de plus de 225 collectivités dépendantes de l’industrie forestière au Québec.

Lire la suite



Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Communication intelligente par satellite pour les gens et les actifs
Compte tenu de la concurrence qui prévaut dans le marché d’aujourd’hui hyper-connecté et alimenté pa...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.