Norbord se dirige vers une relance à Chambord

Guillaume Roy
Février 13, 2019
Écrit par
D’ici la fin mars, le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean (SPBSLSJ) livrera 30 000 mètres cubes de bois à l’usine de panneaux de Norbord, à Chambord. Il ne suffit désormais que d’une embellie sur les marchés pour repartir l’usine fermée depuis plus de 10 ans.









« Il y a de très bons signes pour la relance, mais on ne connaît pas encore la date de réouverture, lance d’emblée Pierre Beaulieu, le directeur général de l’usine Norbord, à Chambord. L’objectif est de redémarrer le plus tôt possible, mais le marché devra être favorable ».





Depuis la fin du mois de janvier, les producteurs de bois de la région ont recommencé à récolter davantage de peuplier faux-tremble, car Norbord, le plus gros preneur de la région, leur a commandé 30 000 mètres cubes de bois. « C’est une annonce très positive qui pourrait nous permettre de leur vendre 175 000 à 200 000 mètres cubes à moyen terme », souligne Pierre-Maurice Gagnon, président du SPBSLSJ, qui se réjouit de trouver des débouchées pour une essence de bois qui n’était pas valorisée à sa juste mesure depuis plusieurs années. 

« On veut commencer à rentrer du bois pour faire des tests et pour planifier nos activités à plus long terme », explique Pierre Beaulieu, en faisant référence à l’arrêt des opérations forestières pendant la période de dégel. 

En plus de perdre des emplois de qualité, la fermeture de l’usine en 2008, alors la propriété de Louisiana-Pacific, avait fait perdre des revenus de 130 000 dollars en taxes par année à Chambord, remarque pour sa part le maire de Chambord, Luc Chiasson. Il se réjouit de voir de plus en plus d’activité à l’usine. 

« Tout s’enligne pour une relance, mais reste à voir quand ça arrivera », a-t-il commenté, avant d’ajouter que l’usine emploiera plus de 120 personnes lorsqu’elle fonctionnera à plein régime.

Mécanicien d’entretien, technicien électrique, mesureur de bois, responsable en fiabilité, et superviseurs en tout genre font d’ailleurs partie de la dizaine d’offres d’emplois affichées sur le site de Norbord au moment d’écrire ces lignes. 

Plan d’investissement de 71 M$

Depuis que Norbord a échangé son usine de panneaux de Val-d’Or contre celle de Chambord avec Louisiana-Pacific, en 2016, l’entreprise opère un plan de redémarrage de plus de 70 millions de dollars. 

De cette somme, un contrat a été octroyé au Groupe LAR de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, qui a fabriqué un des plus gros séchoirs de panneaux de bois au monde. 

Norbord a voulu se doter des meilleures technologies pour assurer les conditions gagnantes de l’usine à long terme, en réduisant ses coûts et en maximisant la production, note Pierre Beaulieu, avant d’ajouter que tous les secteurs de l’usine ont été touchés. 

À terme, l’usine transformera 750 000 mètres cubes de bois. Une quantité de bois qui fait rêver les entrepreneurs forestiers et les 7000 propriétaires de boisés privés comme Pierre-Maurice Gagnon, qui espère une relance d’ici la fin de l’année.



Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.