Hausse des prix du bois en 2019

Guillaume Roy
Mars 21, 2019
Écrit par
Robert Dietz
Robert Dietz
Selon Robert Dietz, l’économiste en chef de l’Association nationale des constructeurs de maisons (National Association of Home Builders - NAHB), la demande fera augmenter les prix du bois au cours des prochains mois. 

Après avoir atteint un sommet en juin 2018, les prix du bois ont chuté drastiquement vers la fin de l’année, lorsque les taux d’intérêt ont atteint 5 %, a expliqué Robert Dietz, lors d’une conférence présentée dans le cadre du Congrès de Montréal sur le bois, un événement sur le commerce du bois qui a rassemblé plus 1000 producteurs de bois, des grossistes et des manufacturiers d’équipements pour la transformation du bois. « La hausse des taux d’intérêt a fait diminuer la demande pour la construction de nouvelles maisons », a-t-il dit. 

Alors que les taux d’intérêt à long terme sont désormais aux alentours de 4,5 %, la croissance de la construction pour les maisons résidentielles demeurera faible, à 1,5 %. Ainsi, 900 000 maisons unifamiliales devraient être construites en 2019 aux États-Unis alors que les besoins réels se chiffrent plutôt à 1,2 million d’unités, ajoute ce dernier. 

Pour éviter que la situation ne se dégrade davantage. Robert Dietz estime que la Réserve fédérale américaine sera moins agressive, en prenant une pause sur la hausse des taux d’intérêt. Hier, la Fed a d’ailleurs laissé les taux inchangé. D’ici la fin de l’année, l’économiste s’attend toutefois à une légère hausse en ajoutant que les taux à long terme devraient plafonner à 5 % en 2019.

Ce dernier croit que la hausse du niveau de dettes des étudiants américains (239 %) ainsi que la hausse de la dette personnelle, est une des explications menant à une faible croissance de la construction. « Les jeunes restent chez leur parents beaucoup plus longtemps qu’avant », dit-il. Aujourd’hui, un jeune de 25 à 34 ans sur cinq vit encore chez ses parents, soit le double d’il y a 20 ans. 

Le vieillissement de la population explique, en partie, la faible demande. Cette situation fait aussi en sorte que le marché de l’emploi est très serré, avec un taux de chômage sous les 4 %. « Il y a 300 000 emplois à combler dans l’industrie de la construction États-Unis », remarque Robert Dietz, ce qui crée un énorme manque de main-d’œuvre et de productivité. 

Près de 60% du bois d’œuvre québécois est exporté aux États-Unis.

Des alliés américains pour éliminer les tarifs douaniers

L’Association nationale des constructeurs de maisons est un des fidèles alliés de l’industrie canadienne des produits forestiers, a tenu à rappeler Robert Dietz, son économiste en chef. « Nous nous battons constamment pour le libre-marché », a-t-il soutenu, en mentionnant que son organisation a réussi à obtenir 120 signatures des membres du congrès pour faire la promotion de cette idée. 

Toutefois, il admet que le gouvernement américain n’est pas le plus fervent défenseur du libre-marché et il estime qu’il faudrait compter 4 à 5 ans avant le règlement de ce litige et de l’abolition des tarifs, soit le même délai que lorsque des conflits précédents.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Évènements

Forêt signature
July 5-7, 2019
Woodrise
September 30-3, 2019
Expo Grands Travaux
May 1-2, 2020

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.