Débrayage des transporteurs forestiers : « Le statu quo n’est pas une option »

Le Courant
Novembre 08, 2017
Écrit par Le Courant
« Depuis 2007 on se serre la ceinture, mais là, pour ma part, il n’y en a plus de trou dans la ceinture » : le 3 novembre dernier, le directeur général de la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides (CFHL), Benoit Bisaillon, et une centaine de transporteurs forestiers des Hautes-Laurentides et de la Haute-Gatineau ont manifesté leur mécontentement par rapport à leurs conditions salariales. 

Benoit Bisaillon, directeur général de la CFHL, aux transporteurs forestiers présents pour la mobilisation (photo : Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides). 

Vous les avez peut-être croisés sur la 309 ou la 117 : plus de 100 camionneurs, séparés en deux convois qui partaient simultanément de Ferme-Neuve et de Grand-Remous, se sont rejoints à Mont-Laurier, dans le stationnement des Ateliers de Réparation B & R Ltée.

Ils souhaitent avoir de meilleures conditions salariales, réclamant que le taux horaire global passe de 100 à 115$ de l’heure, un montant « non négociable ». À titre comparatif, ils rapportent que les transporteurs ontariens jouissent d’un taux horaire oscillant entre 115 et 120$ de l’heure. M. Bisaillon croit qu’« il doit y avoir un mode de rémunération et des conditions d'exercice uniformes pour l'ensemble des camionneurs » québécois.

Lire la suite

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires