Débrayage des transporteurs forestiers : « Le statu quo n’est pas une option »

Le Courant
Novembre 08, 2017
Écrit par Le Courant
« Depuis 2007 on se serre la ceinture, mais là, pour ma part, il n’y en a plus de trou dans la ceinture » : le 3 novembre dernier, le directeur général de la Coopérative forestière des Hautes-Laurentides (CFHL), Benoit Bisaillon, et une centaine de transporteurs forestiers des Hautes-Laurentides et de la Haute-Gatineau ont manifesté leur mécontentement par rapport à leurs conditions salariales. 

Benoit Bisaillon, directeur général de la CFHL, aux transporteurs forestiers présents pour la mobilisation (photo : Alexandre Dubé - Le Courant des Hautes-Laurentides). 

Vous les avez peut-être croisés sur la 309 ou la 117 : plus de 100 camionneurs, séparés en deux convois qui partaient simultanément de Ferme-Neuve et de Grand-Remous, se sont rejoints à Mont-Laurier, dans le stationnement des Ateliers de Réparation B & R Ltée.

Ils souhaitent avoir de meilleures conditions salariales, réclamant que le taux horaire global passe de 100 à 115$ de l’heure, un montant « non négociable ». À titre comparatif, ils rapportent que les transporteurs ontariens jouissent d’un taux horaire oscillant entre 115 et 120$ de l’heure. M. Bisaillon croit qu’« il doit y avoir un mode de rémunération et des conditions d'exercice uniformes pour l'ensemble des camionneurs » québécois.

Lire la suite

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.