Bois d'oeuvre: une première manche pour le Canada

La Presse
Avril 12, 2017
Écrit par La Presse
    Alors que l’industrie forestière canadienne se prépare au choc de l’imposition de droits compensateurs par les États-Unis, à la fin du mois, elle peut célébrer une petite victoire : l’industrie américaine renonce à taxer l’importation de produits semi-finis.

    En effet, dans sa demande originale au département du Commerce, la U.S. Lumber Coalition voulait inclure des éléments finis ou semi-finis comme les cadres de fenêtre, les poutrelles, les pièces de sommier et les palettes d’expédition dans sa demande de droits compensateurs.

    Dans une lettre datée du 3 avril et adressée au secrétaire au Commerce Wilbur Ross, le comité regroupant l’industrie américaine du bois d’œuvre a laissé tomber ces prétentions.

    C’est un grand soulagement, particulièrement au Québec, où l’industrie a développé plusieurs produits transformés. « On a fait beaucoup de représentations pour exclure ces produits et la Coalition américaine a accepté de les retirer de leur demande, affirme Michel Vincent, économiste au Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ). C’est beaucoup le Québec qui a réussi ça, c’est un enjeu important pour nous. Nos tiges sont plus petites, mais le bois est de haute qualité, très dense. On utilise une partie de ce bois pour faire par exemple des poutrelles en "I". »

    Lire la suite




    Ajouter un Commentaire


    Code de sécurité
    Rafraîchir

    Centre d'abonnement

     
    Nouvel abonnement
     
    Vous êtes déjà abonné?
     
    Service à la clientèle
     
    Voir Digital Magazine Renouvellement

    Les plus populaires