Bois d'œuvre: les scieries sous pression

La Presse
Septembre 04, 2019
Écrit par La Presse
Après s’être envolé au début de l’année 2018, le prix du bois d’œuvre est retombé aussi vite dans les mois suivants. Aux prix actuels, les scieries québécoises, prises globalement, ne font pas leurs frais, étant donné qu’elles continuent d’absorber des tarifs douaniers américains de plus de 20 %. Que leur réserve l’avenir ?

La scierie Arbec de Port-Cartier a fermé temporairement ses portes le vendredi 23 août. Sa direction plaide des difficultés temporaires d’approvisionnement concernant le bois qui est acheminé à l’usine par train. On parle de 56 mises à pied pour une période indéterminée.

« Présentement, les prix ne sont pas à des bas historiques, mais ce ne sont pas des prix qui permettent à nos entreprises de générer des profits », dit au téléphone Michel Vincent, économiste du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ).

Il faudrait un indice Pribec autour de 500 $ les mille pieds-planche pour que l’industrie québécoise cesse d’essuyer des pertes. L’indice Pribec, qui représente un panier des plus beaux produits, souvent destinés à l’exportation, de nos scieries, se situe actuellement autour de 470 $.

Lire la suite

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.