Nouvelles
Avec la pénurie de main-d'oeuvre qui sévit, les employeurs usent de différentes stratégies pour attirer les travailleurs. Parmi elles, il y a le recrutement auprès des élèves. Le phénomène n'est pas nouveau, mais les jeunes n'ont jamais été autant sollicités.


Des entreprises comme Rio Tinto ont visité des écoles pour vanter leurs avantages et possibilités d’emploi.  La situation au niveau du recrutement est une situation préoccupante. Malgré tout, Rio Tinto est en mesure encore de bien tirer son épingle du jeu, mais on vise, oui, à recruter des gens plus jeunes. Il s'agit de la génération de demain au niveau des employés. , explique Véronick Lalancette, porte-parole de Rio Tinto.

Elle ajoute que diverses stratégies sont mises en place notamment au niveau des médias sociaux. On souhaite avoir un positionnement qui est plus jeune, plus dynamique.

Des représentants de Produits forestiers Résolu (PFR) et le Cégep de Saint-Félicien se sont même rendus en France cette année pour convaincre des élèves de venir suivre une formation dans le domaine forestier. Ceux-ci pourront bénéficier de stages.

Lire la suite
Les usines de Produits forestiers Résolu ouvraient leurs portes à la population, samedi, aux quatre coins du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’était le premier événement du genre organisé conjointement entre toutes les installations régionales de la multinationale et des milliers de curieux ont répondu à l’appel. 
Un an après le Sommet sur l’emploi en aménagement forestier, les partenaires de cette industrie s’engagent dans la mise en place d’un plan d’action sous la coordination du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent.
Produits forestiers Résolu a décidé de gâter ses actionnaires en leur retournant environ 135 millions sous forme de dividende spécial, alors que l'entreprise s'est récemment délestée de certaines usines aux États-Unis.
L’industrie forestière du Québec craint de ne pas être en mesure de remplacer ses travailleurs qui partiront à la retraite.
En septembre 2018, le FSC Canada a présenté sa norme d'aménagement forestier nationale au Comité des politiques et des normes (CPN) du FSC International pour approbation.
FSC Canada a présenté son nouveau conseil d'administration.
L’orignal est un magicien. Il peut transformer une forêt de feuillus en forêt de conifères ou encore faire apparaître une prairie forestière là où trônait une sapinière. Pour réussir ces prodiges, les orignaux doivent évidemment atteindre une densité critique et besogner pendant plusieurs années, mais leur action combinée peut métamorphoser les paysages après une coupe forestière. C’est ce que suggèrent des travaux menés en Norvège et au Québec auxquels collabore Laurent De Vriendt, du Département de biologie.
Après plusieurs années de disette, Lebel-sur-Quévillon s’apprête à nouveau à mordre à belles dents dans la prospérité économique. Les nombreux projets miniers qui se développent sur son territoire modifient petit à petit le paysage de la municipalité nordique.
L'industrie forestière a toujours été un des piliers de l'économie québécoise. Une municipalité sur cinq dépend toujours de ce secteur d'activité. Mais les disputes commerciales avec les États-Unis, les changements climatiques et la rareté de la main-d'oeuvre posent de nouveaux défis auxquels tente de répondre le Collectif pour une forêt durable.
La foresterie est au cœur de l’activité de plusieurs régions du Québec. Pour illustrer la portée de cette industrie, une municipalité sur cinq dépend du secteur forestier qui comprend 134 000 propriétaires de forêts privées.
L’augmentation de la température moyenne dans la forêt boréale pourrait favoriser les épidémies d’insectes, dont la tordeuse du bourgeon de l’épinette qui ravage des superficies importantes de territoire.
Vendredi, c’est à Montréal qu’une soixantaine d’intervenants issus de toutes les sphères socioéconomiques du Québec se sont unis autour d’une même cause : la valorisation de notre forêt boréale, dans une optique de développement durable. Pourquoi Montréal, loin des épinettes et des maringouins, direz-vous ? Parce que c’est dans les grands centres, loin de la réalité, que les gens sont le plus susceptibles d’adhérer au contre-discours démagogique des Greenpeace de ce monde. Pour une fois, ce sont les représentants du Québec tout entier qui, d’une seule et même voix, invitent la population à comprendre la forêt sous tous ses angles, à se l’approprier et à en être fière.
Le Centre spécialisé en entrepreneuriat multi-ressources (CSEMR) en cours d’implantation à Dolbeau-Mistassini pourrait accueillir 64 étudiants dès sa première année d’opération, pour atteindre 350 entrepreneurs ou aspirants-entrepreneurs par an au bout de cinq ans. 
Le secteur forestier du Canada demeure une importante source de bons emplois dans la classe moyenne et de revenus dans les collectivités de tout le pays, y compris les collectivités autochtones, rurales et éloignées. Notre gouvernement continue de travailler avec les peuples autochtones pour s'assurer non seulement qu'ils participent aux projets de mise en valeur des ressources naturelles, mais aussi qu'ils en tirent profit.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.