Nouvelles
Après une première expérience concluante l’an dernier, le Groupement forestier de Kamouraska accueillerait de nouveau des travailleurs sylvicoles mexicains au courant l’été. L’an dernier, quatre avaient prêté main-forte aux travailleurs québécois qui eux se font de plus en plus rares.
La Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM) va utiliser les aéroports de Matane et de Gaspé, pour la première fois depuis la récente infestation de la tordeuse du bourgeon de l'épinette, pour leur programme de contrôle de l'insecte envahisseur. Ces bases s'ajoutent à celles de Mont-Joli, de Bonaventure et de Sainte-Anne-des-Monts. De plus, la SOPFIM a décidé d'abandonner l'aéroport de Rimouski.
Les produits Gilbert annoncent la réalisation d'un projet d'investissement évalué à près de 5 millions de dollars. Ce projet vise l'acquisition d'équipements numériques à la fine pointe de la technologie, tels que des cellules de soudage robotisées ainsi que des centres d'usinage entièrement automatisés, qui permettront à l'entreprise d'assurer sa croissance, d'accroître sa productivité et de créer 18 emplois.
Les finissants en Technologie forestière du Cégep de Sainte-Foy ont visité trois entreprises forestières beauceronnes le 1ermai dernier. Une opération charme initiée par le manufacturier d’équipement Pro Pac.
L’industrie de la transformation du bois représente l’un des principaux moteurs économiques des régions du Québec. Plus spécifiquement, dans les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, on dénombre plus de 5500 travailleurs en emploi dans le secteur répartis au sein de plus de 240 usines. Les salaires versés à la production dépassent 150 millions de dollars annuellement. 
Au cours des dernières années, le secteur forestier québécois a été confronté à plusieurs défis importants qui nécessitent une innovation continue des façons de faire. Les valeurs changeantes de la société sont un vecteur important de cette innovation et incitent les décideurs et les aménagistes forestiers à revoir leurs pratiques. La conservation du territoire et l’adoption de pratiques sylvicoles adaptées afin de minimiser l’impact de nos interventions sur les écosystèmes sont maintenant au cœur des préoccupations. 
Comprendre en cinq minutes le rôle des forêts et des produits du bois dans la lutte contre les changements climatique.
Lors de la soutenance de sa thèse qui avait lieu le 8 mai dernier, la doctorante en sciences de l’environnement de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Clémentine Pernot, a démontré qu’il pourrait être avantageux d’enfouir la base de la tige des semis d’épinette noire de quelques centimètres dans le sol afin d’engendrer le développement de racines adventives et ainsi augmenter leur performance durant leurs premières années de croissance.
Une forêt enchantée, non. Une forêt qui chante, pourquoi pas? Maxence Martin, un doctorant en biologie de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), a réussi à transposer en musique la croissance des arbres.

Celui qui cherche à comprendre la diversité et la dynamique des vieilles forêts boréales a créé des mélodies. Il a même monté avec d’autres étudiants l’exposition Symphonies boréales qui est présentée jusqu’à vendredi au pavillon des arts de l’UQAC dans le cadre du 13e colloque du Centre d’étude de la forêt.

Ce projet s’est fait en marge de son doctorat. Le but, c'est vraiment de proposer quelque chose de pédagogique, d'original pour amener un peu plus d'intérêt et de compréhension par rapport aux vieilles forêts boréales parce que c'est quand même un sujet très important au Québec, soutient-il.

Lire la suite
Saviez-vous qu’on retrouve dans la région de la Capitale-Nationale les trois niveaux d’enseignement pour la plupart des métiers de la forêt et du bois? Que ce soit le diplôme d’études professionnelles, la technique, le baccalauréat, la maîtrise ou le doctorat, le choix est considérable. 
Après avoir été fermée depuis plus de 10 ans, l’usine de pâte kraft de Lebel-sur-Quévillon reprend vie grâce à un projet de relance mené par l’entreprise Chantiers Chibougamau. Cette nouvelle filiale, dénommée Nordic Kraft, devrait entrer en production en 2020, si les différentes sources de financement se confirment. Près de 100 millions de dollars ont déjà été investis dans le projet de 320 M $.
Aujourd’hui plus que jamais, la forêt est au cœur de la lutte contre les changements climatiques à l’échelle planétaire. Les forêts sont indispensables dans le cycle du carbone et pour le maintien de la biodiversité terrestre. Aussi, les arbres peuvent tantôt limiter les impacts d’événements climatiques extrêmes, tantôt contribuer à absorber les eaux de ruissellement ou encore réduire l’érosion des bandes riveraines. 
En 2011, Produits forestiers Résolu a pris l’engagement ambitieux de réduire au plus tard en 2015 les émissions de gaz à effet de serre (GES) de niveaux 1 et 2 de 65 % par rapport à 2000. Grâce aux efforts considérables déployés dans les installations de la Société, PFR a  atteint sa cible avant l’échéance. Mais ils ne se sont  pas arrêtés là. À la fin de 2015, la réduction des émissions de GES de niveaux 1 et 2 s’établissait à 70 %, et à la fin de 2017, elle passait à 76 %. 
Les travailleurs de Produits forestiers Résolu de Senneterre ont un nouveau contrat de travail.
La filiale de Chantiers Chibougamau qui relance l’usine de pâtes et papiers de Lebel-sur-Quévillon mise sur une stratégie audacieuse pour recruter de la main-d’œuvre, en payant 16 étudiants qui désirent entreprendre un diplôme d’études professionnel de 1170 heures. Les candidats choisis recevront ainsi 23 400 $ pour étudier, avant d’accéder à un emploi leur permettant de gagner un minimum de 65 000 $ par an.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.