Nouvelles
L'industrie forestière a toujours été un des piliers de l'économie québécoise. Une municipalité sur cinq dépend toujours de ce secteur d'activité. Mais les disputes commerciales avec les États-Unis, les changements climatiques et la rareté de la main-d'oeuvre posent de nouveaux défis auxquels tente de répondre le Collectif pour une forêt durable.
La foresterie est au cœur de l’activité de plusieurs régions du Québec. Pour illustrer la portée de cette industrie, une municipalité sur cinq dépend du secteur forestier qui comprend 134 000 propriétaires de forêts privées.
L’augmentation de la température moyenne dans la forêt boréale pourrait favoriser les épidémies d’insectes, dont la tordeuse du bourgeon de l’épinette qui ravage des superficies importantes de territoire.
Vendredi, c’est à Montréal qu’une soixantaine d’intervenants issus de toutes les sphères socioéconomiques du Québec se sont unis autour d’une même cause : la valorisation de notre forêt boréale, dans une optique de développement durable. Pourquoi Montréal, loin des épinettes et des maringouins, direz-vous ? Parce que c’est dans les grands centres, loin de la réalité, que les gens sont le plus susceptibles d’adhérer au contre-discours démagogique des Greenpeace de ce monde. Pour une fois, ce sont les représentants du Québec tout entier qui, d’une seule et même voix, invitent la population à comprendre la forêt sous tous ses angles, à se l’approprier et à en être fière.
Le Centre spécialisé en entrepreneuriat multi-ressources (CSEMR) en cours d’implantation à Dolbeau-Mistassini pourrait accueillir 64 étudiants dès sa première année d’opération, pour atteindre 350 entrepreneurs ou aspirants-entrepreneurs par an au bout de cinq ans. 
Le secteur forestier du Canada demeure une importante source de bons emplois dans la classe moyenne et de revenus dans les collectivités de tout le pays, y compris les collectivités autochtones, rurales et éloignées. Notre gouvernement continue de travailler avec les peuples autochtones pour s'assurer non seulement qu'ils participent aux projets de mise en valeur des ressources naturelles, mais aussi qu'ils en tirent profit.
Le Collectif pour une forêt durable a célébré son premier anniversaire, vendredi à Montréal, en réunissant ses 60 partenaires, provenant des entreprises, des organisations syndicales, des institutions d'enseignement collégial et universitaire, de groupes environnementaux, de fonds de travailleurs, du milieu municipal ainsi que de la recherche et développement.
Le Collectif pour une forêt durable entame sa deuxième année d'existence avec enthousiasme en accueillant une dizaine de nouveaux partenaires, dont l'adhésion au Collectif témoigne de l'importante mobilisation en faveur de la forêt québécoise.
Au cours des dernières années, les techniques de récolte et de transformation du bois ont évolué très rapidement, en incorporant des technologies de plus en plus poussées. Pour offrir un rare regard sur les usines de sciage, de pâtes et papiers, sur sa centrale hydroélectrique et sur les opérations forestières, Produits forestiers Résolu ouvrira ses portes à la population dans toutes ses installations du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le 10 novembre. 
Depuis le 17 octobre 2018, la Loi concernant le cannabis et modifiant la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, le Code criminel et d’autres loisest en vigueur. Le cannabis est donc actuellement une substance légale.
Le nouveau ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, monsieur Pierre Dufour, effectuera l’une de ses premières sorties officielles en Abitibi-Témiscamingue, à l’occasion du 75e congrès annuel de l’Association forestière de l’Abitibi-Témiscamingue (AFAT) qui se tiendra le vendredi 9 novembre prochain, au Centre de congrès de Rouyn-Noranda.
Depuis plus d’un an, l’industrie forestière canadienne fait face à l’imposition de droits compensateurs sur le bois d’œuvre exporté aux États-Unis, sans parler d’une taxe antidumping. La mise en vigueur d’un nouvel accord commercial avec le gouvernement américain n’a pas mis fin à ces frais. Soucieux d’aider à mieux vendre ce produit, le gouvernement fédéral vient d’annoncer un financement de 700 000 dollars pour aider les exportations vers d’autres pays. Une initiative intéressante selon Luc Bouthillier, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt.
Spécialisée dans les composants de clôtures et de sommiers, l'entreprise Industries PF fait face à une tempête parfaite. Plusieurs de ses produits exportés aux États-Unis sont frappés d'une taxe de 20,83 %, alors que le prix de la matière première est à la hausse et la main-d'oeuvre, extrêmement rare. Malgré tout, la PME parvient à tirer son épingle du jeu.
J.D. Irving, Limited (JDI) continue de trouver des moyens de réduire et de réutiliser les déchets découlant de ses activités de production forestière et de faire bon usage de ses matières résiduelles au sein de ses activités et de la collectivité.
Dès la mi-novembre, les Serres Toundra pourront enfin faire pousser des concombres grâce aux rejets de dioxyde de carbone de l'usine de pâte kraft de Produits forestiers Résolu, à Saint-Félicien. L'idée peut sembler saugrenue, mais pourtant, l'unité de capture de ce gaz à effet de serre vient d'être installée sur les terrains de PFR.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.