Nouvelles
L’entreprise beauceronne Bois Hamel, qui est à l’origine du mur artéfact de place des Canotiers à Québec, pourra continuer d’exporter ses produits vers les États-Unis sans que ceux-ci soient assujettis aux droits compensatoires.
À moins d’un revirement majeur, les États-Unis devraient imposer de nouveaux droits sur le bois d’oeuvre cette semaine. Le prolongement du conflit menace l’industrie canadienne, même si Québec et Ottawa ont déployé des mesures musclées pour venir en aide aux producteurs d’ici.
C'est avec désolation que le Syndicat national des travailleuses et travailleurs des pâtes et papiers d'Alma, le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay-Lac-St-Jean(CCSNSLSJ-CSN) et la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN) ont constaté l'approche utilisée par Greenpeace dans le conflit juridique qui l'oppose à Produits forestiers Résolu (PFR).
Le président du conseil d'administration du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), M. Éric Bouchard, est fier d'annoncer la nomination de M. Denis Lebel à titre de président-directeur général. M. Lebel succédera à M. André Tremblay, qui assure la direction du CIFQ depuis le 1er janvier 2011. M. Lebel entrera en fonction en septembre prochain.
Un grand rassemblement, organisé par le syndicat Unifor Québec, s'est tenu devant l'usine Kénogami de Produits forestiers Résolu (PFR), lundi, dans le cadre de la journée nationale d'action pour l'emploi forestier.
Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a quitté Washington avec le sentiment que les personnes ayant un rôle important à jouer dans le conflit du bois d'oeuvre au sein du gouvernement américain ont aujourd'hui une meilleure connaissance de la réalité de l'industrie québécoise.
L'Association des produits forestiers du Canada (APFC) voit d'un bon œil la mise en place, par la ministre de l'Environnement et du Changement climatique, l'honorable Catherine McKenna, et son gouvernement, du Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, d'une valeur de 2 milliards de dollars sur cinq ans. En voici les détails :
Selon Derek Nighbor, président et chef de la direction de l’Association des produits forestiers du Canada (APFC)), notre secteur forestier a subi de profondes transformations. Dans ce texte, le dernier d’une série de trois, Nighbor se réfère aux défis que le secteur doit relever et aux occasions qui s’offrent, et à la manière dont l’innovation canadienne se positionne pour que le secteur puisse exceller dans un marché de bioproduits en forte croissance. Si vous ne l’avez pas déjà fait, assurez-vous de consulter les parties 1 et 2, soit Le secteur forestier du Canada : enraciné dans l’histoire économique du pays, et Le bois d’œuvre V, une infographie expliquant le conflit du bois d’œuvre entre le Canada et les États-Unis.
Après les élus, c'est au tour d'un groupe de syndicalistes de se rendre aux États-Unis pour plaider la cause de l'industrie forestière québécoise, aux prises avec une surtaxe sur le bois d'œuvre.
C'était hier. Dans le tourbillon du développement de l’industrie lourde, de celle des pâtes et papiers et de la production de lingots d’aluminium, au début du XXe siècle, on promettait que la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean allait devenir la Chicago du Nord. Quelque 100 ans plus tard, force est de se demander si notre région ne deviendra pas plutôt une Detroit du Nord avec ses échecs, ses ruines et ses rêves brisés.
À écouter la ministre fédérale des Affaires étrangères Chrystia Freeland, la dispute canado-américaine sur le bois d’oeuvre n’est pas près de se régler de sitôt.
Une journée « forêt » était organisée mercredi pour les élèves de la cinquième année du primaire du Témiscamingue.
Le Gouvernement du Québec accorde trois montants d'aide financière totalisant 2,7 M$ à l'entreprise DK-Spec pour concevoir une nouvelle génération d'outils d'affûtage, d'écorçage et d'équarrissage pour l'industrie des produits forestiers.
L’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) a déposé un rapport sur l’agriculture et la foresterie dans l’Est-du-Québec. François L’Italien, l’un des chercheurs qui ont participé à cette analyse, a indiqué que même si le Bas-Saint-Laurent se porte mieux que la Gaspésie, notre région pourrait faire mieux.
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, annonce la reconduction du Programme de mise en valeur des forêts privées (PAMVFP) pour l'année en cours par un investissement de 28,5 M$. Ce programme offre un soutien financier aux producteurs forestiers reconnus pour l'aménagement de leurs boisés. Administré par les agences régionales de mise en valeur des forêts privées du Québec, le PAMVFP s'applique à l'aide technique et à l'exécution des travaux sylvicoles admissibles.
Page 1 sur 64

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires