Nouvelles de l’industrie

Selon le rapport de PwC sur les transactions dans le secteur forestier, papetier et des produits d'emballage (« FPP ») pour le premier trimestre (T1) de 2017, le nombre et la valeur des transactions de fusion et acquisition dans le secteur FPP ont augmenté par rapport au quatrième trimestre (T4) de 2016. Un total de 23 transactions de fusion et acquisition ont été annoncées au T1 de 2017, pour une valeur totale de 4,2 G$ US. Les facteurs fondamentaux du secteur des produits de la construction demeurent favorables en raison de la croissance constante du nombre de mises en chantier aux États-Unis, en hausse de 9,9 % au T4 de 2016 par rapport à la même période en 2015. 
Les gouvernements du Canada et du Québec ont annoncé l'offre d'un financement de 12,5 millions de dollars à l'entreprise Papier Masson, située à Gatineau, secteur Masson-Angers (Québec), afin de l'aider à implanter un nouveau procédé - le premier du genre en Amérique du Nord - de production de fibre de bois destinée à la fabrication de composites bois-plastique.
Produits forestiers Résolu a annoncé un bénéfice net selon les PCGR de 14 M$, soit 0,15 $ par action, pour le trimestre clos le 30 septembre 2016, contre une perte nette selon les PCGR de 6 M$, soit 0,07 $ par action, pour la période correspondante de 2015. Les ventes du trimestre ont atteint 888 M$, en baisse de 17 M$, soit 2 %, par rapport au troisième trimestre de 2015. La Société a dégagé un bénéfice net, avant les éléments hors gestion courante, de 19 M$, soit 0,21 $ par action, contre un bénéfice net de 14 M$, soit 0,15 $ par action, pour le troisième trimestre de 2015.
Le secteur du bois d'oeuvre a dégagé un bénéfice d'exploitation de 20 millions $ pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 24 millions $ par rapport au trimestre précédent.
Les charges liées à la fermeture d’une machine à papier ont plombé les résultats de Produits forestiers Résolu, au dernier trimestre.
L’entreprise beauceronne Bois Hamel, qui est à l’origine du mur artéfact de place des Canotiers à Québec, pourra continuer d’exporter ses produits vers les États-Unis sans que ceux-ci soient assujettis aux droits compensatoires.
À moins d’un revirement majeur, les États-Unis devraient imposer de nouveaux droits sur le bois d’oeuvre cette semaine. Le prolongement du conflit menace l’industrie canadienne, même si Québec et Ottawa ont déployé des mesures musclées pour venir en aide aux producteurs d’ici.
C'est avec désolation que le Syndicat national des travailleuses et travailleurs des pâtes et papiers d'Alma, le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay-Lac-St-Jean(CCSNSLSJ-CSN) et la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN) ont constaté l'approche utilisée par Greenpeace dans le conflit juridique qui l'oppose à Produits forestiers Résolu (PFR).
Le président du conseil d'administration du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), M. Éric Bouchard, est fier d'annoncer la nomination de M. Denis Lebel à titre de président-directeur général. M. Lebel succédera à M. André Tremblay, qui assure la direction du CIFQ depuis le 1er janvier 2011. M. Lebel entrera en fonction en septembre prochain.
Un grand rassemblement, organisé par le syndicat Unifor Québec, s'est tenu devant l'usine Kénogami de Produits forestiers Résolu (PFR), lundi, dans le cadre de la journée nationale d'action pour l'emploi forestier.
Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a quitté Washington avec le sentiment que les personnes ayant un rôle important à jouer dans le conflit du bois d'oeuvre au sein du gouvernement américain ont aujourd'hui une meilleure connaissance de la réalité de l'industrie québécoise.
Le ton se durcit à Washington à propos du bois d'oeuvre, estime le négociateur du Québec dans ce dossier, Raymond Chrétien, qui continue de plaider pour une solution négociée entre le Canada et les États-Unis.
Alors que plane une fois encore la menace de mesures de représailles contre l’industrie forestière québécoise, les maires de Rouyn-Noranda et Senneterre ont directement interpellé le premier ministre du Canada pour qu’un nouvel accord sur le bois d’œuvre soit rapidement signé.
En relançant des négociations sur le commerce entre le Canada et les États-Unis, il semble que l'administration Trump soit encline à revoir le dossier du bois d'oeuvre, qui pourrit les relations entre les deux pays depuis des décennies. Ne serait-il pas souhaitable, une fois pour toutes, que l'ALENA, qui s'applique sur les échanges des biens, des produits et de certains services, soit respecté dans le dossier du bois d'oeuvre?
Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitão, est lui aussi ouvert à une potentielle renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec l'administration Trump, et suggère même que certains dossiers, comme le bois d'oeuvre, y soient enchâssés.
Le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) se réjouit de la signature de l'Accord économique commercial et global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne.
Philippe Couillard promet d’aider l’industrie forestière si elle devait être frappée par un tarif pouvant atteindre 25 % sur le bois d’œuvre.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires