Nouvelles de l’industrie

Produits forestiers Résolu n’a pas échappé aux effets de la fluctuation des prix du bois d’oeuvre l’an dernier et a vu son action plonger en Bourse jeudi. À la Bourse de Toronto, le titre de la compagnie forestière a abandonné 12,4 %, ou 1,47 $, au cours de la séance, pour se négocier à 10,41 $.
L’industrie forestière sera encore confrontée à de la volatilité l’an prochain, selon le Mouvement Desjardins, alors que rien ne laisse entrevoir une résolution rapide de la dispute canado-américaine sur le bois d’œuvre.
L’industrie forestière sera encore confrontée à de la volatilité l’an prochain, selon le Mouvement Desjardins, alors que rien ne laisse entrevoir une résolution rapide de la dispute canado-américaine sur le bois d’oeuvre.
Les prix pour le bois d’œuvre et les panneaux structuraux avaient commencé l’année 2018 avec une vigueur spectaculaire qui s’est poursuivie jusqu’à la mi-année. Le déclin observé à partir de juin a été tout aussi imposant, ce qui ramène les prix à un plus faible niveau d’ici la fin de l’année et jusqu’au début 2019. Depuis octobre, les prix ont frôlé la limite des opérations rentables dans les scieries les moins performantes. On a observé récemment des fermetures en Colombie-Britannique qui ne furent toutefois pas dictées par la baisse des prix autant que par la disponibilité de la ressource.
Le prix du bois d'oeuvre a chuté à l'automne encore plus vite qu'il n'avait grimpé au cours de l'été, ce qui n'empêche pas les entreprises québécoises d'investir dans la modernisation de leurs installations.
Le prix du bois d’oeuvre est en chute libre depuis le début de l’automne. Il s’agit de la plus importante baisse de prix enregistrée depuis les 30 dernières années, alors que les ventes du 1000 PMP (pied mesure de planche) se rapprochent dangereusement des coûts de production des usines québécoises.
Les coprésidents du Comité sectoriel de main-d’œuvre en aménagement forestier sont heureux d’annoncer la nomination de Mme Sylvie Gaumond au poste de directrice générale.
Quand la papetière Kruger de Trois-Rivières aura digéré sa dernière pitoune, en février, la page se tournera définitivement sur ces petits billots de bois et sur un grand pan de l'histoire économique du Québec.
D’ici la fin mars, le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean (SPBSLSJ) livrera 30 000 mètres cubes de bois à l’usine de panneaux de Norbord, à Chambord. Il ne suffit désormais que d’une embellie sur les marchés pour repartir l’usine fermée depuis plus de 10 ans.« Il y a de très bons signes pour la relance, mais on ne connaît pas encore la date de réouverture, lance d’emblée Pierre Beaulieu, le directeur général de l’usine Norbord, à Chambord. L’objectif est de redémarrer le plus tôt possible, mais le marché devra être favorable ».Depuis la fin du mois de janvier, les producteurs de bois de la région ont recommencé à récolter davantage de peuplier faux-tremble, car Norbord, le plus gros preneur de la région, leur a commandé 30 000 mètres cubes de bois. « C’est une annonce très positive qui pourrait nous permettre de leur vendre 175 000 à 200 000 mètres cubes à moyen terme », souligne Pierre-Maurice Gagnon, président du SPBSLSJ, qui se réjouit de trouver des débouchées pour une essence de bois qui n’était pas valorisée à sa juste mesure depuis plusieurs années. 
Des citoyens de Lac-Kénogami sont en colère. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a annoncé que plusieurs arbres devront être coupés dans le secteur sud parce que le bois est trop affecté par la tordeuse des bourgeons de l'épinette.
L’arme la plus efficace pour lutter contre les changements climatiques, c’est la forêt. Par conséquent, la foresterie est un puissant outil d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre. C’est ce que soutient la professeure adjointe à l’Université Laval et ingénieure forestière Évelyne Thiffault.
Les prix du bois d'œuvre résineux ont augmenté spectaculairement la semaine dernière en Amérique du Nord, alors que les stocks insuffisants sur le terrain ont obligé les clients à se présenter à la table des achats importants.
Alors que les libéraux ont profité du congrès du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) pour dresser le bilan des actions prisent au cours des quatre dernières années à la tête du gouvernement, les partis d’opposition sont venus présenter comment ils souhaitent valoriser la forêt s’ils sont portés au pouvoir.
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, promet des investissements de plus de 827 M $ afin de soutenir la nouvelle Stratégie de développement de l’industrie québécoise des produits forestiers 2018-2023.
Le gouvernement débloque 127 millions $ supplémentaires pour la forêt. Ces sommes serviront notamment à bonifier le Programme Innovation Bois qui vise la création de nouveaux produits. Le budget de ce programme est passé de 22,5 millions $ à 70 millions $, en raison de sa grande popularité.
Le ton se durcit à Washington à propos du bois d'oeuvre, estime le négociateur du Québec dans ce dossier, Raymond Chrétien, qui continue de plaider pour une solution négociée entre le Canada et les États-Unis.
Alors que plane une fois encore la menace de mesures de représailles contre l’industrie forestière québécoise, les maires de Rouyn-Noranda et Senneterre ont directement interpellé le premier ministre du Canada pour qu’un nouvel accord sur le bois d’œuvre soit rapidement signé.
En relançant des négociations sur le commerce entre le Canada et les États-Unis, il semble que l'administration Trump soit encline à revoir le dossier du bois d'oeuvre, qui pourrit les relations entre les deux pays depuis des décennies. Ne serait-il pas souhaitable, une fois pour toutes, que l'ALENA, qui s'applique sur les échanges des biens, des produits et de certains services, soit respecté dans le dossier du bois d'oeuvre?

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.