Nouvelles de l’industrie

Entre janvier et décembre 2018, les producteurs forestiers visés par les 13 plans conjoints de producteurs de bois du Québec ont mis en marché environ 6,4 Mm³ solides de bois, toutes essences confondues, soit une hausse de 4 % par rapport à l'année 2017. En 2018, 76 % des livraisons du bois en provenance de la forêt privée furent destinées aux usines de sciage, 15 % aux usines de pâtes et papiers et 9 % aux usines de panneaux et autres utilisations.
Contrairement à 2018, les analystes anticipent que ce sera la variation de la demande et non les interruptions de l'offre qui sera le plus susceptible d'influencer le prix du bois d'œuvre. En effet, puisque les banquiers centraux ont été actifs ces derniers temps, l'impact des hausses de taux d'intérêt sur le marché de l'habitation sera à surveiller avec les chiffres des mises en chantier au Canada et aux États-Unis.
Produits forestiers Résolu n’a pas échappé aux effets de la fluctuation des prix du bois d’oeuvre l’an dernier et a vu son action plonger en Bourse jeudi. À la Bourse de Toronto, le titre de la compagnie forestière a abandonné 12,4 %, ou 1,47 $, au cours de la séance, pour se négocier à 10,41 $.
L’industrie forestière sera encore confrontée à de la volatilité l’an prochain, selon le Mouvement Desjardins, alors que rien ne laisse entrevoir une résolution rapide de la dispute canado-américaine sur le bois d’œuvre.
L’industrie forestière sera encore confrontée à de la volatilité l’an prochain, selon le Mouvement Desjardins, alors que rien ne laisse entrevoir une résolution rapide de la dispute canado-américaine sur le bois d’oeuvre.
Les prix pour le bois d’œuvre et les panneaux structuraux avaient commencé l’année 2018 avec une vigueur spectaculaire qui s’est poursuivie jusqu’à la mi-année. Le déclin observé à partir de juin a été tout aussi imposant, ce qui ramène les prix à un plus faible niveau d’ici la fin de l’année et jusqu’au début 2019. Depuis octobre, les prix ont frôlé la limite des opérations rentables dans les scieries les moins performantes. On a observé récemment des fermetures en Colombie-Britannique qui ne furent toutefois pas dictées par la baisse des prix autant que par la disponibilité de la ressource.
Lors de leur congrès annuel tenu à Orford, ces 6 et 7 juin, les délégués des propriétaires et producteurs forestiers de toutes les régions du Québec se sont questionnés sur les orientations du gouvernement Legault vis-à-vis la protection et la mise en valeur des forêts privées québécoises.
Jean-Pierre Dansereau, directeur général du Syndicat des propriétaires forestiers de la région de Québec (SPFRQ) de 2011 à 2018, et directeur général de la Fédération des producteurs forestiers du Québec de 2001 à 2011, a reçu le prix Henri-Paul-Gagnon lors du banquet du congrès de la Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) tenu à Orford, ce 6 juin.
Cela fait maintenant 10 ans que la Société de protection des forêts contre les insectes et les maladies (SOPFIM) arrose d'insecticide les forêts du Québec pour limiter les dégâts de la tordeuse.
Un vélo en bois« Un projet fou! » Loïc Dehoux en convient: fabriquer un cadre de vélo en bois représentait un grand défi de conception.  Il a fallu quatre ans de travail et trois prototypes pour arriver au produit final qui a été mis en marché à l’été 2018 par Picolo Vélo.
Le fédéral vient à la rescousse du programme ontarien 50 millions d'arbresaboli par le gouvernement de Doug Ford, octroyant 15 millions de dollars pour maintenir le programme pendant quatre ans.
Le gouvernement du Québec a récemment procédé à la onzième vague de protection d’écosystèmes forestiers exceptionnels (EFE). Ces forêts situées dans plusieurs régions de la province seront protégées à perpétuité à des fins d’éducation et de recherche.
J’aime beaucoup les chansons de Richard Desjardins. Et je crois aussi qu’il avait en partie raison de tirer la sonnette d’alarme sur les pratiques forestières il y a 20 ans, lorsqu’il a produit l’Erreur boréale en 1998. Mais je suis grandement déçu, quand il dit que la forêt boréale n’est pas en santé aujourd’hui.
Alors que les libéraux ont profité du congrès du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) pour dresser le bilan des actions prisent au cours des quatre dernières années à la tête du gouvernement, les partis d’opposition sont venus présenter comment ils souhaitent valoriser la forêt s’ils sont portés au pouvoir.
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, promet des investissements de plus de 827 M $ afin de soutenir la nouvelle Stratégie de développement de l’industrie québécoise des produits forestiers 2018-2023.
Le gouvernement débloque 127 millions $ supplémentaires pour la forêt. Ces sommes serviront notamment à bonifier le Programme Innovation Bois qui vise la création de nouveaux produits. Le budget de ce programme est passé de 22,5 millions $ à 70 millions $, en raison de sa grande popularité.
Le ton se durcit à Washington à propos du bois d'oeuvre, estime le négociateur du Québec dans ce dossier, Raymond Chrétien, qui continue de plaider pour une solution négociée entre le Canada et les États-Unis.
Alors que plane une fois encore la menace de mesures de représailles contre l’industrie forestière québécoise, les maires de Rouyn-Noranda et Senneterre ont directement interpellé le premier ministre du Canada pour qu’un nouvel accord sur le bois d’œuvre soit rapidement signé.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Évènements

Forêt signature
July 5-7, 2019
Expo Grands Travaux
May 1-2, 2020

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.