Nouvelles de l’industrie

Les producteurs de bois d'œuvre du Québec ont de quoi être aux anges, alors que le prix du bois d'œuvre atteint des sommets.
Les livraisons de bois d'oeuvre de la Colombie-Britannique vers les États-Unis ont plongé de 20 pour cent en mars par rapport à l'an dernier, en raison des problèmes connus par le secteur du transport ferroviaire, a indiqué lundi le gouvernement fédéral.
Le représentant du Nouveau-Brunswick dans le dossier du bois d'oeuvre, l'ex-ambassadeur américain David Wilkins, est confiant de voir une issue positive pour la province. Mais d'ici là, l'industrie pourrait connaître des difficultés.
L'année 2018 s'annonce prometteuse pour l'industrie forestière, malgré l'imposition de taxes par les États-Unis sur les importations de bois d'œuvre canadien, selon le professeur Luc Bouthillier.
Tirée par la croissance économique, les nouvelles capacités de production en Europe de l’Est et la demande de biocarburant, la production mondiale de bois  connait une forte croissance, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Pour la septième année consécutive, la production mondiale des principaux produits ligneux s’est envolée en 2016 atteignant un taux de croissance de 3 à 6%, a récemment relevé l’agence onusienne. 
L'Association des produits forestiers du Canada (APFC) exprime aujourd'hui son soutien à l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne, qui s'applique de façon provisoire à compter d'aujourd'hui. Cette entente entraîne l'élimination immédiate de quotas et de tarifs allant jusqu'à 10 % sur les exportations canadiennes de panneaux à base de bois et d'autres produits du bois vers l'Union européenne.
Le mois de juillet a donné lieu à une charge de travail importante à la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU). Elle rapporte que la foudre a causé au Québec 125 incendies au cours du mois, dont 96 en zone de protection intensive. Dans cette zone, 70 autres incendies ont été attribuables à l'activité humaine en forêt.
Produits forestiers Résolu, le plus important producteur de papier journal en Amérique du Nord, souhaite qu'un rare ralliement de politiciens démocrates et républicains permette de convaincre la Commission du commerce international des États-Unis d'infirmer la décision finale rendue jeudi sur les droits compensatoires et antidumping.
Produits forestiers Résolu, le plus important producteur de papier journal en Amérique du Nord, souhaite qu’un rare ralliement de politiciens démocrates et républicains permette de convaincre la Commission du commerce international des États-Unis d’infirmer la décision finale rendue jeudi sur les droits compensatoires et antidumping.
L’épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette que vit la Côte-Nord depuis 2006 lui a pris environ 3,4 millions d’hectares de forêt. Après 12 ans, les scientifiques s’entendent pour dire qu’elle tire à sa fin.
Alors que les conséquences du passage de la tordeuse des bourgeons de l’épinette sont connues, ce qu’il se produit par la suite demeure mystérieux. C’est ce que tentent de mettre en lumière les scientifiques de Ressources naturelles Canada.
Selon François Tardif, président de Maibec, « cette transaction permet aux employés de Maibec qui travaillent aux usines concernées de se joindre à une entreprise familiale québécoise aux assises fortes dans le secteur du bois d'œuvre au Bas-St-Laurent. Le Groupe Lebel poursuivra le développement de ces scieries et relèvera les défis de ce secteur avec une confiance renouvelée. »
Alors que les libéraux ont profité du congrès du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) pour dresser le bilan des actions prisent au cours des quatre dernières années à la tête du gouvernement, les partis d’opposition sont venus présenter comment ils souhaitent valoriser la forêt s’ils sont portés au pouvoir.
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, promet des investissements de plus de 827 M $ afin de soutenir la nouvelle Stratégie de développement de l’industrie québécoise des produits forestiers 2018-2023.
Le gouvernement débloque 127 millions $ supplémentaires pour la forêt. Ces sommes serviront notamment à bonifier le Programme Innovation Bois qui vise la création de nouveaux produits. Le budget de ce programme est passé de 22,5 millions $ à 70 millions $, en raison de sa grande popularité.
Le ton se durcit à Washington à propos du bois d'oeuvre, estime le négociateur du Québec dans ce dossier, Raymond Chrétien, qui continue de plaider pour une solution négociée entre le Canada et les États-Unis.
Alors que plane une fois encore la menace de mesures de représailles contre l’industrie forestière québécoise, les maires de Rouyn-Noranda et Senneterre ont directement interpellé le premier ministre du Canada pour qu’un nouvel accord sur le bois d’œuvre soit rapidement signé.
En relançant des négociations sur le commerce entre le Canada et les États-Unis, il semble que l'administration Trump soit encline à revoir le dossier du bois d'oeuvre, qui pourrit les relations entre les deux pays depuis des décennies. Ne serait-il pas souhaitable, une fois pour toutes, que l'ALENA, qui s'applique sur les échanges des biens, des produits et de certains services, soit respecté dans le dossier du bois d'oeuvre?

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.