Opérations Forestières

En vedette Abattage Récolte
Manufacturier au Québec

Un nouveau joueur s’ajoute dans le marché des abatteuses forestières.


22 février 2013
Par Mariève Paradis

Sujets
La portée maximum de la flèche et du balancier de l’abatteuse multifonctionnelle Eltec de série 270 est de 33.4 pieds. Au total, chaque machine contient plus de 7800 pièces qui seront toutes assemblées dans le parc industriel de Val-d’Or.

Anciennement Direct, les abatteuses forestières appartenant à Volvo changent de nom et de propriétaires. Les machines ELTEC seront fabriquées à Val-d’Or par une nouvelle filiale du Groupe Élement, Technologies Élément.

C’est dans le parc industriel de Val-d’Or où se trouve déjà Équipement Élément, spécialisé dans la vente, la réparation et l’entretien de machinerie lourde pour les secteurs minier, de la construction et de la foresterie que le bébé du Groupe Élément voit le jour. Technologies Élément possède désormais la propriété intellectuelle, les droits de fabrication, les dessins, les gabarits et les moules des trois machines forestières de Volvo.

« Nous avons eu quelques retards, mais nous commençons enfin la production en juin », lance Charles Arcand, directeur général de Technologies Élément. En mai, l’entreprise a embauché 18 nouveaux employés pour amorcer la fabrication des machines, renommées Eltec, dans les nouveaux locaux fraîchement bâtis derrière le bâtiment existant d’Équipement Élément. Lors de notre visite à la fin avril, les employés déjà embauchés travaillaient au déménagement et à la construction. « La prochaine fois que vous viendrez, vous n’allez pas vous reconnaître », promet M. Arcand.

Advertisment

L’avenir est grand pour les machines de Technologies Élément, autrefois fabriquées en Corée. « Nous souhaitons agrandir le réseau de distribution à la grandeur du Canada, en Nouvelle-Angleterre, sur la côte ouest américaine et même en Russie », prévoit le directeur général ajoutant que le réseau se limite présentement à la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Mais les affaires semblent rouler. Un distributeur de l’ouest du Canada a déjà démontré un intérêt pour les machines Eltec.

Le marché total des abatteuses tourne autour de 640 par année. Technologies Élément souhaite en fabriquer entre 35 et 40 par année sur trois quarts de travail. Pour la première année, la production tournera autour de 12 à 16 machines, le temps d’établir un réseau de distribution fort et d’offrir la formation à tous : employés et distributeurs. « La reprise de l’industrie s’en vient, d’ici deux ans. Ça va nous donner le temps de nous installer, de développer un bon réseau de distribution pour être d’attaque lorsqu’il y aura une reprise », dit M. Arcand d’un ton optimiste. Déjà, en 5 mois, Technologies Élément a vendu l’inventaire existant. « Et nous devons en sortir une d’ici la fin juillet, car elle est déjà vendue! », s’exclame le directeur général.

Production locale
Toutes les pièces proviendront d’entreprises locales. Les pièces d’acier seront moulées et pliées par Foresco, une autre filiale de Groupe Élément. Hydraulique Val-d’Or, elle aussi filiale du Groupe Élément, fournira, quant à elle, les pièces hydrauliques Linde déjà assemblées. Charles Arcand reconnaît qu’il y a un risque de mettre une nouvelle marque d’abatteuses sur le marché. « Mais Eltec est Volvo, donc un produit déjà connu, déjà apprécié. Il y a eu beaucoup de développements de fait sur cette machine », ajoute-t-il toujours confiant malgré le contexte économique actuel.

L’équipement sera vendu sans tête d’abattage, préférant s’adapter à la demande des distributeurs, et surtout des clients.

« Chaque région a ses fournisseurs de tête et ses préférences. On ne veut pas s’associer à une seule compagnie en particulier. On veut laisser le client décider ce dont il aura besoin », explique celui qui a vendu son commerce de forage il y a à peine deux ans. M. Arcand ajoute que ceux qui doutent de la performance des machines Eltec pourront les voir en marche au DÉMO 2012 en septembre prochain. « Nous croyons qu’il était essentiel d’y être pour montrer ce qu’Eltec peut offrir. »

À toute vitesse
Dans le bois, les machines Eltec font des heureux. Sylvain Tremblay, entrepreneur forestier près de Senneterre en Abitibi, travaille pour Tembec. Il vient de n’acheter pas une, mais deux machines Eltec faisant partie de l’inventaire fait en Corée avant le changement de propriétaire. En novembre dernier, il achète le modèle 226, une abatteuse-groupeuse à rayon ultra court sur chenille. La puissance du moteur Volvo donne 330 chevaux. « Cette machine a beaucoup de traction, c’est un équipement lourd, mais qui travaille bien. Ça flotte en terrain mou », décrit l’entrepreneur.

Selon lui, la première adaptation qu’il a dû faire lors de l’acquisition de la première machine : c’est la vitesse d’exécution. « Quand on livre une machine, il faut descendre la vitesse à celle de la compétition le temps que le client s’habitue à la manipulation. Ensuite, on monte graduellement la vitesse au maximum de sa capacité », raconte Charles Arcand.

En avril dernier, il achetait le modèle H277L, une autre abatteuse-groupeuse à rayon ultra court sur chenille, mais qui est un peu plus longue que l’autre modèle. Avec des têtes Logmax 7000, Sylvain Tremblay réussit à couper 3000 m3 de bois par semaine avec les deux multifonctionnelles. « On serait capable d’en faire plus. Avec un bon entretien des têtes au printemps, j’obtiens une très bonne fiabilité », décrit l’entrepreneur qui fait majoritairement du bois long. Il admet que c’est assez rare de faire du bois long avec des multifonctionnelles, « mais c’est ce que je fais! »

L’entrepreneur souligne également le service après-vente d’Équipement Élément. « Faut se battre pour éviter qu’ils se déplacent trop rapidement! J’avais un bris mineur que j’ai été capable de régler en ayant la personne du service au téléphone, mais il était prêt à venir donner un coup de main dans le bois! », s’étonne-t-il.

Charles Arcand rappelle que le service est une chose très importante pour Technologies Élément. « Ces machines-là sont leur gagne-pain. Il y a assez de perte de temps ailleurs, on veut leur donner du service rapidement », ajoutant du même souffle que maintenant que la fabrication est au Québec, les propriétaires de machines Eltec (Volvo et Direct) auront accès à des pièces beaucoup plus rapidement s’il y avait un bris majeur.