Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
L’industrie veut des résultats concrets

L'industrie souhaite jeter les bases d'un nouveau partenariat appuyant le développement d'une économie verte lors du Rendez-vous sur la forêt présenté à St-Félicien le 21 et 22 novembre prochain.


18 novembre 2013
Par Guillaume Roy

MONTRÉAL, le 18 nov. 2013 – Le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) ainsi que les dirigeants de six grandes entreprises forestières ont, aujourd’hui, interpellé le gouvernement sur l’importance de prioriser les enjeux de compétitivité essentiels à la pérennité de l’ensemble de l’industrie. Ils invitent le gouvernement du Québec à profiter du Rendez-vous de la forêt québécoise, qui aura lieu cette semaine à Saint-Félicien, pour jeter les bases d’un nouveau partenariat appuyant le développement d’une économie verte, notamment par la création d’un Forum stratégique sur la compétitivité et la transformation de l’industrie forestière, de même que par la mise sur pied de programmes permettant de supporter la transformation de l’industrie à partir des surplus énergétiques du Québec.

Compétitivité en péril : Les grandes entreprises forestières interpellent le gouvernement
Préoccupés par la sauvegarde de milliers d’emplois au Québec, six dirigeants des plus grandes compagnies forestières se sont réunis à Montréal pour sensibiliser le gouvernement à l’importance des enjeux de compétitivité de l’industrie et se rallier derrière le positionnement du CIFQ. Louis Brassard, président-directeur général de Tafisa Canada, Richard Garneau, président et chef de la direction de Produits forestiers Résolu, James N. Hogg, président et chef de la direction d’Uniboard, James Lopez, président et chef de la direction de Tembec, Yvon Pelletier, président et chef de la division pâte à dissoudre de Fortress Paper, et Charles Tardif, vice-président Approvisionnement en bois et développement des affaires de Maibec, étaient du nombre des personnalités présentes pour l’occasion de rappeler que le Québec est l’endroit en Amérique du Nord où le coût de la fibre est le plus élevé et que depuis une dizaine d’années, la possibilité forestière a diminué de près de 40 % participant à la création d’un environnement économique minant la compétitivité des entreprises.

« Chef de file de l’économie verte grâce à nos entreprises innovantes, nous développons de nouveaux procédés permettant entre autres l’utilisation de matières renouvelables dans la production de produits se substituant aux produits faits à partir de ressources non renouvelables. Nous avons également obtenu des gains significatifs dans la réduction des gaz à effet de serre et plus de 90 % du territoire forestier public fait l’objet d’une certification environnementale. Nous interpellons le gouvernement pour qu’il appuie nos efforts pour valoriser cette ressource renouvelable, en s’assurant de mettre en place des conditions qui nous permettent de demeurer compétitifs », déclare le président du conseil d’administration, Michel Lessard, également vice-président, Gestion des ressources forestières chez Tembec.

Advertisment

Un Rendez-vous à ne pas manquer
Le président-directeur général du CIFQ, M. André Tremblay, estime pour sa part que le prochain Rendez-vous de la forêt québécoise constitue pour le gouvernement un moment privilégié d’annoncer des engagements concrets à l’égard de l’industrie forestière. « Les enjeux de l’industrie forestière sont complexes et ne peuvent être discutés à la pièce. Si l’on veut vraiment faire avancer les enjeux liés à l’économie verte au Québec, il nous faut un Forum stratégique qui sera en mesure d’identifier les mesures les plus efficaces pour améliorer la compétitivité des entreprises québécoises issues de la filière bois », explique-t-il.

Aujourd’hui, les industriels réunis sont allés plus loin en suggérant au gouvernement d’utiliser les surplus énergétiques pour supporter la transformation des entreprises œuvrant dans l’industrie forestière. « Nous proposons que le gouvernement joigne la parole aux actes en utilisant ses surplus d’électricité pour favoriser la mise en valeur d’une ressource renouvelable par des programmes d’efficacité énergétique ou de support à l’investissement dans la modernisation de nos usines favorisant du même coup leur compétitivité. », conclut M. Tremblay.

L’industrie tend la main au gouvernement pour définir un nouveau partenariat gagnant-gagnant afin de maintenir la compétitivité de l’industrie forestière et ainsi contribuer à positionner le Québec comme un leader de l’économie verte dans le monde.