Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
L’industrie forestière en mode embauche!!!


18 novembre 2015
Par Robert Larocque Association des produits forestiers du Canada

Saviez-vous que toutes sortes de produits, des pièces d’auto aux vêtements et des cosmétiques aux produits chimiques écologiques, peuvent être fabriqués à partir de fibre de bois renouvelable? Saviez-vous que l’industrie canadienne des produits forestiers exporte ses produits dans plus de 180 pays et est le principal exportateur du Canada en Asie?  Et saviez-vous que le secteur forestier est en croissance et cherche à embaucher plus de travailleurs?

Aujourd’hui, bien des jeunes qui envisagent leur choix de carrière ne savent pas que l’une des plus anciennes industries canadiennes est devenue un secteur moderne, tourné vers l’avenir, qui offre de bons salaires, des carrières stimulantes à long terme et un style de vie attrayant.  

L’Association des produits forestiers du Canada (APFC)a dévoilé sa Vision2020, un plan ambitieux pour propulser l’industrie vers l’avenir en améliorant sa performance environnementale de 35 % de plus, en générant 20 milliards de dollars supplémentaires en activité économique grâce à de nouveaux produits et marchés et en renouvelant sa main-d’œuvre par 60 000 recrues (entre 2010 et 2020). On souhaite notamment recruter plus de femmes, d’Autochtones et de nouveaux Canadiens.

Certains de ces 60 000 postes visent à remplacer des baby-boomers qui prennent leur retraite, d’autres témoignent de la nouvelle croissance du secteur et de son besoin de nouvelles compétences au moment où l’industrie met au point des produits innovateurs comme des biocarburants renouvelables, des bioplastiques verts, des produits pharmaceutiques biologiques, l’impression 3D et bien plus encore.

Advertisment

La liste des emplois à combler est longue, en particulier dans les métiers spécialisés, pour ceux qui ont les connaissances et la formation pour faire fonctionner, réparer et entretenir les nouvelles technologies en milieu de travail. On pense à des mécaniciens-monteurs, à des électriciens et à des machinistes. Mais l’industrie a aussi besoin d’ingénieurs, de personnel de vente, de conducteurs de camion, de forestiers, de chimistes, d’experts du marketing et bien d’autres types de postes.

Tous ces emplois peuvent être considérés comme faisant partie de ce que nous appelons la « main-d’œuvre la plus verte ». Pourquoi verte? Contrairement aux ressources énergétiques et minières, les forêts sont renouvelables. Le secteur canadien des produits forestiers a d’ailleurs un dossier de haut niveau en matière d’environnement et d’aménagement forestier durable. Les produits de l’industrie peuvent remplacer des matériaux comme le plastique, l’acier et le béton, des produits qui ont une empreinte carbone plus forte, et ainsi aider la société, qui est de plus en plus préoccupée par les changements climatiques, à prendre le virage vers une économie à faibles émissions de carbone. Nous considérons aussi que le secteur est « vert » parce que la plupart des établissements sont situés dans des petites collectivités sécuritaires, qui offrent un style de vie attrayant et un accès aux activités récréatives des grands espaces.

Vous pouvez utiliser le calculateur de coût de la vie qui se trouve sur le site Web de La main-d’œuvre la plus verte (lamaindoeuvrelaplusverte.ca) pour constater les avantages de la vie dans une localité forestière. Par exemple, si vous faites carrière à l’usine de Résolu à Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, plutôt que de vivre à Montréal, vous sauverez environ 240 000 $ sur le logement et quelque 100 heures de temps de déplacement sur cinq ans.

Le site Web de La main-d’œuvre la plus verte deviendra encore plus utile pour les chercheurs d’emplois quand l’APFC lancera sa nouvelle initiative d’information sur le marché de l’emploi (IME) au printemps 2016.  Il s’agit d’un outil de jumelage sophistiqué qui mettra en contact ceux qui cherchent un emploi et les employeurs qui cherchent des travailleurs, que ce soit dans les métiers spécialisés, les postes en forêt ou en usine, les postes scientifiques, en génie ou en administration. Le portail IME fournira aussi aux universitaires et aux responsables des politiques de l’information sur les tendances en matière d’emploi, des analyses, notamment sur les compétences qui sont le plus recherchées.

Il y a certainement encore des esprits négatifs qui pensent que l’industrie forestière est dépassée ou en déclin. Ce n’est pas la réalité. L’industrie canadienne des produits forestiers est stimulée par des activités de recherche et de développement de pointe. Elle adopte les équipements les plus modernes et a recours aux nanotechnologies, aux drones et à d’autres innovations. Elle se retrousse les manches pour faire concurrence sur un marché planétaire. Et elle compte de plus en plus sur les cerveaux plutôt que sur les muscles pour le faire.

Alors si vous voulez être écologique, bien gagner votre vie et mener une carrière solide, visitez Lamaindoeuvrelaplusverte.ca et pensez à vous joindre au secteur canadien des produits forestiers – place à la croissance, pour vous comme pour l’industrie!