Opérations Forestières

Marchés Nouvelles de l’industrie
L’industrie canadienne du bois d’oeuvre profitera d’un accord avec le Mexique


29 janvier 2015
Par Agence canadienne d'inspection des aliments

Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture, Ed Fast, ministre du Commerce international, et Greg Rickford, ministre des Ressources naturelles du Canada et ministre de l’Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l’Ontario, ont annoncé aujourd’hui que les exportations de bois devraient augmenter lorsque le Mexique aura reconnu le Programme canadien de certification des produits de bois traités à la chaleur, y compris le bois d’œuvre.

En vertu de ce nouvel accord avec le Mexique, les producteurs de bois d’œuvre du Canada accrédités en vertu d’un programme de traitement à la chaleur supervisé par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pourront exporter du bois, comme l’épinette, le pin et le sapin, vers le Mexique sans certificat phytosanitaire.

« Cet accord démontre la reconnaissance de la qualité du bois d’œuvre canadien et l’intégrité de nos politiques sur la protection des végétaux et la foresterie. Notre gouvernement est déterminé à saisir les possibilités pour notre industrie forestière etqui créent des emplois pour les Canadiens », explique Gerry Ritz, Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

Advertisment

« Je suis heureux que nous ayons réussi à obtenir un meilleur accès pour le bois d’œuvre canadien de calibre mondial. Cela aidera les exportateurs canadiens à tirer profit dumarché mexicain, à créer des emplois et à favoriser la prospérité à la maison. Le Mexique offre d’excellents débouchés aux entreprises canadiennes, ce qui constitue de très bonnes nouvelles pour les travailleurs forestiers du Canada et leurs familles », soutient Ed Fast, Ministre du Commerce international

Le commerce et le déplacement du bois d’œuvre et des produits de bois servent souvent de voie de propagation pour les phytoravageurs. Au Canada, le bois d’œuvre est traité à la chaleur afin de réduire ce risque et de respecter les exigences en matière d’importation des pays étrangers. Le processus de traitement à la chaleur est défini dans le Programme canadien de certification des produits de bois traités à la chaleur. Les certificats de ce programme sont reconnus par de nombreux partenaires commerciaux du Canada, y compris les États-Unis, l’Union européenne, l’Australie, la Corée et maintenant le Mexique.

L’accord entre l’ACIA, Ressources naturelles Canada et le ministère de l’environnement et des ressources naturelles du Mexique découle des discussions sous l’Accord de coopération Organisation nord-américaine pour la protection des végétaux, ce qui encourage la coopération pour faciliter le commerce sécuritaire des plantes et des produits végétaux entre les États-Unis, au Mexique et le Canada.

Les industries de la foresterie, de la pâte de bois et du papier sont un élément important de l’économie canadienne et ont contribué au PIB du Canada à une hauteur de presque 20 milliards de dollars en 2013 et à 19,1 milliards de dollars à la balance commerciale du Canada. Le secteur emploie quelque 186 500 Canadiens.

Les exportations de bois d’œuvre canadien vers le Mexique étaient estimées à près de 6millions de dollarsen 2013.
Le Canada et le Mexique sont l’un pour l’autre le troisième plus important partenaire commercial. La valeur totale du commerce bilatéral de la marchandise du Canada et du Mexique était de 32 millions de dollars en 2013, soit plus de sept fois la valeur des échanges avant l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).
Citations