Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Les tourbières séquestrent plus de carbone que les arbres


21 janvier 2022
Par Québec Sciences

Voici un secret trop bien gardé : les tourbières forestières sont encore plus performantes que les arbres pour capturer du carbone atmosphérique.

Les tourbières sont des puits de dioxyde de carbone (CO2), c’est bien connu. Mais Joannie Beaulne a démontré, alors qu’elle était étudiante à la maîtrise en géographie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), qu’elles peuvent accumuler autant, sinon plus de carbone que les forêts, même sur de courtes périodes. Une découverte qui a fait l’objet d’une publication dans la revue Scientific Reports en janvier 2021.

Souvent vues comme des marécages inutiles et des refuges à moustiques, les tourbières se forment par l’accumulation de matière organique, particulièrement sur des sols mal drainés. En raison des conditions qui y règnent — acidité, humidité et manque d’oxygène —, la matière organique s’y décompose très peu, alors que les sphaignes, soit les espèces végétales dominantes, croissent en surface et forment un tapis qui s’épaissit constamment. Le carbone que contient la matière organique se trouve ainsi emprisonné dans les couches de tourbe, lesquelles s’accumulent lentement au fil des millénaires. Néanmoins, la capacité de séquestration de ces tourbières a souvent été négligée, comparativement à celle de la forêt qui pousse en surface.

Advertisement

Lire la suite