Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Les forêts ont soif…


23 janvier 2019
Par Le Soleil

«Quand j’étais au bac, les manuels disaient que c’était d’abord la température qui limite la croissance des forêts boréales et tempérées», se souvient le chercheur de Québec Martin Girardin, du Service canadien des forêts. Or il vient peut-être lui-même de réécrire quelques pages de ces manuels : dans une étude parue mercredi dans la revue savante «Science Advances», il conclut qu’avec le réchauffement climatique, c’est maintenant surtout l’eau qui limite la croissance des arbres. Et il n’est pas sûr du tout qu’au final, les températures plus clémentes feront grandir nos forêts plus vite.

Les arbres ne grandissent pas toujours au même rythme. D’une année à l’autre, selon les conditions qu’il fait (température, sécheresse, etc.), il croissent plus ou moins bien et en gardent la trace dans leurs bien nommés «cernes de croissance».

Dans leur étude, M. Girardin et des collègues de l’Institut fédéral suisse de la recherche, notamment, ont mis à profit tout un réseau de banques de données sur les cernes de croissance des arbres de partout dans le monde. Et en croisant ces chiffres avec des données météorologiques, ils sont arrivés à la conclusion que les forêts dont la croissance répond d’abord à la température ont perdu 40 % de leur superficie entre 1930 et 1990. Dans ces endroits, le froid empêchait historiquement les arbres de pousser suffisamment pour qu’ils finissent par «manquer d’eau» (hormis lors de périodes de sécheresse, qui peuvent arriver n’importe où), mais le réchauffement planétaire les rend maintenant plus dépendants de l’eau.

Advertisment

Lire la suite