Opérations Forestières

Marchés Nouvelles de l’industrie
Les fausses perceptions, un défi pour les travailleurs forestiers


28 avril 2021
Par Informe Affaires

L’un des gros défis que vivent présentement les travailleurs de la forêt est la désinformation qui circule sur l’industrie forestière et qui influence les perceptions du public de façon négative, estime Caroline Lavoie, ingénieure forestière et représentante des bénéficiaires pour la Zone d’intégration Saguenay.

Celle qui fait ce métier depuis 2003 constate que, depuis quelques années, la perception et la pression négative de l’opinion publique envers son métier se sont renforcées. « Nous on le sait qu’on intervient et que les effets se font sentir à long terme. […] Après deux ans, c’est tout vert, de belles jeunes pousses. Nous, avec notre œil de forestier, on voit un potentiel de captation de carbone, avec de jeunes pousses qui viennent de renaître, en croissance. […] Nous, on voit tous les avantages, les sphères touchées par nos activités. Mais les opposants ne veulent plus t’écouter. Tu as beau leur donner toute l’information, toute la science derrière ça… Pour eux, ce n’est pas envisageable », indique-t-elle.

Les forestiers mal aimés

Advertisement

Caroline Lavoie se dit fière de son travail, mais a l’impression de devoir se cacher pour le faire. « C’est difficile pour le moral. Je serais fière de parler de mon métier, de tous les avantages d’aménager une ressource renouvelable, d’avoir des matériaux écologiques… Quand on transforme un arbre, on ne perd rien ! […] Notre foresterie est extraordinaire ! La régénération est principalement naturelle, donc au niveau de la biodiversité, on garde toute la génétique des arbres qui étaient sur place. […] On travaille fort, bien. On s’est amélioré, on optimise la matière le plus possible, on diminue la consommation de diesel des machines en forêt, on utilise les drones, le LIDAR, on fait du laser pour évaluer comme il faut la forêt. […] On est tellement des passionnés en foresterie. Sauf que là, tu dis que tu es ingénieur forestier et c’est tout juste si tu ne te fais pas tirer des tomates », souligne-t-elle.

Lire la suite