Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Le transport par rail est essentiel à la croissance de l’industrie forestière

L'industrie des produits forestiers est le troisième expéditeur par rail en importance au Canada, après le charbon et les produits chimiques, avec environ 11 % de toutes les marchandises transportées par le réseau ferroviaire.


5 mars 2015
Par Jean-François Larue Association des produits forestiers du Canada

En 2013, l’industrie des produits forestiers représentait 12 % du PIB manufacturier du Canada. Ce qui est plus important encore, c’est que l’industrie fournit des emplois bien rémunérés dans plus de 200 localités qui dépendent de la forêt partout au pays. Le chiffre d’affaires de l’industrie était de 58 milliards de dollars, dont environ 30 milliards en exportations dans 180 pays. Les principales destinations de ces produits étaient les États-Unis, plusieurs pays d’Asie et l’Union européenne.

Il n’est donc pas surprenant que l’industrie des produits forestiers soit l’un des plus grands utilisateurs industriels du réseau de transport de surface au Canada. En 2001, l’industrie des produits forestiers expédiait plus de 60 M de tonnes de marchandises, la moitié par camion et l’autre moitié par rail. De ce total, environ 13 M de tonnes étaient acheminées vers d’autres continents, surtout l’Asie et l’Europe, par les ports canadiens.

C’est ainsi que l’industrie des produits forestiers est le troisième expéditeur par rail en importance au Canada, après le charbon et les produits chimiques, avec environ 11 % de toutes les marchandises transportées par le réseau ferroviaire. Cela signifie aussi que l’industrie a fourni des revenus de 1,6 milliard de $ aux deux chemins de fer de classe I, le Canadien National et le Canadien Pacifique. Elle a versé le plus haut dividende par tonne-mille, soit 4,8 cents, comparativement à la moyenne canadienne de 4,6 cents en 2013. Le revenu moyen par wagon complet était d’environ 3100 $, ce qui est aussi l’un des plus élevés pour des produits comparables. Cette dernière valeur est largement attribuable aux plus grandes distances d’expédition d’une industrie dont les usines sont souvent situées dans des endroits éloignés.

Advertisment

L’industrie des produits forestiers utilise intensivement le transport par rail dans la plupart des provinces canadiennes. Par exemple, en Colombie-Britannique, l’industrie est au second rang des expéditeurs avec 23 % de toutes les marchandises expédiées par rail dans la province, après le charbon. Au Québec, l’industrie des produits forestiers est le plus important expéditeur avec 21 % de toutes les marchandises expédiées, les produits pétroliers arrivant au second rang.

Pourquoi le rail est-il si important pour l’avenir de l’industrie? Ses usines sont souvent situées en région éloignée où il n’y a pas d’autres moyens de transport concurrentiels. Le camionnage n’est souvent pas une solution viable en région en raison des implications en termes de logistique et de ressources humaines. Par exemple, il faut en moyenne 3,5 camions pour compenser un wagon et les régions éloignées n’ont tout simplement pas la capacité pour fournir le nombre de chargements de camion dont aurait besoin une usine de pâte type. Par exemple, une usine de pâte de 350 000 tonnes aurait besoin de 14 000 chargements de camion par année, soit près de 40 camions chaque jour en supposant que l’usine tourne 365 jours par année. De plus, l’industrie du camionnage signale déjà une importante pénurie de conducteurs. Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi l’industrie est vraiment « captive » du transport par rail.

Cette question est importante parce que l’industrie forestière est de nouveau en croissance. En fait, par sa Vision2020, l’industrie s’est fixée l’ambitieux objectif de 20 milliards de $ de plus en nouveaux produits et nouveaux marchés. Compte tenu de la croissance au-dessus de la moyenne de certains secteurs de l’économie dans tout le réseau ferroviaire, nous prévoyons que le système global de transport continuera à être fortement sollicité au cours des prochaines années en raison de la reprise économique. En réalité, nos prévisions laissent entrevoir que l’industrie des produits forestiers pourrait expédier quelque 10 M de tonnes de plus de marchandises par année au cours des prochaines années, par rail seulement. C’est 33 % de plus que le tonnage actuel. Il est clair qu’un système efficace de transport sera un fondement essentiel de la compétitivité et du rendement des exportations de l’industrie des produits forestiers. Il sera également crucial pour la création d’emplois et la prospérité au Canada, en particulier dans les localités rurales.