Opérations Forestières

En vedette Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Le prix du bois pousse les redevances à la hausse


11 février 2021
Par Guillaume Roy

De janvier à octobre 2020, le prix du bois d’œuvre a augmenté de 84 % alors que les redevances à l’État ont grimpé de 46 %. Voici comment l’État calcule les redevances versées pour le bois récolté.

Le prix du bois d’œuvre sur les marchés a été en forte croissance, au cours des derniers mois. Au cours de l’année 2020, les prix des produits finis ont augmenté significativement, entre janvier et octobre. Ainsi, l’indice Pribec était de 504 $/mpmp (million de pieds mesure de planche) le 10 janvier 2020, alors qu’il était de 931 $/mpmp le 16 octobre 2020. Il s’agit donc d’une hausse de 84 % (427 $/mpmp) du prix des produits finis, ce qui équivaut à une augmentation de 107 $/m3, explique-t-on au Bureau de mise en marché des bois (BMMB).

Pendant la même période, les redevances versées à l’État québécois sont indexées selon la valeur réelle du bois sur le marché. Les scieurs ont vu les redevances augmenter de 46 %, entre janvier et octobre 2020, pour les transformateurs de bois résineux.

Les scieurs ont vu les redevances augmenter de 46% entre janvier et octobre 2020.

À chaque fin d’année fiscale, qui se termine le 31 mars, le BMMB établit la valeur marchande des bois sur pied, qui doit être payé par les industriels détenant des garanties d’approvisionnement, pour chaque mètre cube de bois récolté. Cette valeur est établie selon les données d’une vaste enquête réalisées auprès de l’industrie (voir autre texte), la valeur des produits finis sur les marchés, mais aussi d’autres facteurs, comme l’état des chemins forestiers.

Advertisement

Au cours d’une année fiscale, du 1er avril au 31 mars, les redevances sont indexées exclusivement selon les prix sur le marché. L’indexation se fait tous les trois mois, lorsque le BMMB calcule la valeur moyenne du prix des produits finis au cours de cette période. Le prix des redevances, qui est la valeur marchande des bois sur pied, est alors fixé pour trois mois.

Ainsi, les redevances moyennes à l’État ont grandement varié, au cours de l’année, selon les prix du marché, passant de 12,71 $/m3 en janvier 2020, à 18,54 $/m3 à l’automne, avant de s’établir à 16,54 $ à l’hiver, des valeurs record. Ceci est une moyenne, car le prix de chaque mètre cube est défini selon les zones de tarifications et les essences récoltées.

Les lots mis aux enchères, où sont mis en marché près de 25 % du bois disponible, ont aussi une influence sur la valeur marchande des bois. Plus le bois se vend cher, et plus les redevances augmentent.

Selon l’enquête réalisée en 2019, les redevances versées à l’État représentaient environ 17 % des coûts d’approvisionnement des usines, soit 12,32 $/m3 sur un total de 72,87 $/m3. Avec un meilleur prix sur les marchés, les scieurs doivent aujourd’hui verser davantage à l’État, qui est le plus grand propriétaire forestier de la province. Guillaume Roy, journaliste de l’Initiative de journalisme local