Opérations Forestières

Nouvelles de l’industrie
Le dernier mot: Compenser les aires protégées en intensifiant la production forestière


2 mars 2018
Par André gravel

Il y a un peu plus de 25 ans, je joignais l’équipe de forestiers de Domtar en Abitibi. Mes premières tâches? Réaliser un contrat de reboisement de plus de 6 millions d’arbres, une contribution à l’objectif de René Lévesque de planter 300 millions d’arbres par année au Québec.

Mon travail principal était d’implanter un système de cartographie numérique. En travaillant et en étudiant en Ontario et au Nouveau-Brunswick, j’avais remarqué que ces provinces avaient une avance de près de 10 ans sur l’implantation de cette technologie, la géomatique.  

A l’époque, la nouvelle loi sur les forêts de 1986, communément appelé le régime des CAAF, avait remplacé le régime des concessions et avait amené une série de changements dont l’obligation du rendement soutenu, la remise en production des aires non-régénérées, l’implantation du règlement sur les normes d’interventions et la stratégie de protection des forêts. Par la suite, j’ai migré vers la forêt pu­blique de l’Outaouais et depuis l’année 2000, en Estrie dans la forêt privée du sud du Québec. Durant ces années, le concept d’aménagement forestier durable a évolué progressivement à partir du Rapport Bruntland, de la Gestion intégrée des ressour­ces,  de la consultation des peuples autochtones et des parties intéressées, du film l’Erreur boréale, du développement du réseau des aires protégées, du rapport Coulombe, de la crise dans l’industrie, de la certification FSC, de la loi sur l’aménagement durable du territoire forestier, de l’usage du bois pour stocker du carbone, de l’importance des communautés fo­restières et de l’aménagement écosystémique. Voilà autant de jalons et de changements qui ont marqué mes années à titre de forestier. Pour ma part, en plus d’avoir la chance de mettre en va­leur une ressource renouvelable, la reconnaissance qu’il y a « beaucoup plus que du bois dans les bois »  traduit la volonté des gestionnaires de territoires forestiers à tendre vers l’équilibre entre les dimensions sociales, économiques et environnemental.

Advertisment

Malgré tous les changements auxquels j’ai assisté depuis plus de 25 ans, au moins, il y avait une certitude : Les écosystèmes forestiers ne changeaient pas. C’était écrit dans mes livres d’écologie forestière et de foresterie. Les forêts évoluaient, certes, vers un état stable. Croire que la forêt ne change pas est l’un des grands paradigmes que je partage avec les forestiers. Alors qu’avec les changements climatiques et les espèces envahissantes, les forêts changent rapidement.

Tout cela m’amène à vous parler d’un livre qui a marqué mon année 2017 : The art of thinking clearly, de Rolf Dobelli. Les 99 chapitres de trois pages traitent des paradigmes et biais qu’ont les femmes et les hommes selon leur profession. En bref, ce biais se résume par : « Ceux qui ne savent que manier le marteau, n’ont que des clous comme solution ».

Chaque intervenant forestier observe la forêt se­lon un angle différent. Or les forêts changent rapidement. A court terme, les groupes intéressés par la forêt auront à faire face à trois enjeux de taille : les ravageurs forestiers et les espèces envahissantes,  la mise en place de nouvelles aires protégées pour atteindre les objectifs gouvernementaux et la lutte aux changements climatiques par l’intensification de l’aménagement forestier.  Jusqu’à présent, au Québec, hormis le projet Triade en Mauricie et certaines propriétés privées, ces dossiers sont en général traités parallèlement. Comme s’il ne devait pas y avoir de lien entre l’intensification de l’aménagement forestier et la conservation. Pourtant, ils devraient être intimement liés car ils concernent le territoire forestier. D’ailleurs, je crois qu’aucun de ces types de zonage ne devraient être autorisé sans avoir préalablement identifié et faire accepter la contrepartie. Pour ce faire, il y aurait lieu d’assoir à la même table tous les intervenants afin que pour un territoire donné, la création d’aires protégées soit compensée par l’intensification de l’aménagement forestier. Afin d’atteindre des objectifs multiples, contribuer à la lutte aux changements climatiques et rendre les forêts plus résilientes. Notre gestion des forêts doit devenir beaucoup plus proactive et dynamique. En 2018, je pense qu’il est possible de marcher, mâcher de la gomme…et jongler?