Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Le bois a le vent dans les voiles

Les conférenciers présents lors de la troisième édition du Congrès de Montréal sur le bois croient que l’industrie sera en croissance au cours des prochaines années.


23 avril 2015
Par Guillaume Roy
La troisième édition du Congrès de Montréal sur le bois, tenue les 18 et 19 février à Montréal, a accueilli 650 participants de l’industrie des produits du bois et 85 exposants.

David Crowe, économiste en chef de la NAHB (National Association of Home Builders) croit que tous les signes pointent vers une très bonne année pour l’industrie du bois. Après un lent début d’année, la croissance du PIB améri-cain a pris de la vitesse pour atteindre 3,8% lors des six derniers mois de l’année. Il note également que plus de 219 000 emplois ont été créés en 2014 et que la confiance des consommateurs est en hausse, un élément critique pour faire l’achat d’une maison.  Selon M. Crowe, le nombre de construction résidentielle devrait atteindre 1,7 à 1,8 millions d’ici quelques années, avant de revenir à la normale, entre 1,5 et 1,6 millions, en 2020.

La capacité de production sera-t-elle  au rendez-vous ?
Avec autant de mises en chantiers, l’industrie du bois devra être en mesure de produire suffisamment de bois et de trouver la main-d’œuvre nécessaire pour transformer la ressource, se demande toutefois Bob Burke, conseiller économique chez RISI.

« La capacité de production de l’industrie sera testée en 2015 », soutient l’expert qui doute que les entreprises soient en mesure de pleinement répondre à la demande. Il croit que l’approvisionnement en bois ne sera pas le facteur limitatif. La main-d’œuvre devra aussi être eau rendez-vous pour répondre à la demande croissante, dit-il.

Advertisment

La croissance de la demande augmentera la pression sur les prix, qui seront à la hausse, mais également plus volatils, selon l’expert. Une ombre au tableau : l’accord sur bois d’œuvre entre le Canada et les États-Unis expire en octobre 2015. Un faible dollar canadien pourrait jouer contre les producteurs canadiens.

Le lobby du bois fait du chemin
Il existe plusieurs opportunités pour conquérir de nouveaux marchés dans le secteur de la transformation du bois, mais le béton et l’acier menacent aussi de déloger le bois de certains secteurs. Pour solidifier et faire croître la présence du bois sur les marchés nationaux et internationaux, la promotion de l’industrie du bois est aujourd’hui indispensable.

« On veut vendre plus de bois et faire plus d’argent », a résumé d’emblée Charles Tardif, vice-président de Maibec et membre du conseil d’administration du Softwood lumber board (SLB). Chaque fois que la demande de bois augmente de 1 %, le prix pour les produits augmente de 0,5 %, a souligné M. Tardif. Pour générer de nouvelles opportunités à moyen et à long terme, l’industrie du bois doit être en mesure de percer des marchés non traditionnels comme celui de la construction non résidentielle, qui augmenterait la demande de 6,3 milliards de pmp. De plus, selon les données de la SLB, la construction de hauts bâtiments en bois pourrait faire augmenter la demande de 2,6 milliards de pmp, alors que la construction industrielle générerait 1,2 milliard de pmp et la construction de ponts ajouterait 100 millions de pmp par an.

Les équipements de l’avenir
Le manque de main-d’œuvre, le besoin d’un rendement accru et d’un produit de grande qualité font en sorte que les équipements sont de plus en plus sophistiqués. Quatre équipementiers, Groupe BID, Autolog, Produits Gilbert et Söderhamn Eriksson AB, ont aussi dresser le bilan de la situation et donner des perspectives d’avenir.

Des idées pour la prochaine édition
Sven Gustavson, directeur, bois résineux pour le QWEB et organisateur de l’évènement, est très satisfaits de la participation à l’évènement, et il a d’autres idées pour faire croitre la popularité. « Nous avons accueilli 100 personnes de plus que l’an dernier, et je pense que nous sommes capables d’en accueillir 100 de plus l’an prochain en incluant davantage le secteur du bois feuillu » dit-il.