Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
La vie dans les camps de bucherons


3 juin 2016
Par ici.radio-canada.ca

Au pic de l’exploration forestière dans les années 1940, plus de 30 000 hommes partent dans les camps de bûcherons chaque automne. Raymonde Beaudoin, fille d’un bûcheron et d’une cuisinière de camp qui a elle-même vécu une année complète au milieu des ouvriers forestiers, décrit à Jacques Beauchamp à quoi ressemblait la vie dans ces lieux.


Les débuts des bûcherons
L’exploitation forestière au Canada a commencé vers la fin du 17e siècle avec Jean Talon, qui avait recruté une centaine d’hommes pour couper les chênes et les pins de la vallée du Saint-Laurent pour la marine française. Il y a toujours eu des camps reliés à la colonisation, puisque chaque colon devait défricher sa terre. Les commerçants locaux ont aussi créé de petits camps de bûcherons, mais à très petite échelle : jusqu’en 1810, le commerce de la fourrure demeure plus important que l’industrie forestière.  

Une exploitation qui prend de l’importance
De 1806 à 1810, avec l’intendant Murray, les forêts de l’Outaouais sont exploitées pour combler les besoins en bois en Europe. Puis, les papetières arrivent au début du 20e siècle : les camps commencent à s’implanter jusqu’à la crise de 1929, année où tout s’arrête. Vers 1937, l’exploitation forestière recommence, et c’est le début du véritable âge d’or des bûcherons au Québec.

Pour lire la suite et écouter le reportage audio

Advertisment