Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
La vérité sur les puits de carbone forestiers


18 septembre 2019
Par FPInnovations

Les puits sont au coeur des discussions du monde scientifique, mais il ne s’agit pas de ceux qui donnent de l’eau. Les puits de carbone sont des éléments des écosystèmes naturels qui captent et stockent plus de dioxyde de carbone (CO2) de l’atmosphère qu’ils n’en émettent.

Les océans, les arbres, les plantes et le sol sont des puits naturels de carbone. Les arbres captent le CO2 dans l’atmosphère et le convertissent en carbone par la photosynthèse. Le carbone ainsi stocké est neutre sur le plan environnemental, et c’est l’une des raisons pourquoi les forêts et les produits forestiers sont des alliés contre les changements climatiques et dans l’atteinte des objectifs d’atténuation.

FPInnovations collabore avec des chercheurs et des représentants gouvernementaux au sein du Groupe de travail sur la forêt et les changements climatiques (GTFCC) pour rendre compte des émissions et stocks de carbone liés à l’utilisation du territoire. Le groupe modélise trois options par lesquelles l’industrie forestière contribuerait à la réduction des gaz à effet de serre (GES) : aménagement forestier intensif, marché de la bioénergie et combinaison des deux.

Advertisment

« Il faut s’éloigner des méthodes habituelles de réduction des émissions », explique Patrick Lavoie, chercheur principal en durabilité de FPInnovations et responsable du GTFCC.

« Compter sur le transport, l’industrie et les bâtiments pour y parvenir, c’est utiliser des solutions évidentes. Les gouvernements cherchent maintenant à réduire fortement les émissions et il faut appliquer des technologies à émissions négatives pour le faire, comme la bioénergie avec captage et stockage du carbone et des stratégies forestières visant des produits durables. »

Le Canada s’est engagé à réduire ses émissions de GES de 30 pour cent sous les niveaux de 2005 d’ici 2030. Selon le chercheur, la bioéconomie forestière peut jouer un rôle majeur à cet égard en remplaçant des produits et de l’énergie à fortes émissions par des options renouvelables. Cette stratégie aidera aussi l’industrie à maximiser les revenus de chaque bille récoltée.

Avec ses vastes étendues de forêts boréales, qui couvrent 35 pour cent de son territoire et représentent près de 10 pour cent des forêts du monde, le Canada est bien placé pour prendre la tête d’une planification forestière stratégique visant l’atténuation des changements climatiques.

Qu’est-ce que ça signifie pour l’industrie forestière?

Patrick Lavoie et le GTFCC veulent que l’industrie forestière profite des prodigieuses forêts canadiennes pour augmenter la séquestration du CO2, et faire reconnaître cette séquestration dans les forêts et leurs produits comme façon d’atteindre les cibles de GES pour 2030 et 2050.

« En général, l’industrie est favorable à un rôle plus actif dans l’atténuation des changements climatiques et les gouvernements sont de plus en plus ouvert à considérer sa contribution. »

Les puits de carbone des forêts font partie de la solution à une crise planétaire d’origine humaine. En gérant intensivement les stocks de bois pour accentuer la séquestration de CO2, l’industrie forestière assurera sa viabilité économique et environnementale tout en contribuant à la réduction des émissions des GES.

Pour plus d’informations sur les recherches que FPInnovations fait sur les puits de carbone forestiers veuillez contacter Patrick Lavoie.