Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
La scierie de Maniwaki pourrait manquer de bois

Louisiana Pacific n'ayant pas besoin de ressources, Résolu est empêché d'aller faire la récolte de ce bois, le privant ainsi de 43 000 mètres cubes.


26 février 2014
Par Syndicat Unifor Québec

MANIWAKI, QC, le 25 févr. 2014 /CNW Telbec/ – Récemment informé du fait que la scierie Résolu de Maniwaki pourrait subir les répercussions d’une pénurie de bois, le syndicat Unifor qui représente les travailleurs syndiqués craint que si rien n’est fait à court terme, la situation résulte en des mises à pied. Normalement, Résolu récolte le bois en coupe intégrée sur un territoire de forêt mixte avec la compagnie Louisiana Pacific. Ainsi les deux compagnies se partagent le bois recueilli selon leurs besoins, ceux de la scierie de Maniwaki étant constitués de bois résineux. Cependant, Louisiana Pacific n’ayant pas besoin de ressources, Résolu est empêché d’aller faire la récolte de ce bois, le privant ainsi de 43 000 mètres cubes.

« Un autre problème complique aussi la situation alors que les lots qui pourraient être acquis aux enchères via le Bureau de mise en marché du bois sont composés de plusieurs essences dont certaines sont inutilisables pour les besoins de la scierie. Pour réussir à obtenir le bois résineux dont elle a besoin, l’usine se retrouverait ainsi à gaspiller une partie du bois acquis aux enchères, car il n’y a pas de preneur pour ces autres essences. Ça n’a pas de sens tant au niveau financier qu’environnemental. Et en fin de compte ça menace les emplois de nos membres », a commenté Renaud Gagné, directeur adjoint d’Unifor.

À plus ou moins long terme, Unifor craint que ce manque de ressource affecte non seulement la scierie de Maniwaki mais tout autant l’usine de pâte de Résolu à Gatineau où le syndicat représente aussi les travailleurs syndiqués.

Advertisment

« Le temps presse, car le dégel est à nos portes. Pour assurer la disponibilité de la ressource et maintenir les activités des usines, le gouvernement doit rapidement permettre à Résolu de couper dans une autre zone. Nous espérons que les autorisations seront données dans les meilleurs délais, car la situation devient inquiétante pour les emplois », a ajouté, pour sa part, le représentant national d’Unifor au dossier, Joël Vigeant.