Opérations Forestières

En vedette Équipement Récolte
La lumière au bout du tunnel

Si le passé est garant de l’avenir, nous sommes alors persuadés que le respect qui existe entre la population et la forêt ne peut qu’amener des orientations qui tiendront compte du contexte particulier des régions.


23 août 2013
Par André Tremblay

Sujets

Ressource renouvelable remarquable, la forêt a joué un rôle majeur dans le développement économique du Québec et de ses régions. Cela est d’autant plus vrai pour le Saguenay Lac-Saint-Jean, où la population entretient une relation toute particulière avec cette richesse collective. Cette année, l’événement Démo forêt s’inscrit dans le cadre du 175e anniversaire de la région et vient rappeler l’importante activité économique que la forêt génère sur son territoire. Je tiens également à souligner la présidence d’honneur de monsieur Denis Trottier, député de Roberval et adjoint parlementaire à la ministre des Ressources naturelles, dont les efforts ont contribué à l’adoption de la Charte du bois en avril dernier.

Démo forêt est d’ailleurs un moment privilégié permettant à la communauté forestière de se rassembler et de discuter de son avenir. À ce stade-ci de leur histoire, les régions auront à faire des choix décisifs qui façonneront l’avenir de leur forêt et des travailleurs qui en vivent.

Après l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi régissant l’aménagement durable du territoire forestier, il faudra, au cours des prochains mois, s’interroger sur la façon dont l’on voudra utiliser le plein potentiel de la forêt. Les régions devront s’interroger sur le niveau de richesse collective qu’elle voudra voir générer par l’activité forestière. De cette vision découleront des arbitrages qui permettront d’assurer son développement, tant au niveau social, environnemental qu’économique.

Advertisment

Nous croyons fermement que les communautés régionales doivent s’impliquer dans ce débat : il en va de leur avenir. Si le passé est garant de l’avenir, nous sommes alors persuadés que le respect qui existe entre la  population et la forêt ne peut qu’amener des orientations qui tiendront compte du contexte particulier des régions.

À cette fin, le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), qui a déployé de nombreux efforts dans la mise en place du nouveau régime forestier, entend jouer un rôle actif au cours des prochains mois afin de s’assurer de mettre à la disposition des décideurs et de la population toute l’information nécessaire pour que ceux-ci puissent prendre les meilleures décisions possibles. Il est important que les régions prennent conscience de l’ensemble des impacts économiques pouvant découler de chacune des orientations qu’elles peuvent prendre. Certaines d’entre elles, comme le resserrement des règles entourant la protection du caribou forestier ou l’augmentation du pourcentage d’aires protégées, auront une incidence directe sur la possibilité forestière.

Finalement, permettez-moi de souligner les 25 années d’activité du Groupe Rémabec. La vision et la détermination dans l’action de ses dirigeants est un exemple pour tous. À tra-vers les années, cette entreprise a su se distinguer et construire une organisation dont l’industrie forestière peut être fière.

Je vous souhaite de bien profiter de cette édition de Démo forêt. Toutes mes félicitations également aux organisateurs : merci de donner au monde forestier cette occasion privilégiée de rencontre.

André Tremblay
Président-directeur général
Conseil de l’industrie forestière du Québec