Opérations Forestières

En vedette Nouvelles Nouvelles de l’industrie
La forêt québécoise en 1000 arbres


15 juillet 2021
Par Guillaume Roy

Imaginez-vous être le propriétaire d’une belle terre à bois qui compte 1000 arbres accessibles pour la récolte. Que feriez-vous avec ces 1000 arbres ? Si je vous disais que vous aviez besoin de couper cinq (5) arbres par année pour vous chauffer, faire des planches pour meubler votre maison ou encore pour en tirer un revenu intéressant, tout en sachant que ce volume de bois provient d’une ressource durable mais surtout renouvelable. Le feriez-vous ?

On l’oublie souvent, mais l’État est le plus grand propriétaire forestier de la province et il gère les forêts pour créer de la richesse, comme tout bon producteur forestier (ou maraicher), tout en les aménageant pour maintenir la biodiversité ainsi que pour les activités récréotouristiques. 

Québec a d’ailleurs annoncé son intention d’adhérer aux cibles de la Convention sur la diversité biologique de l’ONU, qui pointent vers un niveau de protection de 30% du territoire en 2030.

Advertisement

Si on représente la superficie de la forêt québécoise commerciale avec 1000 arbres, c’est l’état de la gestion des forêts pratiquée dans la belle province, alors que l’on a récolté 0,47% des forêts au cours des dernières années. Autrement dit, on jardine les forêts pour qu’elles croissent d’environ 1,7 % par année, alors que le niveau de récolte est de 0,47%. Continuons les comparaisons. Sur les cinq arbres que vous avez récoltés, un  arbre sera replanté, et le reste repoussera grâce à la régénération naturelle, c’est-â-dire les semis qui ont germé par eux même, permettant ainsi de faire une foresterie plus naturelle qu’une vaste plantation.

Bien sûr, cette simplification a ses limites, car les 1000 arbres représentent des superficies forestières, sans égard aux peuplements, à la densité forestière ou aux niveaux de récolte selon les régions.  Cette image ne témoigne pas non plus des conflits d’usage sur le territoire, entre différents groupes, dont les villégiateurs, l’industrie touristique et les groupes environnementaux, qui souhaitent, par exemple, conserver la forêt intacte à certains endroits, ou du moins, diminuer les impacts sur le paysage. 

Photo Guillaume Roy

Il est important de souligner que ce niveau de récolte s’applique à la forêt commerciale exclusivement, ce qui veut dire qu’en plus des 1000 arbres cités ici haut, il y a 450 arbres, qui ne seront jamais récoltés. De ce nombre, on trouve 280 arbres au-delà de la limite nordique de récolte et la balance dans les milieux inaccessibles, comme dans les pentes fortes ou en bordure des cours d’eau. Sur les 1000 arbres en forêt commerciale, 105 arbres sont protégés en 2021. 

L’âge des peuplements est aussi important pour assurer une récolte durable. En 2019, 16,5 % des forêts étaient âgées de plus de 100 ans, 15,6 % avaient entre 81 et 100 ans, 22,5 % avaient de 61 à 80 ans, 15,6 % avaient de 41 à 60 ans, 10,7 % avaient de 21 à 40 ans, et 19,2 % avaient entre 0 et 20 ans, selon les données du ministère du MFFP sur les superficies des forêts productives accessibles. Ainsi, plus de 54 % des forêts ont plus de 60 ans.

En moyenne, un  arbre sur 1000 passe au feu annuellement et huit arbres sont infestés par les maladies ou les épidémies, comme la tordeuse des bourgeons de l’épinette.  Force est de constater que des événements complétement naturels ont un impact plus grand en moyenne sur la mortalité des arbres que la récolte forestière elle-même. Une partie des arbres qui brûlent ou qui sont infestés est récoltée lorsque les conditions le permettent, afin de réduire la pression de récolte sur les forêts en santé.  

Avec la stratégie de production de bois, le gouvernement du Québec souhaite augmenter la productivité de 50% sur le territoire. Autrement dit, en jardinant davantage la forêt, il serait possible de compter 1500 arbres sur la même superficie de récolte. Une telle augmentation permettrait non seulement d’augmenter les volumes de bois pour en faire des produits de première nécessité, mais aussi de protéger davantage de forêts. •

Après toutes ces explications, récolteriez-vous les cinq (5) arbres ?