Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
La Colombie-Britannique investit 2,25 M$ dans les filaments de cellulose


24 avril 2014
Par FPInnovations

VANCOUVER, le 23 avril 2014-  Le gouvernement de la Colombie-Britannique investit 2,25 millions $ pour la recherche sur les filaments de cellulose (FC).

Cet important projet de recherche et innovation représente à ce jour des investissements totalisant 43,1 millions $, incluant un financement de Ressources naturelles Canada par l’entremise du programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF) de même qu’une subvention du ministère des Ressources naturelles du Québec, un prêt d’Investissement Québec, une contribution de Kruger Inc. et des fonds provenant des membres industriels de la division Pâtes, papiers et bioproduits de FPInnovations.

L’investissement de 2,25 millions $ de la province de la C.-B. sera utilisé dans le cadre d’un programme existant de R-D ciblant les applications non traditionnelles des FC qui offrent de l’intérêt et qui sont les plus favorables pour la province de C.-B., particulièrement pour les producteurs provinciaux de pâte blanchie de résineux du Nord (NBSK). La C.-B. produit 80 % de la pâte NBSK du Canada et, à cet égard, ces producteurs sont partie intégrante de l’économie du secteur forestier de la Colombie-Britannique. À mesure que progressent les travaux de recherche de FPInnovations, il nous est possible de constater une réelle synergie entre la pâte NBSK et les filaments de cellulose, les FC de meilleure qualité étant produits à partir de pâte kraft de qualité supérieure.

Advertisment

Les FC représentent un biomatériau à base de fibre de bois hautement innovant, qui devrait avoir des répercussions immédiates sur l’industrie canadienne en raison de sa capacité à s’intégrer à d’autres matériaux et de sa grande résistance, son poids léger et sa flexibilité. Les FC seront utilisés comme additif de renforcement léger dans une vaste gamme d’applications afin d’obtenir des produits commerciaux (pâte, papier, emballage, papier-mouchoir et serviette) à plus faible coût. Les FC pourraient, dans une perspective future, être combinés à différents matériaux pour créer des produits de grande valeur allant des emballages et films flexibles aux panneaux structuraux et non structuraux utilisés dans la construction de bâtiments.

« Cette annonce fournit un parfait exemple de la manière dont la collaboration et les investissements ciblés en recherche et développement peuvent avoir un effet positif sur les marchés traditionnels tout en menant au développement de nouveaux produits novateurs, » a déclaré Pierre Lapointe, président et chef de la direction de FPInnovations. « Les filaments de cellulose sont en voie de devenir un élément clé de la transformation de l’industrie canadienne des pâtes et papiers, lui permettant de s’imposer dans les marchés non traditionnels tout en consolidant les capacités manufacturières existantes des collectivités qui dépendent de la forêt partout en C.-B. »

L’industrie des pâtes et papiers de C.-B. est constamment menacée par la transformation numérique; la province, à titre de plus grande productrice de pâtes commerciales au Canada, sera la plus touchée par la réduction de la demande pour les pâtes utilisées dans les produits traditionnels comme les papiers d’impression et d’écriture. Les répercussions sur la capacité de production des pâtes commerciales de la C.-B. aura également une incidence sur la demande et la valeur des copeaux de bois, ce qui affectera la stabilité financière des usines de sciage et de fabrication de produits du bois. La diversification des produits est essentielle afin de maintenir la part de marché de la pâte, générer des revenus supplémentaires et maximiser la valeur totale de la fibre issue des forêts de la C.-B.

Le Canada est maintenant en bonne position pour faire compétition aux grandes industries des États-Unis, de la Chine, de la Finlande, du Brésil et de la Suède afin de développer les biomatériaux à base de cellulose de prochaine génération. De plus, les cinq brevets de FPInnovations sur les procédés et produits protègent la technologie à l’avantage de l’industrie canadienne tout en procurant des conditions gagnantes pour transformer cette technologie révolutionnaire en réalité commerciale.

Le marché initial potentiel pour les FC en tant qu’agent de renforcement pour les produits traditionnels de pâtes et papiers est estimé, de façon prudente, à 125 000 tonnes par année uniquement en Amérique du Nord. On prévoit également un créneau de taille similaire dans le marché non traditionnel des thermoplastiques, du plastique renforcé, des thermodurcis, des adhésifs et des couchages et tissus non tissés, ce qui représente un revenu total potentiel de 500 millions $ par année pour les entreprises qui utilisent les FC.