Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie Bioénergie Biomasse
La biomasse sur le fil, en plein débat européen


6 août 2020
Par magazine-decideurs.com

Sujets

La biomasse correspond à 60 % de la consommation d’EnR en Europe, soit plus que les énergies solaire et éolienne combinées, selon Eurostat. Pourtant, cette énergie est remise en question. Les Pays Bas se sont saisis de la problématique, et projettent un abandon progressif de la biomasse, tout en lui cherchant un remplaçant plus soutenable. Décryptage des forces et faiblesses de cette pratique.

Quel avenir pour la biomasse ? Alors qu’elle est considérée par la loi européenne comme une source d’énergie neutre en carbone pouvant contribuer à résoudre le problème climatique, ce statut est contesté par d’autres qui ne voient en elle qu’un remède inefficace. Suite à un rapport du Socio-Economic Council (SER) « Biomassa in balans », les Pays Bas ont tranché et n’envisagent plus la combustion de la biomasse comme un processus de production d’électricité viable.

La biomasse : l’EnR déchue

Advertisment

« Toute biomasse n’est pas une bonne biomasse », soutient Jennifer Jenkins, chief sustainability officer chez Enviva, le plus gros producteur mondial de granulés de bois, pour la production de chaleur et d’électricité. Selon elle, il convient de distinguer la biomasse forestière provenant de bois de faible valeur et d’arbres de petits gabarits, et celle provenant d’essences d’arbres pouvant être utilisés en tant que matériaux de construction ou pour confectionner des meubles par exemple. Brûler un arbre centenaire aura pour effet de libérer un siècle d’absorption de CO2 dans l’atmosphère. Ainsi, chaque arbre brûlé à une « dette carbone », qu’il finira par rembourser lorsqu’un autre végétal aura absorbé un montant égal de CO2 à celui qu’aura généré sa combustion. En attendant, du gaz carbonique est bel et bien émis et ce processus de régénération peut durer des décennies.

Lire la suite