Opérations Forestières

En vedette Bioénergie Biomasse
La Biomasse Forestiere Résiduelle:

Une source d’énergie renouvelable et prometteuse


26 février 2013
Par Clément Gignac

Sujets
Clément Gignac

Au Québec et ailleurs dans le monde, la valorisation de la biomasse fo-restière pour la production énergétique est une préoccupation d’actualité. En tant que ministre responsable des Ressources naturelles, je me réjouis de l’évolution de la transformation du bois. Traditionnellement utilisé en construction, le bois connaît maintenant une grande variété d’utilisation comme les produits de structure et d’apparence ou source d’énergie. C’est en poursuivant cet objectif que le ministère des Ressources naturelles et de la Faune a lancé, en 2009, le Plan d’action pour la valorisation de la biomasse forestière. Nous voulions renforcer le développement de la filière énergétique forestière. Nous sommes sur la bonne voie, car aujourd’hui certains sous-produits du bois, inutilisés en raison du ralentissement de l’industrie du papier et des panneaux, servent à la production de produits à valeur ajoutée, de plus en plus recherchés en raison de leurs propriétés physiques et de leur pouvoir calorifique.

Le Québec regorge de biomasse forestière et notre gouvernement encourage l’utilisation de cette ressource abondante et renouvelable pour la production énergétique. Comme vous le savez, la biomasse forestière peut être simplement broyée et utilisée directement dans des fournaises performantes pour produire de la chaleur. Elle peut aussi être transformée et densifiée par des procédés de granulation, torréfaction, pyrolyse et gazéification afin de la rendre plus concentrée et plus énergétique. Je suis heureux de constater qu’au Québec nous nous appuierons bientôt sur de nouveaux procédés pour y parvenir, lesquels s’ajouteront à ceux qui sont déjà rendus au stade de la commercialisation.

Des équipes du ministère des Ressources naturelles et de la Faune s’activent au développement de la filière de la biomasse forestière pour la production énergétique. Innovante et créatrice de richesse et d’emplois durables, cette filière accroîtra l’utilisation du bois et elle diminuera les émissions de gaz à effet de serre. Nous avons d’ailleurs mis en place des programmes d’aide financière destinés aux entreprises soucieuses d’améliorer leur consommation énergétique en recourant à cette source d’énergie.

Advertisment

 Je voudrais souligner les efforts déployés, notamment dans les régions du Saguenay–Lac-Saint-Jean et du Bas-Saint-Laurent, en vue de développer cette nouvelle industrie de l’énergie verte. Je vous encourage à vous inspirer de ces deux projets. La Ville de Girardville a mis sur pied un modèle d’affaires permettant l’émergence d’une nouvelle activité économique régionale. Un partenariat entre la coopérative de travailleurs forestiers, une entreprise de distribution, un producteur de granules et un manufacturier de chaudières et de poêles à haute performance a permis l’installation de petits réseaux de chaleur à la biomasse forestière. Il faut aussi souligner le projet de réseau de chaleur de Causapscal qui rassemble les clients potentiels d’un village typique du milieu rural. Ce réseau inclut l’hôtel de ville, la salle municipale, l’aréna, le collège Cossette, l’église, le presbytère et l’école primaire. L’emplacement des bâtiments permet d’obtenir un réseau relativement peu étendu et d’une densité thermique intéressante. De plus, l’approvisionnement en biomasse sera assuré localement par la Coopé-rative forestière de la Matapédia.

Dès 2008, notre gouvernement s’est clairement déclaré en faveur du bioraffinage, convaincu de son avenir prometteur et animé par la volonté de favoriser la production de produits chimiques verts, en remplacement de ceux recourant à la pétrochimie. Par ce virage technologique incontournable, nous visions la valorisation des composés chimiques issus du procédé de raffinage de la fibre ligneuse. Nous voulions aussi nous orienter vers la fabrication de produits à forte valeur ajoutée, comme les produits chimiques et pharmaceutiques à base de cellulose. Le soutien que nous avons accordé au démarrage de l’usine CelluForce à Windsor reflète notre engagement.

Un potentiel énergétique au sein des forêts privées
Plusieurs défis restent à relever. Alors qu’une certaine quantité de sous-produits de l’industrie de la transformation du bois et la biomasse forestière sont déjà utilisés comme source d’approvisionnement pour des chaufferies locales, les bois de qualité pâte et de trituration pourraient devenir une autre source d’approvisionnement. Dans cette visée, la forêt privée possède un potentiel intéressant pour combler les besoins de cette industrie. J’invite les propriétaires de lots privés à saisir cette nouvelle occasion d’affaires et à promouvoir la biomasse dont ils disposent dans leurs forêts.

Ne laissez pas la faiblesse actuelle de la valeur de la biomasse fo-restière freiner vos ardeurs, car les prévisions indiquent que, d’ici quelques années, elle deviendra une source de revenus intéressante. Ne ratons pas ce virage!                          


Clément Gignac
Ministre des Ressources naturelles et de la Faune
et ministre responsable du Plan Nord