Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
« J’aime ce travail ! » – Les entrepreneurs forestiers québécois (…en 2007)

Répondez à cet important sondage pour faire connaitre la réalité des entrepreneurs forestiers.


3 juin 2021
Par Luc LeBel, co-responsable du sondage 2021. professeur à l'Université Laval

Un grand sondage réalisé en 2007 avait apporté un éclairage inédit sur la réalité des entrepreneurs forestiers du Québec. Presque 15 ans plus tard, une nouvelle consultation qui couvre tout le Québec est lancée pour connaitre la situation des entrepreneurs. Main d’œuvre, relève, rentabilité, passion et amour du métier sont à l’agenda.

En 2007, les entrepreneurs forestiers indiquaient aimer leur travail dans une proportion de 96%! Ce résultat en avait surpris plusieurs. Mais ceux et celles qui connaissaient les entrepreneurs savaient déjà que ce métier de passion, qui amène à travailler en équipe, peut être très stimulant, qu’il permet d’appliquer des aptitudes en résolution de problèmes (et des problèmes il y en a !) et d’être son propre patron. Mais l’amour, la passion, ça dévore, ça demande de l’énergie. Et personne ne peut vivre que d’amour et d’eau fraiche.

La grande consultation de 2007 a permis de mieux faire connaitre la réalité des entrepreneurs forestiers québécois auprès de la population, des étudiants en foresterie, des partenaires d’affaires et des fonctionnaires. La consultation a ainsi permis de développer des programmes de formation mieux adaptés aux besoins des entrepreneurs. Le Centre en entrepreneuriat multi-ressources (CEMR) de Dolbeau-Mistassini est en partie la réalisation d’une vision qui avait été partagée par les personnes consultées. Le sondage de 2009 a donné l’occasion d’organiser des colloques qui ont réuni entrepreneurs, financiers, distributeurs d’équipement et compagnies forestières. Les enjeux de la relève, du manque de main-d’œuvre, du coût des équipements, du manque de prévisibilité ont été mis de l’avant.

Advertisment

L’étude de 2007 a aussi permis de comparer la situation des entrepreneurs forestiers du Québec avec celle d’entrepreneurs ailleurs dans le monde. Les entrepreneurs forestiers du monde entier ont des réalités qui se ressemblent : coût élevé des équipements, évolution des technologies, rareté de la main-d’œuvre, dépendance parfois forte envers le client. Mais l’entrepreneur québécois doit souvent composer avec un climat plus rude, des forêts avec des arbres plus petits, des distances plus longues et un retour financier plus incertain.

En 2007, l’âge moyen des entrepreneurs forestiers québécois était de 51 ans. Depuis, il est évident que plusieurs ont accroché leur paire de bottes, par choix ou par obligation. Une relève s’est installée. Elle fait face à de nouveaux défis, car la réalité des entrepreneurs a changé à plusieurs égards : achat de bois au BMMB, camps mobiles, comparaison instantanée sur les réseaux sociaux, rareté de la main-d’œuvre et rareté des entrepreneurs eux-mêmes. Il y a aussi les entrepreneurs des Premières Nations qui occupent une place de plus en plus importante dans le secteur forestier.

Aujourd’hui, je collabore à une nouvelle consultation qui doit permettre d’entendre les entrepreneurs forestiers. Un sondage de cette importance demande du temps et des efforts. Mais si la participation est là, l’information permettra d’avoir une source d’information non biaisée, crédible et neutre pour présenter la réalité des entrepreneurs québécois. Quels sont leurs besoins, leurs difficultés et leurs plaisirs (il doit bien en rester!). Il sera ensuite possible de chercher des solutions pour réduire les facteurs négatifs et favoriser les sources de satisfaction.

«Love hurts», disait le groupe de hard rock Nazareth dans les années 1970. Les Beatles eux nous disaient «Love is all you need». Pour les entrepreneurs qui disaient aimer leur travail à 96% en 2009, la réalité de 2021 est probablement quelque part entre la douleur et l’euphorie…

Pour être utile, il faut qu’un maximum d’entrepreneurs participe au sondage. Il est disponible en ligne à l’adresse suivante : foret.biprecherche.ca

Merci de le remplir si vous êtes entrepreneurs ou d’encourager les entrepreneurs de votre entourage à le faire.