Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie Équipement Sciage
Investissement payant à Port Hawkesbury


7 juillet 2021
Par Sennebogen

Sujets

Le site de l’usine de Port Hawkesbury a une longue histoire de contribution positive à la région de l’est de la Nouvelle-Écosse. L’usine a d’abord été développée en 1962 comme usine de pâte au bisulfite et a étendu ses activités dans la fabrication de papier journal et de pâte au cours des trois décennies suivantes. En 1998, le site de Port Hawkesbury s’est agrandi de nouveau et a investi dans une machine à papier supercalandre (SC) de pointe. En 2012, l’usine de de Port Hawkesbury a été rouverte par Stern Partners sous le nom de Port Hawkesbury Paper et continue aujourd’hui à fonctionner comme une usine de fabrication de papier de haute technologie de classe mondiale.

Selon Mark Farrow, on peut affirmer la même chose à propos de la cour à bois de l’usine.

En 2012, lorsque Stern Partners a acheté l’usine, ils ont fait la réouverture avec 5 millions de dollars d’investissement en nouvel équipement de traitement et en mises à niveau des installations. Une des mises à niveau fut une nouvelle rampe de stockage. Les hauteurs de chargement étaient en moyenne de plus de 7 m (22 pi), au-delà de la portée de leurs machines de manutention des grumes désuètes. Le besoin d’une capacité de chargement plus haute a amené l’usine à s’équiper de sa première machine de manutention des grumes conçue sur mesure, la SENNEBOGEN 830 M-T.

Advertisement

La 830 M-T peut « accomplir tout le travail »

La 830 a rapidement prouvé sa valeur en chargeant directement à partir des camions entrants jusqu’au plateau de chargement. Le Maxcab élévateur a permis d’élever le niveau des yeux des opérateurs au-dessus du plateau et de leur donner une vue dégagée de leur zone de travail. Avec ce châssis de base spécialement conçu, la machine de manutention des grumes a également fourni la force nécessaire pour remplir et tirer des charges de remorque de 80 000 lb de haut en bas sur une élévation de 12 m (40 pi), jusqu’à la cour à bois supérieure du site.

La 830 pouvait accomplir tout le travail, sans dépendre d’autres machines pour l’aider à empiler, charger ou tirer. En temps voulu, le succès de l’usine ayant conduit à une production à plein régime et à des équipes travaillant 24 heures sur 24, une deuxième 830 M-T a été ajoutée à la flotte du chantier. Port Hawkesbury représente maintenant environ 20 % de la capacité des papiers SC en Amérique du Nord, capable de livrer 400 000 tonnes de papiers SCA++, SCA+ et SCA annuellement.

Récemment, Port Hawkesbury Paper a commandé sa troisième 830 M-T. Et cette première machine, achetée il y a presque 9 ans, est toujours utilisée sur le chantier.

« C’est une machine résistante », a déclaré Farrow. Il est le planificateur/superviseur de la maintenance mécanique de l’usine et est sur le site depuis sa réouverture. « Elle est mécaniquement solide et nous fournit une excellente exécutabilité pour notre exploitation. La première est maintenant à 58 000 heures. Nos techniciens lui ont installé un nouveau moteur il y a deux ans, à 42 000 heures. L’ancien moteur fonctionnait encore bien, mais nous souhaitions être proactifs et éviter tout risque qu’il puisse connaître une défaillance. Nous ne voulions pas nous retrouver à une machine. »

« Maintenant, la deuxième approche des 48 000 heures et elle est aussi équipée d’un nouveau moteur. Dans l’ensemble, c’est toute une machine. »

Le secret de la longévité de la machine

Farrow affirme que le seul moment où s’arrête sa 830 est lorsqu’il faut effectuer le ravitaillement. Entre le déchargement des camions, l’approvisionnement du plateau et le ramassage des grumes dans l’empilement, les 830 sont toujours en mouvement partout dans la cour.

Les conditions peuvent être difficiles et, il affirme, « Certaines zones peuvent devenir mouillées; c’est difficile; il y a de légères pentes dans la cour. Mais nous n’avons jamais eu de problème à remorquer quoi que ce soit, n’importe où dans la cour. Ils gèrent tout ce que nous leur envoyons. »

L’équipement SENNEBOGEN est clairement bâti pour la durabilité et la fiabilité. Selon la plate-forme des machines manipulatrices de matériaux éprouvée de SENNEBOGEN, le châssis de base de la 830 M-T est spécialement conçu pour résister aux conçus pour les contraintes extrêmes de tirage liées aux tâches des parcs à grumes. Renforcée pour gérer les dures contraintes de traction, elle est aussi munie de deux transmissions servant chacun des axes pour tirer dans les conditions boueuses de la cour au printemps et dans des pentes. Mais Farrow affirme que le secret de la longévité de ses machines réside dans les personnes qui s’en occupent.

« Nous avons quatre techniciens de service dans l’équipe qui assurent leur fonctionnement efficient », explique-t-il. « Ces gars sont des professionnels de leur domaine et travaillent tous en équipe! Les techniciens chez nous sont très impliqués dans notre exploitation et sont un facteur clé de l’excellent fonctionnement de ces machines. »

La formation en usine bâtit la confiance

Les quatre techniciens de l’équipe de service ont suivi le programme de formation en usine d’une semaine « Niveau 1 » de SENNEBOGEN, offert sans frais au centre de formation de l’entreprise à Stanley en Caroline du Nord. Il était aussi prévu qu’ils assistent à la formation Niveau 2 sur le dépannage avancé. Toutefois, la COVID-19 a forcé le report de cette formation, mais, selon Marc, il est prévu de leur faire suivre cette formation dès que possible.

« Je suis un superviseur très fiable avec eux », poursuit Farrow. « Nous utilisons le système de gestion informatisée de l’entretien Avantis à PHP. Ils connaissent le système, ils connaissent l’équipement, ils sont versés en informatique. Ils effectuent la surveillance de tous les PM et contrôlent le flux des bons de travail. Avec tout le reste de l’équipement, ils maintiennent les choses en ordre et soumettent toutes les données importantes au moment de fermer les bons de travail pour référence future. Clairement un groupe de gars hautement qualifiés et autonomes. »

Farrow crédite aussi la solide relation de travail entre les techniciens et les opérateurs dans la cour. « Nos opérateurs ont du respect pour leur équipement. Ils prennent soin des machines. Ils rendent compte au directeur des opérations à la fin de chaque journée, de sorte que si un petit problème survient, les techniciens peuvent le régler rapidement. Les techniciens et les opérateurs se connaissent également tous. Ils gardent le contact en utilisant des radios bidirectionnelles. Si un opérateur doit faire vérifier quelque chose immédiatement, un des techniciens peut se rendre au camion de service et y jeter un coup d’œil sur place. »

Conception pour la disponibilité des pièces

La ville de Port Hawkesbury étant située sur l’île du Cap-Breton, sa seule liaison avec le continent canadien se fait par un pont-jetée à 7,4 km en amont de la route. Cependant, l’usine n’a jamais eu de difficulté à s’assurer que ses techniciens aient accès à un approvisionnement en pièces constant. « Nous avons une bonne relation avec tout le monde chez Strongco (le concessionnaire autorisé de SENNEBOGEN dans les Maritimes au Canada). Nous gardons de nombreuses pièces ici dans notre propre inventaire. Nous stockons les kits de service que SENNEBOGEN emballe pour nos machines. SENNEBOGEN utilise aussi de nombreuses pièces standards et non-propriétaires que nous pouvons acheter localement. Même nos tuyaux : nous les faisons fabriquer localement et codés pour chaque machine et nous pouvons en fabriquer certains ici dans notre atelier. Lorsque nous planifions le changement des moteurs, ils sont arrivés rapidement; en une semaine et ils auraient pu arriver plus rapidement si nous en avions eu besoin. »

 

La prochaine génération

L’an dernier, l’équipe de gestion a décidé d’amener une troisième SENNEBOGEN 830 M-T à la cour à bois. Il s’agit de la première machine à Port Hawkesbury qui fait partie de la gamme de la nouvelle E-Series. « Le gros changement est le confort de la cabine », affirme Farrow. Les opérateurs l’aiment vraiment. Ils peuvent travailler confortablement, qu’ils soient en hauteur, bas, en mouvement ou à travailler de longs quarts de travail sur le chargement. »

« Nous économisons également avec les nouveaux moteurs Cummins T4F. Le mode éco de SENNEBOGEN réduit automatiquement les RPM pour économiser du carburant lorsqu’ils tournent au ralenti. »

Si l’on se fie aux résultats des deux premières SENNEBOGEN, la question n’a jamais été de savoir quelle machine de manutention des grumes acheter. « Les techniciens sont tellement familiers avec ces machines; ils peuvent entendre un son de la machine lorsqu’ils marchent dans la cour et ils savent quel est le problème. Avec la formation en usine qu’ils ont suivie et la facilité de réparation et la fiabilité qu’offrent ces machines, choisir une SENNEBOGEN était la meilleure décision d’affaires. »


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*