Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie Bioénergie Biomasse
Faut-il brûler des forêts pour produire de l’énergie ?

Un débat majeur à l’approche de la COP26


14 octobre 2021
Par UP Magazine

Sujets

Un débat politique et environnemental majeur se profile à l’approche de la COP26 qui aura lieu en Écosse en novembre prochain. L’UE et l’industrie forestière encouragent la biomasse ligneuse (transformation des arbres en pellets de bois et combustion de ces derniers pour produire de l’électricité), en affirmant que les recherches démontrent que la biomasse est durable et ne produit aucune émission. Or des défenseurs de la forêt et de nombreux scientifiques se positionnent dans le camp adverse en apportant la preuve que la combustion de biomasse est néfaste pour les forêts et la biodiversité, plus polluante que le charbon, et qu’elle contribue à la perturbation du climat.


La Commission européenne a reçu de nombreux éloges en juillet, lorsqu’elle a communiqué les détails de son plan d’atténuation du changement climatique dans le cadre du pacte vert pour l’Europe. Cette annonce a mis en évidence les moyens avec lesquels les 27 pays membres prévoient de réduire leurs émissions de carbone de 55 % d’ici à 2030 par rapport à 1990 pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, faisant de l’Europe le premier continent à y parvenir.

En prenant cette initiative, l’UE se positionne comme un leader mondial à l’approche du sommet des Nations unies pour le climat COP26 prévu en novembre en Écosse, où des engagements nationaux plus agressifs pour réduire les émissions seront enfin mis en œuvre.

Advertisement

En juillet, l’UE a présenté ce qu’elle considère comme une action agressive pour le climat : une feuille de route incluant l’abandon des énergies fossiles pour la production d’énergie en neuf ans, une interdiction de la production de véhicules à essence et au diesel d’ici à 2035, une taxe sur les produits importés à forte densité carbone, l’obligation de produire 38,5 % de l’énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030 (le taux actuel est de 38 %). Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré que le pacte vert était comparable au premier homme ayant marché sur la Lune pour l’Europe.

Lire la suite