Opérations Forestières

En vedette Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Expert en séchage de bois, une espèce de plus en plus rare

Ce n’est un secret pour personne dans le secteur, les experts en séchage ne courent pas les rues.

6 juin, 2024  par Francis Charrette, PDG d’Algorex


photo Julie Caron / iStock /Getty Images.

En fait, c’est l’expertise dans tous les domaines qui se fait de plus en plus rare. Toutefois, j’ai l’impression que cette rareté se fait ressentir plus fortement pour le procédé de séchage du bois. Ce n’est certainement pas l’étape la plus attrayante du processus de transformation du bois de sciage (des cycles de plusieurs heures sans voir le bois sécher), mais l’importance du séchage sur la qualité finale du bois d’œuvre et la complexité des opérations devraient attirer les travailleurs en quête d’impacts et de concret. 

Je m’explique mal ce manque d’intérêt de la nouvelle génération pour le procédé de séchage, car j’ai la chance de travailler avec des experts en séchage et leur passion pour ce procédé est notable. Le séchage est un procédé complexe, car on travaille avec un matériau vivant qui est constamment en interaction avec les conditions ambiantes. Arriver à maîtriser ce procédé requiert certes des connaissances en physique des matériaux, mais surtout un souci du détail et une compréhension de l’impact du séchage sur la qualité finale des produits. À ma connaissance, on trouve des formations générales en séchage de niveau collégial et universitaire et d’autres formations plus spécifiques offertes par FPInnovations, Formabois, et certains manufacturiers. Toutefois, celles-ci ne peuvent pas générer à elles seules une expertise de pointe du procédé. Preuve à l’appui : les services d’audit des séchoirs, d’accompagnement à l’opération et de formation sont un des services des plus populaires chez FPInnovations, ce qui illustre d’une façon indirecte le besoin en expertise de l’industrie.

L’importance du séchage bien fait
J’ai souvent entendu la phrase suivante lorsque l’on parle du séchage : le séchage lui seul ne permet pas d’augmenter la qualité du sciage, mais un séchage non maîtrisé peut grandement détériorer la qualité finale. Et c’est vrai qu’un séchage non contrôlé va causer des pertes de grade et des pertes monétaires directes. De plus, un séchage qui n’est pas optimisé sera moins productif, ce qui va occasionner des coûts d’opération plus importants. L’impact d’un séchage sous optimal se fait également ressentir au planeur : une pièce trop sèche cause beaucoup de soucis de bris, ce qui occasionne des arrêts au planeur. Au-delà du procédé lui-même, toute la gestion de la matière première à l’état vert vient influencer grandement la qualité du bois d’œuvre au séchage. Selon les essences et le temps d’entreposage, on observera une influence sur l’évolution de la teneur en humidité du bois. Pour espérer obtenir une qualité optimale à la sortie du séchoir, il faudra s’assurer d’avoir des lots avec des teneurs en humidité semblables. Il n’est certes pas facile d’isoler les pertes monétaires liées au séchage, car la répartition finale des grades est influencée par plusieurs facteurs, dont la teneur en humidité finale, les défauts naturels, ainsi que toutes les pratiques reliées à la transformation du bois. Toutefois, selon les experts de FPInnovations consultés, les travaux traditionnels d’accompagnement « coaching » en séchage génèrent des gains de l’ordre de 5 $/Mpmp en augmentation de valeur des produits et 5 % en augmentation de la productivité.  

Advertisement

La technologie comme solution partielle
Est-ce que la technologie peut partiellement aider à combler ce vide? Personnellement, je pense que oui. Je vois la technologie agir à plusieurs niveaux pour atténuer la pénurie d’experts en séchage. D’abord, la transition technologique peut venir motiver la nouvelle génération avide de technologies. De plus, je vois également les systèmes experts comme celui d’Algorex aider les opérateurs et les superviseurs au quotidien dans leurs tâches ainsi qu’à faciliter et accélérer leur compréhension du procédé. La technologie peut réduire la charge mentale des responsables du séchage en leur donnant une meilleure visibilité sur la performance du procédé et créer de l’attraction pour cette position clé dans l’industrie. L’ajout de systèmes de traçabilité du bois à l’échelle de l’usine permet également de prendre de meilleures décisions globales pour maximiser la valeur du bois en prenant en compte les gains que chaque procédé, incluant le séchage. Finalement, la technologie va permettre aux experts en séchage d’être plus efficaces et de supporter plusieurs usines à distance en même temps, de façon plus efficace qu’auparavant avec un accès accru aux données opérationnelles. 


Imprimer cette page

Advertisement

Stories continue below