Opérations Forestières

Marchés Nouvelles de l’industrie
Expansion lente, mais durable du marché du bois


23 mars 2016
Par Guillaume Roy
Brendan Lowney, directeur de l’entreprise d’analyse des marchés Forest Economic Advisor.

La reprise du marché de la construction aux États-Unis est plus lente que prévue, mais elle se matérialisera au cours des prochaines années, estime Brendan Lowney, directeur de l’entreprise d’analyse des marchés Forest Economic Advisor. Et le prix du bois augmentera pour atteindre 450$. 

La population de jeunes 25 à 34 ans, qui achètent leur première maison, atteindra bientôt la marque de 45 millions de personnes. Elle dépassera ainsi l’apogée atteinte à la fin des années 1980.

Même si les jeunes restent maintenant plus longtemps à la maison, qu’ils se marient un peu plus vieux et qu’ils ont leur premier enfant plus tard, cette cohorte finira par se bâtir de nouvelles maisons et le marché de la construction résidentielle reprendra tranquillement, estime M. Lowney. De plus, une demande latente de près de 3 millions d’unités s’est accumulée pendant la récession.

Advertisment

Le secteur de l’emploi est également plus fort et la quantité d’emplois de qualité a augmenté. La création d’emploi a même comblé les 11 millions d’emplois à plein temps perdus pendant la récession, souligne l’expert.

Où seront construites ces maisons fera une énorme différence sur la quantité de bois utilisé, ajoute Brendan Lowney. «On voit beaucoup plus de constructions unifamiliales, qui utilisent trois fois plus de bois que les constructions multifamiliales, dans les sud des États-Unis. Plus les constructions se feront dans le sud et mieux ce sera pour l’industrie», dit-il.

Après avoir atteint le creux de la vague en 2015, les prix du bois augmentent tranquillement. Avec l’augmentation de la demande à prévoir au cours des prochaines années, le taux d’exploitation des usines devraient dépasser le 90%, ce qui fera augmenter le prix du bois encore davantage. À terme, le prix composé des produits du bois devrait atteindre 450 $, soutient l’expert.

Reste à voir comment se réglera l’entente sur le bois d’œuvre pour déterminer à quel point les producteurs canadiens pourront en profiter.