Opérations Forestières

En vedette Sciage Scierie
Étoiles de la relève: le passionné contagieux


2 février 2017
Par Guillaume Roy


Sujets
Éric Gravel

Nom : Éric Gravel
Âge : 37 ans
Poste : surintendant qualité de la production – Boisaco
Formation : Technologie forestière au Cégep de Baie-Comeau

Natif de Sacré-Cœur, Éric Gravel a été élevé au rythme du plus grand employeur de la petite municipalité de 2000 âmes, Boisaco. C’est donc sans aucune hésitation qu’il a suivi le chemin de son père et de son grand-père, en optant pour une formation en foresterie. Il est alors devenu un fier représentant de la troisième génération de Gravel au sein de la coopérative locale qui fait travailler plus de 500 personnes.

Après avoir gravi plusieurs échelons au sein de l’organisation, il occupe maintenant le poste de surintendant qualité de la production à l’usine de Boisaco. «Il est passé maître dans l’art de développer et de mettre en valeur le potentiel de tous les travailleurs œuvrant sous sa responsabilité», soutient Bastien Deschênes, chef de la direction pour Boisaco.

Advertisment

Expert dans les domaines du sciage et du séchage, Éric Gravel a participé activement pendant neuf ans au comité organisateur des ateliers-conférences sur le séchage du bois du CIFQ. Depuis deux ans, il travaille maintenant sur le comité traitant de la transformation du bois. Il est également impliqué dans tous les projets d’amélioration, de modernisation et d’investissement chez Boisaco. Il a d’ailleurs collaboré activement à l’implantation de la centrale thermique aux écorces ainsi qu’à la mise en service de trois nouveaux séchoirs à bois sur le site de Boisaco depuis 2008. Il s’est aussi impliqué sur les conseils d’administration d’organisations liées à Boisaco, dont Unisaco, Boisaco et Bersaco.

La passion d’Éric pour l’optimisation et les produits du bois est contagieuse. Pour lui, pas question de parler de problèmes, l’éternel positif préfère relever des défis, comme celui de redorer l’image de l’industrie forestière. «On ne détruit pas la forêt. On la jardine et on la transforme pour faire des produits beaucoup plus écologiques que l’acier et le béton», conclut Éric.  


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*