Opérations Forestières

En vedette Abattage Récolte
Épinette noire: des alternatives à la coupe totale


30 août 2018
Par Le Quotidien

Sujets

Chercheur affilié à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Miguel Montoro Girona démontre l’efficacité d’alternatives à la coupe totale en forêt boréale, dont une particulièrement prometteuse pour la régénération de l’épinette noire, dans un article publié en août dans la revue Frontiers in Plant Science. « L’industrie forestière n’a pas le choix d’adopter de nouveaux traitements sylvicoles si elle veut exploiter la ressource de façon durable », résume-t-il au Quotidien.

Lors d’une coupe totale, plus de 90 % du bois avec une valeur marchande est récolté. Cette méthode est utilisée dans 93 % des surfaces au pays, selon le jeune chercheur. Dans la province, elle représente 61 à 88 % des superficies récoltées depuis 1986, peut-on lire dans le Manuel de détermination des possibilités forestières 2013-2018 du Bureau du forestier en chef.

« Grâce aux efforts du gouvernement, le Québec fait mieux qu’ailleurs au Canada », admet Montoro Girona dans un entretien vidéo, depuis la Suède où il travaille maintenant.

Advertisment

À long terme, la coupe totale entraîne une baisse de la diversité de l’habitat et de la productivité. Pour une régénération forte, il faut moins de mortalité et plus de croissance chez les jeunes arbres. Selon le même document du Bureau du forestier en chef, cet élément clé pour la durabilité peut être trouvé, mais avec des essences moins intéressantes commercialement, et les arbres n’atteignent pas nécessairement leur plein rendement. « Ça rend la forêt plus vulnérable aux changements climatiques et l’industrie moins stable économiquement », poursuit le jeune chercheur.

Lire la suite

Pour faire une visite virtuelle du dispositif de recherche