Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Éditorial: L’avenir commence aujourd’hui

L’arrivée de nouvelles technologies est en train de révolutionner le travail forestier. Et les gains se feront autant d’un point de vue économique, que logistique ou environnemental. Bienvenue dans la révolution 4.0.


16 novembre 2017
Par Guillaume Roy

Depuis quelques années, le magazine Opérations forestières lance un numéro thématique annuel sur la relève, comme nous vous le proposons dans cette édition de septembre 2017. Tant qu’à parler de la relève, nous avons décidé de vous parler des outils technologiques et de la révolution 4.0 qui nous pend au bout du nez.

Même si on en parle constamment, il est parfois difficile de comprendre exactement ce qui se trame avec cette révolution. Lors d’un atelier sur l’avenir de l’entrepreneuriat forestier présenté au mois d’avril à Québec, plus de la moitié de la centaine de participants (entrepreneurs, gestionnaires et industriels forestiers) ne comprenait pas les concepts de base de la foresterie 4.0. C’est pourquoi nous vous présentons plusieurs textes sur le sujet.

La révolution 4.0 fait référence à l’internet des objets, où les machines peuvent communiquer entre elles et se partager une foule de données en temps réel. Pour l’instant, la faible disponibilité de l’internet en forêt ne permet pas encore d’atteindre ce niveau technologique qui est de plus en plus fréquent en Europe. Malgré tout, on retrouve tout de même des outils intéressants qui peuvent être implantés rapidement par les entreprises (p. 27).

Advertisment

Les technologies peuvent aider, mais l’expérience et la formation joueront toujours un rôle clé pour faire des opérations forestières efficaces. Pourtant, les formations offertes par les Centres de formation professionnelle ne répondent pas aux besoins des entrepreneurs, car la production exigée n’est pas à la hauteur des attentes de l’industrie. De plus, les opérateurs néophytes savent rarement comment réparer la machine s’ils sont seuls. C’est pourquoi les entrepreneurs souhaitent que les CFP améliorent leurs formations et développent de nouvelles approches de formations, en intégrant notamment le compagnonnage. En attendant une telle refonte, des formateurs spécialisés offrent des services qui permettent d’augmenter la production jusqu’à 50 % (p. 27).

Les nouvelles technologies et les nouvelles approches de travail sont adoptées massivement par les jeunes, comme on peut le voir dans notre palmarès des étoiles de la relève forestière 2017 (p. 20), qui compte, encore une fois cette année, une brochette impressionnante de talent. Ces jeunes incarnent très bien le changement de mentalité en cours, comme le témoigne également notre reportage sur Forestiers RBE Lasalle, qui mise sur de jeunes opérateurs.

Même si les nuages continuent d’obscurcir le monde forestier, plusieurs entreprises continuent à investir pour augmenter leur rentabilité. Parfois, ce sont des entrepreneurs locaux qui prennent les choses en main pour relancer la scierie locale, comme ce fut le cas à Saint-Michel-des-Saints (p. 36).

N’empêche que l’imposition des taxes américaines pèse lourdement sur les épaules des producteurs qui auraient bien mérité de profiter pleinement de la hausse des prix du bois. Heureusement, les droits compensatoires de 19,88 % ont été suspendus temporairement par les autorités américaines depuis septembre, dans l’attente d’une décision finale sur le dossier. Une percée de soleil à travers les orages. Reste à voir si le ciel se dégagera, mais une chose est certaine : les technologies font partie de la solution pour des jours plus radieux.