Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Faite du bruit! – Éditorial

Les absents ont toujours tort. Si votre organisation n’est pas présente et active sur les réseaux sociaux, comment voulez-vous participer à redorer l’image de la foresterie ? Comment recruterez-vous de nouvelles recrues au sein de votre entreprise ?


2 octobre 2014
Par Guillaume Roy

Les absents ont toujours tort. Si votre organisation n’est pas présente et active sur les réseaux sociaux, comment voulez-vous participer à redorer l’image de la foresterie ? Comment recruterez-vous de nouvelles recrues au sein de votre entreprise ?

La population en général connaît très mal ce qui se passe en forêt. En ville, c’est encore pire. Alors que la majorité des gens adorent les meubles et les objets en bois, certains ne veulent pas que l’on coupe d’arbres pour faire ces produits. Alors que les enjeux environnementaux prennent une place de plus en plus grande dans les débats publics, l’industrie forestière doit être présente pour vanter les bienfaits écologiques des produits du bois.

À l’ère du 2.0, la bataille de la communication publique se déroule en bonne partie en ligne, estime Luc Dupont, professeur au département de communication à l’Université d’Ottawa et conférencier. Depuis deux ans, M. Dupont donne des conférences aux acteurs de l’industrie forestière sur les médias sociaux pour le compte de Formabois. « Quand j’ai commencé, c’était très difficile de trouver des exemples de bons coups de l’industrie sur le web. C’est difficile de marquer des points quand tu ne prends pas ta place sur les nouvelles plateformes », dit-il. Il est désormais essentiel de faire du bruit en ligne.

Advertisment

Selon ce dernier, ce n’est ni les ministères, ni les associations, ni le gouvernement qui changera l’image de la foresterie. « Chaque entreprise et chaque travailleur doit devenir un agent de changement », dit-il. Bref, tout le monde doit faire un effort pour assurer la présence du monde forestier en ligne. Il faut tous travailler à diffuser et à relayer l’information sur ce qui se passe en forêt et sur les merveilleux produits du bois.

D’une part, il est important de se positionner sur le web pour que le grand public ait l’heure juste. Mais il faut aussi assurer une présence en ligne pour recruter de la main-d’œuvre. Pour plusieurs jeunes, foresterie rime avec crise et fermeture. Pourtant, l’industrie s’est renouvelée et il y a de nombreux postes à combler. Il faut le faire savoir.

D’ailleurs, les résultats préliminaires d’une étude réalisée par le Comité sectoriel de main-d’œuvre en aménagement forestier démontrent que 95% des travailleurs forestiers aiment leur travail.  Pour que les gens viennent travailler en forêt, il faut d’abord qu’ils connaissent les opportunités de travail et la liberté du travail forestier.

Qui sera là pour en parler ? Il ne faut pas compter sur les orienteurs dans les écoles, qui, eux aussi, connaissent mal le travail en forêt. C’est à chacun de nous de prendre les choses en main.

La présence des acteurs de l’industrie forestière est encore timide, mais des initiatives fort intéressantes ont vu le jour au cours des deux dernières années. On voit de plus en plus de pages sur la forêt sur Facebook, des vidéos sur YouTube et des discussions sur Twitter. Lorsque de fausses informations circulent, il y a enfin des personnes pour donner l’heure juste et pour ouvrir de nouvelles discussions. Mais il reste beaucoup à faire.

« Il n’est pas trop tard. C’est un moment important pour l’industrie. Il faut se mettre à la tâche dès maintenant », estime Luc Dupont. Opérations forestières a également tardé a prendre le virage 2.0, mais mieux vaut tard que jamais. Nous vous invitons donc à suivre nos activités sur Facebook, Twitter (Op_forestieres) et sur YouTube. Et vous, avez-vous pris le virage 2.0 ?

Guillaume Roy
Rédacteur en chef
groy@annexweb.com