Opérations Forestières

En vedette Nouvelles
Des produits rares dans les rayons cet automne


29 septembre 2020
Par La Presse

Que ce soit à cause de la pause forcée dans les usines chinoises l’hiver dernier ou d’une demande accrue, de nombreux produits de consommation courante se font rares dans les commerces. L’équipe de La Presse a fait le tour de plusieurs industries pour voir ce qui s’annonce difficile à trouver cet automne.

LA PRESSE

Advertisment

Où sont les briquettes et le bois d’œuvre ?

« Si vous voulez vous faire du barbecue pour alimenter votre automne de football, [vous serez déçu] parce qu’il manque de briquettes », lance spontanément Richard Darveau, président et chef de la direction de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT), qui représente 850 marchands. Selon lui, un peu comme le papier hygiénique, les gens en ont acheté en quantité astronomique pendant l’été. Résultat : les tablettes sont maintenant vides. Les chaufferettes extérieures permettant de recevoir ses convives dehors jusqu’à tard dans l’automne sont également difficiles à trouver, informe Julie Crevier, directrice des communications du Groupe BMR. « La demande est particulièrement élevée cette année », dit-elle. La pénurie qui touchait le bois d’œuvre au début de la pandémie ne semble pas non plus sur le point de se résorber. « Le bois, oubliez ça encore pour un gros mois, voire six semaines, ajoute M. Darveau. Si quelqu’un veut faire sa terrasse avant l’arrivée de l’hiver ou qu’il a besoin de rénover quelque chose, ça va être difficile. » Plus généralement, selon lui, la réduction des vols a eu un impact sur l’approvisionnement en matériaux de construction et de rénovation. La marchandise normalement transportée par avion s’est retrouvée sur des conteneurs de bateaux. « Ça met une pression sur le transport maritime. Il n’y a pas plus de bateaux cette année qu’il y en avait l’année passée. » Le conflit de travail au port de Montréal pendant l’été et le blocus ferroviaire plus tôt pendant l’hiver sont des évènements qui s’ajoutent « comme des couches sédimentaires » pour expliquer la situation actuelle, soutient M. Darveau.

Lire la suite