Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Des mesures insuffisantes pour le secteur forestier


16 avril 2020
Par Alliance forêt boréale

Alliance forêt boréale (AFB) considère que l’annonce du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour, concernant deux mesures économiques destinées au secteur forestier est un premier pas afin de permettre à l’industrie forestière de passer à travers la crise actuelle.

Cependant, ces deux mesures économiques visant à donner un répit aux entreprises affectées par les impacts liés à cette situation exceptionnelle ne seront pas suffisantes à elles seules pour garantir la survie de plusieurs industriels et entrepreneurs forestiers. L’industrie forestière, c’est une grappe industrielle où plusieurs intervenants sont interreliés. La survie de l’un dépend de la survie de l’autre et l’une des mesures ne s’adresse qu’à l’industrie elle-même et ne constitue en soi qu’un le report d’un passif.

AFB tient à rappeler au ministre Dufour que l’industrie forestière régionale vivait une période économique difficile, et ce, avant la pandémie de la COVID-19. En effet, plusieurs éléments problématiques avaient été soulignés tels que la prévisibilité des activités forestières, la protection du caribou forestier, les coûts de la fibre, le régime forestier, la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) et bien d’autres. À cela, s’ajoute maintenant le ralentissement économique engendré par la pandémie.

Advertisment

« Cette annonce du ministre sera sans doute appréciée par l’industrie et les entreprises sylvicoles, car elle leur donne temporairement une marge de manœuvre mais demeure nettement insuffisante pour traverser cette crise, affirme M. Pascal Cloutier, président d’AFB. Nos communautés forestières vivent une crise sans précédent avec le ralentissement et la fermeture de plusieurs unités de production où 23 municipalités sur 49 sont dépendantes de l’activité forestière. Ce sont des milliers de travailleurs et de familles qui sont affectés. AFB demande au Gouvernement de mettre rapidement sur pied une cellule de crise composée des acteurs forestiers régionaux, à l’instar de l’Outaouais, afin de lui permettre de bien comprendre la situation que nous vivons et protéger notre structure industrielle et entrepreneuriale », conclu le président.