Opérations Forestières

En vedette Récolte Transport
Des chemins forestiers plus écolos !


19 février 2016
Par Guillaume Roy


Sujets

Céline Beauséjour n’avait jamais pensé construire des chemins forestiers. « Personne ne m’avait jamais parlé de cette job-là », dit-elle.

Après avoir été serveuse et travaillé à la paye pour Hydro-Québec, elle a rencontré un orienteur qui lui a dit que le cours de conduite de machinerie lourde en voirie forestière à La Tuque était carrément fait pour elle. Et elle a été charmée.

Pourtant, Céline n’est pas une fille de machine. Avec sa famille, elle pratiquait plus des sports de plein air comme le kayak. Mais c’est justement l’aspect environnemental du travail qui l’a attirée. « Quand je travaille, mon but premier est de protéger l’habitat des poissons et la qualité de l’eau », lance la jeune femme de 29 ans, qui travaille pour Forélie, une filiale de Remabec. Fini le temps où l’environnement était secondaire. C’est maintenant au cœur des préoccupations des travailleurs et des règlements en forêt.

Advertisment

Seule femme sur l’équipe de voirie forestière, elle se fait appeler « le petit rayon de soleil » par les membres de son équipe. « Je suis hyper gâté par tout le monde », dit-elle qui note que l’on retrouve plus de femmes en transport.

Céline adore se retrouver dans sa pelle mécanique, où la machine devient un prolongement de son corps. La forêt est même devenue son mode de vie depuis qu’elle est déménagée en forêt, près de La Tuque au milieu de l’année.

En bref, Céline contribue à faire tomber les tabous sur le travail des femmes en forêt.