Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Comment l’industrie des produits forestiers contribue-t-elle à l’économie canadienne?


2 août 2017
Par Blogue Résolu

Le secteur des produits forestiers est un pilier de l’économie canadienne. Il crée en effet plus d’emplois et contribue davantage à la balance commerciale – pour chaque dollar de valeur ajoutée – que le secteur des minéraux et des métaux ou que celui de l’énergie.

En 2015, la balance commerciale du secteur des produits forestiers s’établissait à 21,5 G$, alors qu’elle était négative pour l’ensemble de l’économie.

Malgré l’augmentation des exportations vers les marchés asiatiques, les États-Unis demeurent la destination principale des produits forestiers canadiens. En outre, les produits forestiers non traditionnels sont devenus plus importants, tant pour le secteur que pour l’économie canadienne. Les marchés de produits en expansion comprennent les biocarburants, qui peuvent remplacer les combustibles fossiles, et les produits biochimiques, pouvant servir à la production de plastiques biodégradables et de produits chimiques industriels.

Advertisment

Avantages pour l’économie canadienne – 2015

Bien qu’il contribue dans une moindre mesure au produit intérieur brut (PIB) total que d’autres secteurs de ressources, l’industrie des produits forestiers représentait en 2015 près de 7 % des exportations canadiennes. Le tableau ci-dessous présente les avantages pour l’économie du Canada en 2015 dans les secteurs des forêts, des minéraux et des métaux ainsi que de l’énergie. Pour chacun sont indiqués : la contribution au PIB, les exportations par dollar de valeur ajoutée, la balance commerciale par dollar de valeur ajoutée et le nombre d’emplois par million de dollars de valeur ajoutée.

Pour en savoir davantage au sujet de l’apport du secteur des produits forestiers à l’économie canadienne, lisez l’édition 2016 du rapport intitulé L’État des forêts au Canada. Ce portrait annuel, brossé par Ressources naturelles Canada, explore les thèmes des pratiques d’aménagement forestier durable ainsi que les stratégies et solutions en matière de changements climatiques.Pour cinq étudiants universitaires et collégiaux, la mise hors service offre une opportunité d’apprentissage unqiue. « Quand ils ont retiré la vieille machine et ont apporté la nouvelle, cette dernière présentait des mises à niveau dont ne disposait pas l’ancienne et qui étaient vraiment intéressantes à voir. J’avais la possibilité de voir l’appareillage à l’intérieur des séchoirs, chose inhabituelle. J’ai beaucoup appris sur les automates programmables sur lesquels je serai amené à me pencher pendant mes études. » dit Dawson Borthwick, étudiant en électrique et instrumentation, Lake Utopia Paper.