Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Comment les MRC gèrent-elles les forêts ?


7 juin 2021
Par Guillaume Roy
En 1997, 15 MRC du Québec ont reçu une délégation de la gestion forestière d’une partie des terres publiques intramunicipales. Mais comment sont gérées ces forêts? Sont-elles rentables? Où sont réinvestis les profits? Le Progrès est allé voir comment ça se déroule sur le terrain et a fait le tour des intervenants de la région pour dresser le portrait de la situation.
Cette année, la MRC du Domaine-du-Roy a planifié la récolte dans un bloc forestier situé à Saint-Méthode, dans un îlot de terres publiques situé entre Saint-Félicien et Normandin. « On va récolter une superficie de 100 hectares, ce qui représente un volume d’environ 13 000 mètres cubes », explique Danny Bouchard, responsable de l’aménagement du territoire.
« On ne pense pas juste au rendement », souligne Danny Bouchard, responsable de l’aménagement du territoire de la MRC du Domaine-du-Roy.

La MRC s’est assurée de rencontrer les différents utilisateurs, dont les agriculteurs à proximité, les motoneigistes et les amateurs de chiens de traîneaux, car on retrouve des sentiers dans ce secteur. « On ne pense pas juste au rendement », souligne ce dernier, en ajoutant que la relation de proximité permet de maintenir un bon climat de confiance.

« La forêt est mature et on avait plus de mortalité que de croissance annuelle », note le technicien forestier de la MRC, Carl Tremblay.

De plus, il n’y avait pas de régénération naturelle au sol, car le pin gris a besoin du feu pour repousser. « Si on ne faisait rien, les aulnes auraient remplacé le pin gris, alors qu’après la récolte, on va reboiser le site et la forêt va repousser », ajoute ce dernier.

Advertisment
Dans le cadre de ce projet de récolte, la MRC du Domaine-du-Roy a travaillé avec le CFP du Pays-des-Bleuets afin d’offrir le parterre de coupe pour la formation des élèves.

Dans le cadre de ce projet de récolte, la MRC a notamment travaillé avec le Centre de formation professionnelle du Pays-des-Bleuets afin d’offrir le parterre de coupe pour la formation des élèves.

Chaque année, la MRC du Domaine-du-Roy génère des revenus forestiers d’environ 100 000 $. La MRC a notamment financé la véloroute entre Saint-Félicien et La Doré grâce à ces montants.

+

Ailleurs au Saguenay-Lac-Saint-Jean

MRC de Maria-Chapdelaine

• Superficie sous gestion : 44 000 hectares

• Possibilité forestière : 34 500 m3

• Revenus forestiers pour la MRC : Environ 200 000 $ par an

« On veut mettre en valeur l’ensemble des ressources sur le territoire », souligne le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard.

Ce dernier ajoute que la récolte permet de dégager des profits qui peuvent être réinvestis dans d’autres projets moins rentables, mais tout aussi importants.

Par exemple, la MRC investit dans la passerelle du 49e parallèle, dans la recherche sur le bleuet et sur la cohabitation des véhicules hors route dans les secteurs agricoles. Le Parc régional des Grandes-Rivières reçoit aussi une partie du financement généré par les revenus forestiers. « Pour nous, c’est un outil de développement socio-économique », note le préfet, ajoutant que la MRC s’est dotée d’un fonds TPI de plus de 2 M$ pour les projets structurants.

MRC de Lac-Saint-Jean Est

• Superficie sous gestion : 30 000 hectares

• Revenus forestiers pour la MRC : Entre 125 000 et 175 000 $ par an

Dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, la planification est faite par la MRC, mais ce sont les corporations locales de développement et deux entreprises privées qui s’occupent de la récolte. Un énorme travail d’harmonisation est fait, afin de permettre l’acceptabilité sociale, souligne Nathalie Audet, directrice du service d’aménagement.

« On veut maintenir les paysages et conserver une belle qualité de sentiers, que ce soit pour la motoneige, la raquette, le ski de fond et autres », dit-elle.

Les revenus générés permettent d’investir dans les travaux sylvicoles, mais aussi dans d’autres projets, comme l’aménagement de pistes de vélo de montagne à Alma et à Saint-Nazaire et d’un camping à L’Ascension-de-Notre-Seigneur.

MRC du Fjord

• Superficie sous gestion : 22 000 hectares de territoires forestiers productifs

• Possibilité forestière : 39 200 m3

• Revenus forestiers pour la MRC : Environ 200 000 $ par an

La MRC du Fjord gère ses forêts dans un esprit multiusage, encadrant près de 200 baux de villégiature, des bleuetières et une trentaine d’érablières, qui génèrent presque autant de revenus que la récolte forestière.

En forêt, la planification est faite par la MRC, mais la récolte et l’aménagement sont effectués par des corporations locales. Les revenus tirés des droits de coupe, d’environ 200 000 $ par an, sont réinvestis, par exemple, pour l’aménagement du sentier pédestre de Saint-Charles-de-Bourget et pour le sentier de motoneige de Chute-aux-Galets. D’autres montants ont été alloués pour l’étude d’un projet de récolte de ginseng et pour le projet de ski de montagne à Petit-Saguenay.

Saguenay (ville-MRC)

• Superficie sous gestion : 7 997 hectares

• Revenus forestiers pour la MRC : 296 000 $

Après avoir arrêté la récolte forestière pendant près de 20 ans, la Ville de Saguenay a recommencé à récolter les forêts qu’elle gère sous convention.

« Au cours des dernières années, le comité multiressource a démontré une ouverture pour recommencer la récolte, afin d’aménager nos forêts durablement, tout en générant des revenus pour financer d’autres projets », souligne Julie Dufour, conseillère municipale et présidente du comité multiressource.

Au cours des trois prochaines années, la ville prévoit générer des bénéfices de 296 000 dollars. Une partie de ce montant a été investi dans le sentier pédestre commémoratif de 3,5 km à Saint-Jean-Vianney et dans le sentier Eucher, à La Baie. Guillaume Roy, journaliste de l’Initiative de journalisme local