Opérations Forestières

En vedette Aménagement forestier Récolte
Caribou forestier: trouver un équilibre entre conservation et développement économique

Le plan de rétablissement du caribou forestier présenté par Québec pourrait causer 600M$ de pertes dans les régions de la province.


17 juillet 2013
Par Conseil de l'industrie forestière du Québec et Gouvernement du Québec

Sujets

Le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) entend suivre de près le traitement des deux documents rendus publics par le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, soit le Plan de rétablissement 2013-2023 du caribou forestier ainsi que les Lignes directrices pour l’aménagement de son habitat, proposés par l’Équipe de rétablissement du caribou forestier. Le CIFQ rappelle au gouvernement du Québec l’importance de faire les évaluations des impacts socioéconomiques nécessaires avant d’adopter toutes mesures pour y donner suite.

Les documents rendus publics par le ministre Blanchet sont le résultat des travaux de l’Équipe de rétablissement du caribou forestier, constituée d’une quarantaine de représentants de différents groupes d’intérêts. « L’industrie forestière collabore aux travaux de l’Équipe de rétablissement depuis le début des travaux. Elle l’a fait avec conviction, bonne volonté et dans l’intérêt partagé de favoriser la restauration de cette espèce. De plus, les industriels forestiers du Québec ont posé des actions concrètes sur le terrain aux cours des dix dernières années », de préciser André Tremblay, président-directeur général du CIFQ.

Le Plan de rétablissement du caribou forestier et les Lignes directrices qui l’accompagnent sont des outils mis à la disposition des décideurs et des aménagistes dans le cadre de l’application des principes d’un aménagement forestier durable. Maintenant que le gouvernement du Québec a reçu ces documents, il lui revient de décider des actions à mettre de l’avant pour favoriser la restauration de cette espèce. « Tout au long des travaux de l’Équipe de rétablissement du caribou forestier, les représentants de l’industrie forestière ont fait valoir leurs préoccupations en ce qui concerne le maintien des activités forestières. Comme il a été convenu au sein de l’Équipe, ces préoccupations doivent maintenant être adressées par les décideurs publics », d’ajouter M. André Tremblay.

Advertisment

« Les mesures proposées dans le Plan de rétablissement et dans les Lignes directrices auront des impacts socioéconomiques importants qui doivent être évalués. Ainsi faut-il que des évaluations précises de ces impacts soient réalisées afin d’en bien saisir les implications, de façon à pouvoir maintenir à la fois le caribou forestier et les emplois dans les collectivités », de conclure M. André Tremblay.

Trouver le juste équilibre
Le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, tient à préciser que les documents rendus publics vendredi dernier sur le site Web du Ministère, dont le Plan de rétablissement 2013-2023, constituent des recommandations de l’Équipe de rétablissement du caribou forestier du Québec. « Nous allons bien analyser ces documents, évaluer les impacts des mesures proposées et déterminer par la suite les actions à privilégier en tenant compte des impacts économiques régionaux », a précisé le ministre Blanchet.

Rappelons que la version 2013-2023 du Plan de rétablissement du caribou forestier est le résultat d’une réflexion concertée de l’Équipe de rétablissement du caribou forestier du Québec, un comité consultatif constitué de près de 40 intervenants venant du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, du ministère des Ressources naturelles, de l’industrie forestière, de groupes environnementaux, de Premières Nations, d’Environnement Canada, d’Hydro-Québec, d’organismes fauniques et d’universités. Dans sa forme actuelle, ce plan propose un ensemble de mesures visant la pérennité des populations de caribou forestier au Québec.

« Je suis tout à fait conscient des enjeux entourant la protection des populations de caribou, notamment à l’égard de l’exploitation forestière. Il n’est aucunement question de mettre en œuvre tel quel le plan proposé. Nous rendons ces documents publics, lesquels constituent une référence pour tous, mais cela ne permet pas de présumer de nos actions futures. Nous ne renonçons ni à l’activité économique, ni à la perpétuation du caribou forestier », a conclu le ministre.