Granules LG investit 2,2 M$

Guillaume Roy
Mars 21, 2019
Écrit par
Granules LG investit 2,2 millions de dollars à son usine de Saint-Félicien pour faire l’acquisition de nouveaux équipements d’automatisation visant à optimiser sa capacité de stockage et ses procédés de fabrication des granules de bois. Sur cette somme, DEC Canada versera une aide remboursable de 400 000 $ pour appuyer l’entreprise œuvrant dans la production d’énergie verte.

« Je pense que le virage vert du Québec et du Canada est très important. On travaille dans ce domaine là et on veut continuer notre expansion », a souligné Alain Paul, président de Granules LG, une entreprise qui valorise les résidus des usines de sciage à des fins énergétiques.

Depuis 2014, l’entreprise a grandement augmenté sa capacité de production, passant de 75 000 à 120 000 tonnes de granules par an. Et aujourd’hui, Granules LG devait investir notamment pour augmenter sa capacité de stockage et de gestion de la production. « On avait aussi besoin d’investir dans l’automatisation pour faciliter l’emballage, par exemple », a commenté Alain Paul, avant d’ajouter qu’une partie des sommes investies serviront à bonifier le fonds de roulement de l’entreprise qui compte 60 employés. 

Ces nouvelles installations permettront au passage de mieux desservir les besoins des différents clients, notamment la clientèle italienne, qui achète 40 000 tonnes de sacs de granules en palette au producteur québécois. 

« Spécialisé dans le domaine de la biomasse forestière, Granules LG fabrique bien plus que des granules et des bûches énergétiques, mais cette entreprise, détenue à 100 % par des intérêts autochtones, se démarque par l’importance qu’elle accorde aux retombées économiques, sociales et environnementales qu’elle génère dans son milieu », a tenu à souligner Richard Hébert, député fédéral de Lac-Saint-Jean qui est venu faire l’annonce de la contribution remboursable de 400 000 $ de Développement économique Canada pour les régions du Québec. « Cette entreprise possède tous les atouts pour aller plus loin », a-t-il dit avant d’ajouter que Granules LG est le premier fabricant de granules à détenir la certification ENplus, prisée par les clients européens. 

Alexandre Paradis, pro-maire, a pour sa part mentionné que Granules LG est un fleuron québécois de l’énergie verte qui rayonne à l’international. « Je me permets en mon nom personnel et au nom des générations futures de vous remercier de mettre en valeur une énergie verte comme alternative », a-t-il mentionné. 

Selon Mélanie Paul, vice-présidente de Granules LG, 220 000 maisons québécoises chauffent encore au mazout et ce marché offre un énorme potentiel de développement de la filière au Québec, qui permettrait de mettre en valeur une énergie verte locale au lieu d’importer des énergies fossiles, tout en diminuant l’empreinte carbone de la province. 

Le développement de la filière permettrait par ailleurs de réduire les exportations, qui se chiffrent à 40 %, en misant sur des circuits courts. 

Usine intelligente

D’ici quelques années, l’usine de Granules LG devrait être complètement contrôlée grâce à l’intelligence artificielle, a souligné Alain Paul. « Aujourd’hui, on est déjà capable de codifier chaque palette et de la repérer avec un système GPS, dit-il. On peut la stocker dans la cour et savoir exactement combien il reste de chaque type des 18 produits que l’on fabrique. »

Toutes ces informations sont gérées par un système central. Toutefois, plusieurs données, sur l’humidité, la compression et la chaleur des granules, sont encore contrôlées en partie par des humains. « Tantôt, on va avoir tellement d’information à contrôler que l’intelligence artificielle viendra nous aider à optimiser nos opérations », ajoute ce dernier.

Au cours des prochaines années, Granules LG souhaite également utiliser les nouvelles installations d’exportation de granules qui seront construites à Grande-Anse. « On voudrait aussi développer un réseau de livraison en vrac optimisé pour éliminer en partie les sacs », a mentionné Mélanie Paul. 

Poêles aux granules permis en ville !

Alors que l’on parle souvent de l’interdiction des vieux poêles à bois sur l’île de Montréal, on mentionne très peu que les poêles aux granules certifiés sont toujours acceptés, a remarqué Alain Paul. La raison : les granules de bois sont séchés en usine et ils produisent très peu de particules fines lors de la combustion. Il demeure toutefois interdit d’utiliser le chauffage aux granules lors d’épisodes de smog.



Plus dans cette catégorie : « Une usine de granules à Lac-au-Saumon

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.