Développer des produits et énergies à base de biomasse renouvelable

Université du Québec à Trois-Rivières
Février 13, 2019
Écrit par Université du Québec à Trois-Rivières
L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a procédé récemment à la création du nouvel Institut d'innovations en écomatériaux, écoproduits et écoénergies (I2E3) à base de biomasse, un regroupement de chercheurs et étudiants de plusieurs disciplines qui participera à l'avancement de la bioéconomie circulaire, une économie basée sur l'utilisation de la biomasse et le respect de l'environnement.

Ce nouvel institut voit le jour en remplacement du Centre de recherche sur les matériaux lignocellulosiques (CRML) de l'UQTR, dont les réalisations et l'évolution ont mené à un changement de désignation et d'orientation.

« L'appellation d'institut implique le développement de partenariats, autant entre chercheurs qu'avec l'industrie, ainsi que l'innovation technologique et sociale. I2E3répond déjà à ces critères et intensifiera encore ses efforts, en lien avec ces mandats », de commenter le directeur du nouvel institut, le professeur en génie chimique Patrice Mangin.

Pour une industrie plus verte

I2E3 mettra au point de nouveaux produits et technologies qui profiteront aux entreprises impliquées dans la transformation de la biomasse, tout en favorisant le développement durable et une meilleure utilisation des ressources naturelles.

L'équipe de l'Institut se consacrera à la création d'écomatériaux (résines, composites, plastiques, etc.) et d'écoproduits (nanocellulose, biocharbon, etc.) à partir de la biomasse, cette dernière pouvant provenir de diverses sources (forêt, algues, résidus agricoles, crustacés, etc.). Elle s'intéressera aussi à la production d'énergie à partir de la biomasse, sous la forme de biocarburants renouvelables (éthanol, essence, diesel, carburants avioniques).

« À ce jour, aucun autre institut universitaire ne s'est donné un tel mandat et un tel positionnement en ciblant à la fois les matériaux, produits et énergies liés à la biomasse renouvelable », signale le professeur Mangin. Ce dernier sera assisté, à la direction de I2E3, par le professeur Simon Barnabé (chimie, biochimie et physique), directeur adjoint pour la recherche et le partenariat, et le professeur Éric Loranger (génie chimique), directeur adjoint pour les affaires courantes académiques.

L'équipe de I2E3 regroupe actuellement une dizaine de chercheurs réguliers et autant de chercheurs associés, des professionnels de recherche (4) et techniciens (2) et près de 70 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Les membres de l'Institut proviennent de disciplines variées : chimie, génie chimique, génie mécanique, biologie, entrepreneuriat, finance, économie, etc.

« I2E3 est le troisième institut à voir le jour à l'UQTR. Sa création donnera un élan important à l'équipe de chercheurs qui y réalisent des projets d'avant-garde au bénéfice de notre société et de notre planète. L'appellation d'institut universitaire conférera également à I2E3 un pouvoir attractif accru auprès des étudiants, des chercheurs et des partenaires de l'industrie, et ce, jusque sur la scène internationale », de mentionner M. Daniel McMahon, recteur de l'UQTR.

Pour sa part, M. Jean Boulet, député de Trois-Rivières, ministre de la région de la Mauricie et ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, a déclaré : « Je tiens à saluer la création par l'Université du Québec à Trois-Rivières du nouvel Institut d'innovations en écomatériaux, écoproduits et écoénergies à base de biomasse. Alors que les questions environnementales sont sur toutes les lèvres, I2E3 permettra de faire des avancées dans des domaines de pointe qui seront bénéfiques pour le développement durable. Cela positionnera également l'Université et la région de la Mauricie sur la scène mondiale. Il s'agit là d'une excellente nouvelle qui nous permet comme société d'aspirer à un avenir plus vert. »

Une expertise de longue date

La création de I2E3 est l'aboutissement naturel de plus de quatre décennies de travaux et recherches consacrées, au départ, aux pâtes et papiers. En novembre 1972, les premières bases du Groupe de recherche en pâtes et papiers sont jetées à l'UQTR. Cinq ans plus tard, le Centre de recherche en pâtes et papiers (CRPP) voit le jour. De 2005 à 2011, le CRPP et le Centre spécialisé en pâtes et papiers (CSPP) du Cégep de Trois-Rivières sont réunis à l'intérieur du Centre intégré en pâtes et papiers (CIPP).

En 2011, le CRPP devient le Centre de recherche sur les matériaux lignocellulosiques (CRML), conjuguant l'étude des problématiques scientifiques de l'industrie des pâtes et papiers à celle des matériaux composites et lignocellulosiques. La poursuite de ces travaux et l'élargissement des intérêts de recherche du CRML mènent, en 2019, à la création de I2E3.

Pour les années à venir, I2E3 entend devenir un acteur majeur dans le secteur de la bioéconomie circulaire. Il continuera d'œuvrer en étroite collaboration avec les centres collégiaux de transfert technologique (CCTT) québécois, ainsi que de nombreux partenaires tels que les entreprises et organismes gouvernementaux.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.