Bioénergie
Le producteur de bois d’œuvre Barrette-Chapais finalise en ce moment les détails d’un projet d’un peu plus de 50 M$ pour la construction d’une usine de granules à Chapais et d’un site de transbordement et d’entreposage au terminal maritime de Grande-Anse.
La promesse de Bioénergie La Tuque (BELT) est ambitieuse : débarrasser le sol de cette municipalité de la Mauricie des résidus qui empêchent la forêt de se renouveler, tout en produisant un biocarburant apte à alimenter le transport routier et aérien de la province. Rien de moins.
Dans la Marne, le consortium VitrHydrogène produira dès 2019 de l'hydrogène à partir d'un procédé innovant de craquage de la biomasse. Retenu dans le cadre du PIA, ce projet représente un investissement global de 5,4 millions d'euros, financé à 50 % par l'Ademe.
Pro-Métal Plus et Säätötuli Canada annoncent le développement et la production conjointe d'une gamme de chaudières biomasse pour le marché Nord-Américain. Les deux entreprises mettent en commun leur savoir-faire pour créer une ligne de chaudières à eau chaude commerciales adaptées à la technologie de combustion biomasse multi-combustible de Säätötuli. Cette technologie a été éprouvée depuis plus de 30 ans en Finlande, pays d'origine de la technologie Säätötuli, et dans les conditions polaires des pays du nord de l'Europe. Les futures chaudières seront manufacturées par Pro-Métal Plus à son usine de Deschambault, QC dans la région de Portneuf.
Produits Forestiers Petit-Paris est une installation unique qui comportait plusieurs défis techniques majeurs.
Une série d’articles publiée récemment sur les pertes engendrées par Hydro-Québec (HQ) pour soutenir la filière biomasse au Québec ont fait réagir les maires de Chapais, Saint-Félicien et Senneterre. Dans ces articles, on parle du cout d’achat de l’électricité produite par certaines papetières qui se situe bien au-dessus du prix de vente de l’électricité par HQ à ces mêmes papetières.
Des maisons dotées d'un système de chauffage à base de biomasse forestière seront construites à Sioux Lookout dans le Nord-Ouest ontarien d'ici 2020. L'annonce a été faite jeudi à l'issue de la première édition du Northern Housing Summit.
Le président et le directeur général de Bio Énergie La Tuque (BELT), Patrice Bergeron et Patrice Mangin estiment que leur projet va bon train.
La corporation Innovation et développement (ID) Manicouagan poursuit sa recherche de financement en vue de la création d’une coopérative forestière dans le créneau de la fabrication de granules. La réalisation du projet de 24 M$, qui créerait une vingtaine d’emplois, pourrait se concrétiser en 2019 ou 2020.
L'entreprise matapédienne PGR Fabrication Énergie vient de décrocher un important contrat, qui consiste à l'aménagement d'un système de chauffage à la biomasse forestière au Nordique Spa, situé à Stoneham.
Mécontent de la gestion du processus par Hydro-Québec, le Chef d'Opitciwan, Christian Awashish, va interpeller personnellement le PDG d'Hydro-Québec, Éric Martel, cette semaine afin de débloquer le projet de centrale à la biomasse forestière d'Opitciwan. Cet échange, crucial pour l'avenir du projet de centrale, aura lieu lors d'une rencontre tenue entre M. Martel et le Grand Chef et les Chefs de la Nation Atikamekw. 
Le projet de démonstration « Bioraffinerie intégrée », conçu, dirigé et complété par CRB Innovations (CRB) a atteint son principal objectif: les sucres préparés par CRB dans son usine de démonstration localisée à Westbury (capacité de 3.6 tonnes de bois/j, base anhydre, comme intrant) ont été fermentés par GreenField Global, dans ses installations adjacentes à leur usine commerciale d'éthanol de maïs en grain situé à Varennes, QCCanada, produisant 7,000 L de bière ayant 3.7 % (p/v) d'éthanol. Les sucres ont été produits par CRB à partir de biomasse (résidus de bois résineux) provenant de la région de l'Estrie par voie de la technologie FIRSST de déconstruction et fractionnement hydrolytique, développée par CRB.
Ciment McInnis cherchera au cours des prochaines années à réduire de 30 % la consommation de coke de pétrole de son procédé de combustion en consommant de la biomasse forestière générée principalement par les entreprises de sciage de la Gaspésie.
Après avoir mis de l’avant un procédé de revalorisation du bois traité en 2006, les Industries JPB donnent maintenant naissance à JPB Énergies, dont l’investissement de 67 M$ annoncé le lundi 28 mai permettra de transformer ce bois usagé en électricité.
Philippe Couillard défend l’usage de l’énergie biomasse malgré son coût plus élevé et les surplus d’Hydro-Québec puisqu’elle est bonne pour l’économie des régions.
Page 1 sur 7

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.