Bioénergie
L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a procédé récemment à la création du nouvel Institut d'innovations en écomatériaux, écoproduits et écoénergies (I2E3) à base de biomasse, un regroupement de chercheurs et étudiants de plusieurs disciplines qui participera à l'avancement de la bioéconomie circulaire, une économie basée sur l'utilisation de la biomasse et le respect de l'environnement.
Le 7 février dernier, la centrale thermique de Drax en Grande-Bretagne a testé pour la première fois son unité de captage de CO2. Malgré ses résultats très modestes, l’unité ne captant qu’une tonne de gaz carbonique par jour, cette initiative ouvre néanmoins de nouvelles perspectives pour la lutte aux changements climatiques. En effet, la centrale de Drax introduit depuis 2016 une portion croissante de biomasse forestière pour la substituer au charbon comme combustible. La biomasse qu’on brûle émet du CO2, mais celui-ci n’est pas comptabilisé comme facteur de changement climatique si le territoire d’où il provient conserve sa vocation forestière. Les arbres qui poussent captent en effet une quantité de ce gaz équivalente à celle qui provient de la combustion.
Optimiste, le maire Pierre-David Tremblay s’attend à des mouvements positifs dans les 6 à 8 prochains mois dans le dossier de la future usine de bioraffinerie forestière, qu’on veut implanter en Haute-Maurice. Le maire faisait le point sur ce dossier dans le cadre du cahier Projection de l’Écho de La Tuque.
Selon une étude commandée par Énergir, 66 % du gaz naturel pourrait provenir de sources renouvelables, dont près de 50 % serait issu de résidus forestiers, d’ici 2030. Et c’est au Saguenay–Lac-Saint-Jean que ce potentiel de production est le plus élevé.
L’entreprise Barrette-Chapais a confirmé mardi un investissement important du côté du Port de Saguenay, alors que deux dômes d’entreposage et un système de convoyeurs seront construits au coût de 17 M $ pour stocker, avant l’expédition par bateaux, la granule industrielle qui sera produite dès cet été à leur usine en construction actuellement à Chapais.
L’entreprise Combustion Expert Énergie se spécialise dans la vente de centrales thermiques à la biomasse ainsi que dans l’automatisation et l’optimisation de chambre à combustion à la biomasse. Et dans les trois dernières années, la compagnie s’est bien implantée dans le secteur des énergies renouvelables grâce aux efforts de Sylvie Milette et Claudia Goulet, associées justement depuis 2015.
Un partenaire de Bioénergie La Tuque (BELT), qui développe un projet de bioraffinerie de 1 milliard de dollars en Haute-Mauricie, souhaite accélérer l'échéancier, qui prévoit une ouverture en 2023.
En raison des coûts d’énergie très bas au Canada, l’industrie de la biomasse forestière devra mettre en œuvre une véritable opération séduction. Elle espère pénétrer de manière significative le marché de l’énergie pour contribuer à la réduction de l’utilisation des carburants fossiles. 
Airex Énergie exploite la première usine canadienne spécialisée en torréfaction de biomasse qui produit, avec sa technologie unique, deux tonnes de biocharbon à l’heure.
C’est le début de l’étude qui vise à déterminer la logistique entourant l’utilisation de la biomasse forestière par Ciment McInnis.
La Finlande est passée maître dans l’art de valoriser la biomasse forestière à travers d’énormes réseaux de chaleur dans les villes, dans l’industrie papetière et dans les petites PME qui misent sur de petites bouilloires pour leurs procédés industriels. Plongeon dans le monde scandinave de la biomasse, à l’occasion d’un séjour dans ce pays.
La conversion au gaz naturel n’est pas une bonne solution pour lutter contre les changements climatiques dans un contexte de surplus d’énergie renouvelable, estime Normand Mousseau, professeur, Département de physique, et directeur académique de l'Institut de l'énergie Trottier à Polytechnique Montréal. 
La deuxième Conférence sur le chauffage à la biomasse forestière résiduelle aura lieu le 8 novembre prochain au Hilton Québec sous le thème « À l’heure du déploiement ». L’objectif de l’événement est de faire le point sur les défis et les enjeux à la phase de déploiement de la filière au Québec et mettre en œuvre des mesures pour que tous les acteurs puissent les relever.
Signature Bois Laurentides et le Centre local de développement d’Antoine-Labelle (CLD) invitaient, le 18 octobre dernier, les entreprises forestières et de transformation du bois ainsi que les gens intéressés par le développement économique de la région, à une journée de huit conférences portant sur les bioproduits et la bioénergie à partir de la biomasse forestière. 
Le producteur de bois d’œuvre Barrette-Chapais finalise en ce moment les détails d’un projet d’un peu plus de 50 M$ pour la construction d’une usine de granules à Chapais et d’un site de transbordement et d’entreposage au terminal maritime de Grande-Anse.
Page 1 sur 8

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.