Bioénergie
Bioénergie La Tuque (BELT) a mis la main sur une aide financière de Québec de 75 000 $ pour la réalisation d’une étude visant à déterminer les solutions technologiques et d’affaires en vue de l’implantation d’une bioraffinerie en Haute-Mauricie. Les dirigeants de BELT ont également annoncé que le siège social est désormais situé à Wemotaci et que la communauté atikamekw pourrait bien servir de site de préparation pour la biomasse.
Fondaction, par l'entremise du Fonds Biomasse Énergie, lance un partenariat porteur d'avenir pour le développement de la filière de la biomasse au Québec avec ESYS Énergie Système.
Parmi toutes les armes disponibles pour lutter contre les changements climatiques, c’est la foresterie qui génère les plus grands bénéfices en matière d’atténuation, selon Évelyne Thiffault, pionnière dans le domaine de la recherche sur la biomasse. Ce qui ferait des travailleurs du secteur forestier des super héros des temps modernes.
Pour des raisons essentiellement financières, la Ville de Matane n'ira pas de l'avant avec le projet de biométhanisation en collaboration avec l'usine Rayonier. Le maire Jérôme Landry en a fait l'annonce lundi soir lors du conseil municipal.
Parti de rien, Broyage RM a développé une expertise unique qui lui permet de broyer 225 000 tonnes de biomasse par année pour de gros clients comme Domtar, Acadian Timber et Irving.
Les gouvernements du Québec et du Canada bonifient le Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. Celui-ci bénéficiera d'un investissement de 261,2 M$ sur cinq ans en provenance du Fonds du leadership pour une économie à faibles émissions de carbone du gouvernement du Canada. Dans ce contexte, le programme de biomasse forestière résiduelle sera enrichi, ce que réclamait l'UMQ lors des récentes consultations de Transition énergétique Québec.
Le développement du chauffage à la biomasse peut compter sur un appui de taille : un fonds de 20 M$ créé à parts égales par Fondaction, un fonds de travailleurs, et Investissement Québec. Déjà, sept projets ont été financés.
L’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) a rendu publics, lors d’un atelier ce mercredi 29 novembre 2017 à Ouagadougou, les résultats préliminaires d’une étude de faisabilité sur les carburants alternatifs pour l’aviation. Cette étude a été commandée par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour définir le potentiel en biocarburant au Burkina Faso.
Découvrez le pyroliseur mobile de Bioénergie La Tuque, l’un des projets innovants de la Haute-Mauricie. 
Remplacer le chauffage au mazout par la biomasse forestière entraîne des retombées économiques significatives en région, qui vont au-delà des économies de chauffage, certifient plusieurs intervenants contactés par La Terre.
Le projet de bioraffinerie dont BioÉnergie La Tuque (BELT) est le promoteur, a reçu le prix de «projet canadien le plus innovant» lors du quatrième Forum sur la biomasse nordique (Biomass North Forum) qui s’est tenu dernièrement à Thunder Bay. Le prix accordé récompense le projet BELT pour sa «contribution exceptionnelle au développement d’approches innovantes dans l’utilisation de la biomasse forestière».
Québec imposera «probablement d’ici Noël» un seuil minimal pour les biocarburants vendus dans la province, affirme le ministre des Ressources naturelles et de l’Énergie du Québec, Pierre Moreau.
La nation crie de Whapmagoostui sera la première au nord du 55e parallèle à avoir un projet de biomasse au sein de sa communauté. Le Fonds Biomasse Énergie, dont Fondaction est le gestionnaire, annonce aujourd'hui avoir complété un investissement de 2 M$ dans l'entreprise Nimschu Iskudow pour son projet de conversion à la biomasse forestière résiduelle du complexe sportif de Whapmagoostui. En plus d'avoir un impact significatif sur les plans environnemental et économique, le projet aura également un impact social puisqu'il facilitera à moyen terme l'accès à l'aréna sur une plus longue période de l'année.
Le groupe d'investisseurs FIDEL relance un projet de chauffage à la biomasse pour les immeubles du centre-ville de Matane.
En optant pour un chauffage à la biomasse, les serres Belle de jour, à St-Nazaire près d’Alma, ont pu réduire les coûts de chauffage annuels de 225 000 $ ! Ces économies permettront un retour sur investissement en seulement trois ans, car les couts d’acquisition de la chaudière Biotec 300 d’Uniconfort s’élèvent à 650 000 $.
Page 1 sur 6

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires